Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

20 juillet 2007 5 20 /07 /juillet /2007 16:00

Je vous ai déjà parlé de Jacqueline Harpman: c'est une auteure que j'apprécie beaucoup. Ce roman faisait partie des quelqu'uns de sa bibliographie que je n'ai pas encore lu.

 

 

 

Trois générations de femmes vivent sous le même toit. Le toit d'une magnifique propriété familiale du XVIIIe siècle, qui se délabre: les revenus de ces dames étant insuffisants pour entretenir pareil héritage.

De quoi seront-elles capables pour sauver leur domaine?...

 

 

 

Plus léger que les autres textes de cette auteure belge, voilà  une véritable "lecture-plaisir". Le style fait penser à quelques comédies très british, les nombreux détails de déco-architecture-rénovations sont accrocheurs, les personnages sont "adorables" et même si l'intrigue n'est pas très étoffée elle m'en demeure pas moins exempte de quelques surprises. Reste la morale, humoristique et pas très respectable: l'amour d'une famille pour son patrimoine peut pousser à quelques extrêmes pas bien jolis...

Tout au long de son roman, Jacqueline Harpman fait  quelques clins d'oeil: elle l'assimile à une mauvaise imitation du roman de Barbey d'Aurvilly "Le bonheur est dans le crime". Tant et si bien que j'ai eu très envie de le lire: ça tombe bien, je l'ai en Librio dans ma PAL!

Clarabel a posté un avis plus nuancé que le mien sur Amazon.

 

(Livre de poche)

 

Crédit couverture: Edition Livre de Poche et Fnac.fr

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
Je ne connais pas du tout cet auteur mais ton billet me donne envie de le découvrir. Faut-il commencer par ce roman ?
Répondre
A
Tu peux oui, même si comme je le disais mon préféré reste "Moi qui n'ai pas connu les hommes". Au éditions 1001 nuits est édité "Dieu et moi" que j'ai aussi beaucoup aimé.
Mais tous les autres sont bien aussi ;-)
Y
voici qui donne envie de découvrir l'auteure :-)
Répondre
A
Sa blbliographie est assez variée: tu as le choix de la découvrir suivant tes thèmes de prédilection.
P
La plage d'Ostende est également un de ses beaux romans. Bon dimanche.
Répondre
A
Oui, je l'avais aussi trouvé très beau. Bon lundi!
P
Avec "moi qui n'ai pas connu les hommes",il est un de mes préférés de J. Harpman, j'ai bien ri à lire leurs petites manigances.
Répondre
A
"Moi qui n'ai pas connu les hommes" est même mon préféré de J.H ;-)
C'est vrai que celui-ci est une bien agréable comédie!
K
Je l'avais déjà noté. Maintenant je le souligne ;-)
Bonne soirée Anne
Répondre
A
Pour moi, Jacqueline Harpman mérite d'être lu: je vous bien du plaisir avec ses romans.

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone