Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

28 juin 2007 4 28 /06 /juin /2007 08:00

J'ai lu plusieurs romans de Michèle Gazier, et tous m'avaient émue. Elle prône dans chacun d'eux une tolérance envers autrui qui convient bien à ma "philosophie".

Lors de ma dernière "farfouillerie" chez "Boulinier" j'ai découvert ce titre, paru en 2005, que je ne connaissais pas.

 

 

Les grands-parents d'Alice ont émigré en France, laissant derrière eux l'Espagne franquiste. Alors que ses parents ne se sentent aucunement concernés par ce passé, Alice, elle, a envie de partir à la quête de ses origines. 

 

 

 

 

Si dans ce texte, j'ai retrouvé l'écriture sensible de Michèle Gazier, la magie de ses autres romans n'a pas opéré. Cette héroïne qui ne peut comprendre l'absence de nostalgie de ses parents, qui revient en Espagne pour prendre la place que ses aïeuls ont dû abandonner, ne m'a inspiré ni compassion, ni affection. Au contraire Alice m'a plutôt agacée: son désir de transformer sa honte d'être fille d'étrangers en fierté revendicatrice m'est apparu comme un caprice d'enfant instable et non pas comme une véritable douleur.

Donc pas d'émotions et, en plus, j'ai aussi eu du mal à accrocher à l'histoire. Le narrateur s'enlise dans les explications. Les secrets ancestraux qu'Alice va découvrir ne sont pas suffisamment exaltants pour donner une couleur plus chatoyante à l'intrigue. L'ensemble m'a semblé bien terne.

Michèle Gazier est plutôt à découvrir avec ses merveilleux "Le merle bleu" et "Le fil de soie".

 

( Seuil )

Crédit photo couverture : Edition Seuil et Fnac.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

Florinette 29/06/2007 10:17

Merci du conseil, je fais l'impasse sur ce titre, et je vais voir si je trouve ceux que tu cites à la biblio ! ;-)

Anne 29/06/2007 13:58

Je pense que les romans ou nouvelles de M.Gazier doivent se trouver facilement en bibliothèque.

BelleSahi 29/06/2007 09:23

Bises Anne et bonne journée !

Anne 29/06/2007 13:57

Merci Belleshi, et nous pouvons même nous souhaiter bon wwek-end :-))))

lily 29/06/2007 08:47

Hello Anne, je retiens le nom de l'auteur en tout cas ! (que je ne connais que vaguement... ).Bonne journée !

nathalie 29/06/2007 08:24

je ne connais pas cet auteur ... Merci pour les 2 titres à retenir ! A bientôt ...

Anne 29/06/2007 13:56

En plus ces 2 romans sont édités en poche, n'hesiste pas si M.Gazier te tente ;-)

anjelica 28/06/2007 21:46

Juste un petit bonsoir en passant !

Anne 29/06/2007 08:14

J'adore trouver des "p'tits coucous en passant" dans mes com' :-)))

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone