Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

15 juin 2007 5 15 /06 /juin /2007 16:42

Quand j'ai vu ce livre de Philippe Routier au "Boulinier", je me suis rappelé les avis de Clarabel et de Laure qui m'avaient mis l'eau à la bouche et l'ai vite pris en main avant que n'importe quel autre client boulimique ne s'en empare!

 

 

Guillaume aime les gares, les trains depuis toujours et son métier d'aiguilleur lui convient parfaitement. Un peu moins à sa compagne Alice: ce bas d'échelon et les contraintes nocturnes lui pèsent. Par laxisme plus que pour la satisfaire, Guillaume prend un poste plus valorisant à la SNCF. Celui de conducteur, celui qui va le mettre aux commandes d'un convoi obligé de passer le passage à niveau 515  au moment même où Manon le traverse au volant de sa 405...

 

 

L'accident n'est pas le vecteur du roman. Peu de suspense avant et pas de révélation extraordinaire après. L'histoire repose sur les hommes et les femmes. Ceux qui n'ont rien pour alimenter leur vie. Pas de réels centres d'intérêts, pas de passions, même pas d'amour fort. Ils se retrouvent sans emploi et végètent devant leur fenêtre. Ils partent en week-end amoureux et pourtant ne se créent aucuns jolis souvenirs. Ils touchent le RMI et deviennent végétatifs. Ils écoutent les mêmes auteurs-interprètes et ne s'ouvrent à aucune autre musique. Vies plates, vies ternes où, quand une avalanche de coïncidences provoque un hasard catastrophique, la culpabilité va s'infiltrer.

Ce livre est un premier roman d'un Monsieur dont l'écriture sobre m'a fait penser à l'univers de Philippe Claudel. Bien sûr, cette comparaison n'engage que moi... mais est faite, par contre, pour vous engager, vous, à le lire. A le lire lentement, pour vous imprégner de son ennui triste et le refermer heureux d'être un insatiable lecteur enfiévré et enthousiasmé.  

 

(Stock)

Crédit photo couverture: Edition Stock et Fnac.fr 

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

Gachucha 18/06/2007 08:55

Un message pour toi chez moi ;-) Petit questionnaire à venir !

Anne 18/06/2007 14:58

Superrrrrrrr;-(
Il ya quelques mois j'avais déjà dévoilé 5 secrets et je ne suis pas une personne suffisamment mystérieuse pour en trouver 7 autres! Mais, puisque c'est toi qui me le demande, je joue le jeu et vais en rajouter 2. Allez, je cogite....

BelleSahi 18/06/2007 08:36

Bises Anne ! Bonne semaine à vous 4 aussi !

anjelica 17/06/2007 20:59

Bonne semaine à toi, Anne.

Anne 18/06/2007 08:16

Merci, à toi aussi Anjelica!

BelleSahi 17/06/2007 09:41

Bon dimanche ! Bonne fête à Monsieur Insatiable !

Gambadou 16/06/2007 17:20

Le sujet ne me tente pas trop mais tu en parles si bien que je le note quand même !!!

Anne 17/06/2007 09:21

Merci Gambadou. Je pense qu'il devrait te plaire.

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone