Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

23 mai 2007 3 23 /05 /mai /2007 08:12

Bellesahi nous l'a chaudement recommandé, Tamara et Cathulu ont confirmé, alors comment résister à ce court roman de Philippe Claudel? Je n'ai même pas essayé...

 

 

 

Le narrateur est un homme maintenant. Mais il se souvient encore très bien de son grand-père. Orphelin, c'est à ses côtés qu'il a vécu de 8 à 11 ans. Ces années passées dans son bar pèseront bien lourd dans son coeur d'adulte....

 

 

 

 

Peu de pages, peu de mots, et disproportionnellement beaucoup de sentiments, d'émotions. Le portrait tendre d'un grand-père par son petit-fils est souvent attendrissant, et celui-ci ne fait pas exception. L'affection de l'enfant est fervente alors peu lui importe que l'aïeul soit alcoolique, que tous ses amis attendrissants, certes, sont quand même piliers de bar, que le conducteur de car du village ne choisit pas entre boire ou conduire. Tous les personnages si contestables soient-ils deviennent, sous le regard enfantin, des hommes touchants. Voilà sans nul doute où se révèle tout le talent de Philippe Claudel.

Il y a quelques années "Quelques uns des cent regrets" m'avait aussi marquée; n'hésitez à pas lui faire une place dans votre LAL...

(Livre de poche)

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

Naniela 02/06/2007 22:06

La petite fille de monsieur Lihn m'avait beaucoup touché. Je note celui là aussi, donc.

Sandra 25/05/2007 22:03

Le café de l'Excelsior fait partie de la sélection du prix des lecteurs du Livre de Poche 2007 dont je fais partie...Crois moi, quoiqu'il en soit, (la sélection n'est pourtant pas terminée), je suis fermement décidée à le défendre jusqu'au. bout..Il mérite de toucher un large public, et ne rebutera pas même les petits lecteurs tant il se lit vite, tout en prenant le temps toutefois de le savourer... C'est un vrai petit bijou

Anne 26/05/2007 09:06

Quelle chance de faire partie de ce jury! Bonne plaidoirie ;-)

patch 25/05/2007 15:51

J'ai adoré ce petit livre....par contre, j'ai moins accroché avec "Les âmes grise"....un peu fade je l'ai trouvé...

fashion victim 24/05/2007 20:13

Et moi qui n'ai toujours rien lu de lui : la honte!! (mais les Ames grises est dans ma PAL, ouf!)

Anne 25/05/2007 08:14

Je n'ai pas lu "Les âmes grises", ni vu le film d'ailleurs. Je ne sais pas si c'est une bonne adaptation...

Alice 24/05/2007 17:23

Oui moi aussi je le retiens ce petit livre.

Anne 25/05/2007 08:13

Je crois qu'il te plaira....

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone