Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

9 juillet 2007 1 09 /07 /juillet /2007 10:45

Je sais les polémiques qui tournent autour de Frédéric Beigbeder. Mais moi, j'ai aimé l'humour cynique de "L'amour dure trois ans", les idées pertinentes de "99 francs" et la sensibilité atypique de "Windows on the world". Je n'ai pas su résister à l'achat de son dernier roman, paru ce mois-ci.

 

 

 

Octave Parango est envoyé en Russie par une grande société de cosmétique pour dénicher leur prochaine effigie. Lors des castings, il lui faudrait rester intransigeant pour surtout ne pas tomber amoureux. Mais comment ne pas succomber devant tant de beautés?

 

 

 

Parce que j'aime le style, tout en contraste et en extrême de Frédéric Beigbeder j'aurais voulu défendre ce livre; mais je le referme dépidée et déçue.

Pourtant les premières pages m'ont immédiatement accrochée. Elles dénoncent la dictature du jeunisme et de la beauté parfaite en cours dans le milieu du mannequinat. J'ai appris avec surprise que Audrey Marnay a débuté sa carrière à 14 ans et Laetitia Casta à 15 ans. Personne ne proteste contre cette forme de "pédophilie". Bien au contraire: les hommes rêvent devant ces Lolitas longilignes. Et les achats compulsifs que les campagnes de pub provoquent chez les femmes enveniment, encore plus, le système.

Puis la suite du roman perd peu à peu tout intérêt. L'intrigue piétine, s'enlise dans les méandres de la mafia russe. S'y greffent des scènes d'orgies, de tortures qui n'apportent rien de plus. Elles m'ont donné l'impression de n'exister que pour provoquer et m'ont mise mal à l'aise. Si ça n'avait été mon admiration pour les écrits précédents de Beigbeder je n'aurais, sans doute pas, fini ce livre.

Peut-être que les inconditionnels de Bret Easton Ellis pourraient apprécier....

 

(Grasset)

Crédit couverture: Edition Grasset et Fnac.fr

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

Géraldine 14/02/2009 00:00

Je viens juste de finir ce livre, qui fait partie de la selection 2009 pour le prix des lecteurs Livres de POche dont je suis jury. Je comprends ton point de vue mais t'invite à venir lire le mien.!!!

Anne 14/02/2009 09:00


Je vais y aller, bien curieuse que je suis!


célinevixen (=La Renarde) 11/07/2007 13:11

(premier commentaire!)
J'avais beaucoup aimé 99 f et aussi "Windows on the world", que je trouvais sensibles, droles et cyniques.. Un style d'ecriture que je decouvrais. Seulement en lisant ses autres bouquins, je trouvais qu'il exploitait un peu trop le filon et faisait du trash pour faire du trash. Plus aucun interet et j'ai laisse tomber.
Ton commentaire me conforte dans cette idée! :)

Anne 12/07/2007 08:37

Merci, Céline pour ce premier commentaire!
Je vois que tu partages mon avis et celui de quelques lecteurs. Heureusement restent tout plein d'auteurs qui, eux,  ne nous lassent jamais.

katell BOUALI 11/07/2007 09:53

Anne, dès que je le trouve en bibli je me lance dans la lecture!

Anne 11/07/2007 11:27

C'est bien, je suis curieuse de savoir si tu l'aimerais ;-)

Florinette 10/07/2007 18:42

Cet auteur ne me tente pas du tout, même si tout ce matraquage publicitaire autour de ce livre dit que c'est un bon roman, ce dont je doutais d'avance et à te lire j'avais raison !

Emeraude 10/07/2007 13:10

Bon, même avec sa biographie, je n'avais jamais entendu parler d'Audrey Manray!Quand à dire que Béigbeder est un charmeur insupportable... je ne suis d'accord qu'avec le "insupportable" même si je n'ai pas la télé et que donc, il ne m'insupporte pas :-)et puis je lis quand même ses livres alors...

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone