Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

25 mai 2007 5 25 /05 /mai /2007 09:13

Quand je fouine dans les bouquineries, je choisis quelquefois des livres, sans même lire la 4ème, juste parce que je flashe sur son titre, sa couverture ou, comme pour ce roman de Bruno Tessarech, son côté délicieusement rétro...

 

Louis a un diplôme de lettres dont il ne sait que faire. Un ami à l'ambition politique démesurée l'emploie pour rédiger des tracs électoraux. Son talent d'écriture devient alors tellement évident qu'il est vite contacté par des hommes importants, connus et médiatiques pour les "aider" à rédiger leur biographie.

Louis devient un nègre reconnu dans le milieu de l'édition. Mais à s'approprier des vies autres que la sienne, il perd son identité...

 

 

J'ai eu l'impression de lire le témoignage d'un clown triste. Le style est plein d'humour, le regard sur le monde des best-sellers, de la politique et des médias est judicieux et pertinent. Pourtant je n'ai pas ri, comme si toute cette drôlerie était cynique, amère. L'auteur parle-t-il d'un vécu pour donner ce ton incommodant au roman? Bruno est-il un peu Louis? Je ne sais...En tout cas, ce personnage m'a, tout à la fois, fait pitié et agacée. Son inaptitude à prendre sa vie en charge tout en étant cupide ne le rend pas très attachant.

Si elle existait je classerais "La machine à écrire" dans la catégorie "j'ai aimé mais pas au point de le conseiller". Par contre,  je garde en mémoire le nom de l'auteur pour son écriture fluide et son style travaillé. Dans sa bibliographie je crois, d'après le résumé, que "La femme de l'analyste" me plairait bien.   

           (Le dilettante)              

 

 

Ce livre existe en Folio, pour ceux qui voudraient le tenter.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

maudub 08/12/2007 19:46

Bonsoir Anne, ceci est ma façon habituelle d'acheter des livres d'occasion, surtout quand ils sont bien raccornis et qu'ils sentent la poussière... On fait quelquefois des découvertes intéressantes, comme récemment " Une enfance ordinaire " de Claude Menuet ( Gallimard, 1972 )... Un petit bijou de naïveté et de ruralité...
Une analyse de " La machine à écrirte " :
http://www.manuscrit.com/Edito/invites/Pages/JuinThem_Tessarech.asp
                                               Bon dimanche

Anne 09/12/2007 09:58

Bonjour Maudub, je vais aller lire ton avis...Merci d'avoir pris le temps de ce com'.

BelleSahi 30/05/2007 15:40

Un ptit coucou en passant !

Florinette 28/05/2007 19:04

J'ai dû mal à ne pas lire la quatrième, je ne me fie pas trop à la couverture, car souvent elle ne correspond pas vraiment à l'idée que je m'en fais !Bonne soirée !Bisous

Anne 29/05/2007 08:20

Je ne me fie pas trop à la couverture mais certaines attirent mon regard...Quant à la 4ème, on ne pas toujours s'y fier non plus...suivons donc notre instinct...et l'avis de nos blogueurs favoris ;-)

antigone 28/05/2007 16:32

Bonjour ! La couverture du Folio est sympathique. Je vais peut-être tenter de l'emprunter !

Anne 29/05/2007 08:15

Pour ma part, je l'aime moins. Tu as raison c'est tout à fait le roman que l'on peut emprunter: l'envie de le garder après lecture ne s'impose pas.

BelleSahi 28/05/2007 06:55

Boh non je ne tente pas !

Anne 28/05/2007 09:23

Nous avons, de toute façon, tant à lire....

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone