Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

23 avril 2007 1 23 /04 /avril /2007 09:12

Chez un bouquiniste parisien, la couverture délicieusement rétro de ce livre m'a fait craquer. Son auteur Alain Monnier m'était totalement inconnu. 

 

 

Marie, une jeune toulousaine*, s'achète un beau frigo tout neuf. Elle l'installe dans sa cuisine, le branche et....rien! Heureusement, la qualité du service après-vente est garantie par le vendeur...sauf que...

De nos jours, il ne faut pas plus que ce petit incident pour chambouler tout un quotidien; voir même toute une vie!

 

 

Ce roman, ou plutôt cette fantaisie, est une amusante satire de ce qui angoisse toute "femme-soucieuse-du-bon-fonctionnement-de-son-petit-intérieur": électroménagers en panne, délais interminables pour obtenir d'abord un dépanneur puis la pièce détachée, les services d'assistance téléphonique injoignables ou informatisés...etc...etc (je suis sure que vous saurez remplacer ces "etc" par vos propres expériences!) 

Moi qui en général, suis une lectrice peu réceptive aux pitreries, ce livre entre les mains,  je me suis bien amusée. Sourire permanent aux lèvres je me suis donnée une véritable bouffée d'air frais avec ce "Givrée" (oui, oui, je sais: facile le jeu de mots!). L'histoire est farfelue, mais peu importe je me suis engouffrée dans la vie de Marie comme si tout était crédible. Sans doute aidée par cette jolie histoire d'amour juxtaposée au surréalisme!

De-ci, de-là, Alain Monnier prend à parti et implique le lecteur, place au coeur de son intrigue de petits clins d'oeil. Loin de casser la fluidité de la narration, ils dénotent une véritable tendresse de l'auteur pour ses personnages. Tendresse qui devient, au fil des pages, touchante et contagieuse pour qui lit.

Exactement le livre qu'il vous faut contre un moral en berne ou pour un après-midi languissant sous le soleil.

(Flammarion)

* Je suppose que toute ressemblance avec une autre Marie toulousaine, fille de Bill,  n'a pas lieu d'être soupçonnée..

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

Gachucha 28/04/2007 18:30

Bon souvenir des Parpot pour moi aussi !

Marie 24/04/2007 23:43

Je n'ai pas acheté de frigo récemment ;-)

Anne 25/04/2007 08:51

J'ai vu Les parpot dans la bibliographie d'Alain Monnier. Je les ai noté, et ton appréciation me donne encore plus envie de les lire.
Marie, quand tu en acheteras un , méfies-toi !

Bill 24/04/2007 21:43

J'ai ce livre dans ma Pile à Lire (j'avais trop aimé les Parpot, et mon homme aussi ... je dlui ai offert Givrée dès sa sortie, mais moi, je ne l'ai pas encore lu !)  Je ne manquerai pas de te préciser les points communs entre les Marie, s'il y en a ;-))

Heri 24/04/2007 08:47

L'histoire me plait bien ! Si jamais je tombe dessus je le prendrais je pense.

Anne 24/04/2007 10:44

Muski, Bellesahi, Florinette, Tamara, Yueyin, Dasola, Heri, si vous craquez pour la couverture et accessoirement pour l'histoire amusez-vous bien!

dasola 24/04/2007 07:43

Je ne connais pas, mais je vais essayer de trouver car c'est agréable de pouvoir rire ou sourire en lisant. Merci pour le conseil et puis j'adore ces couvertures très "années 50".

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone