Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

21 avril 2007 6 21 /04 /avril /2007 13:03

Après "A Suspicious River" et "La vie devant ses yeux", je viens de terminer mon 3ème roman de Laura Kasischke.

 

Katrina a 16 ans et découvre l'amour avec le bel ado Phil, son nouveau voisin. Autant dire qu'elle a autre chose à penser que les états d'âme avec lesquels à l'air de se battre sa maman. Mais quand cette dernière disparaît, Katrina se découvre moins détachée. Elle revient sur ses souvenirs d'enfance, fait des cauchemars, et son père semble incapable de répondre à ses questions, abasourdi lui aussi, par l'abandon de sa femme.

 

 

Le style de cette auteure est inaccoutumé. Elle manie des sujets forts, douloureux mais ne met pas de sentiments dans ses romans. Je trouve son écriture impassible,  mais inéxorablement elle m'emmène exactement là où elle le veut! Je reste une lectrice passive, spectatrice de vies qui s'agitent devant moi mais...suis fascinée.

J'avais été interloquée par la fin de "La vie devant ses yeux", parce qu'au milieu de l'intrigue, Laura Kasischke me berçait avec un doux ennui tranquille. Le même phénomène s'est reproduit avec ce roman. Je n'ai commencé à esquiver le dénouement que quelques pages plus tôt, et pourtant les indices étaient présents. Si bien que sans jamais m'identifier à Katrina, je me suis retrouvée, comme elle, aveugle à ce qui était devant mes yeux. Et quand je me traite de "naïve bétasse" en fermant un livre: je fais un très grand compliment à son auteur!

(Points)

Cuné l'avait déjà lu.

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

Tamara 24/04/2007 15:47

Olivia de Lamberterie en a parlé ce matin (donc après toi) dans Télématin... Elle a l'air d'adorer cet auteur ! Il faut donc que je tente absolument...

Florinette 23/04/2007 17:21

Très tentant, je vais aller voir à la biblio, on ne sait jamais....

Bellesahi 22/04/2007 16:14

Voilà le genre de livre dont je ne sais pas si je dois les lire ou pas !!!!

fanyoun 22/04/2007 14:58

Je ne connais pas cet auteur ni ses romans mais ta critique m'encourage à augmente ma LAL...

Anne 22/04/2007 15:42

Pour toutes les 3, j'espère que votre rencontre avec cette auteure vous plaira.
Sylire sur les 3 titres que j'ai lu c'est "Suspicious River" qui m'a le moins plu. Si tu veux voilà l'avis de Cuné sur "La vie devant ses yeux http://cuneipage.over-blog.com/article-3700198.html.

sylire 22/04/2007 10:35

J'ai noté cette auteure dans ma LAL  Par quel titre me conseilles-tu de commencer.

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone