Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

22 juillet 2007 7 22 /07 /juillet /2007 09:22

J'ai acheté ce roman de Gert Hofmann lors de mon dernier séjour en Lozère. Il faisait partie des "coups de coeur" d'un libraire de St Chély d'Apcher.

 

 

Un vieux professeur juif de philosophie se retire dans une petite bourgade allemande. Il veut parachever tranquillement l'oeuvre de ses pensées. Mais en cette année 1937, l'antisémitisme commence à contaminer les esprits. Le narrateur, fils adolescent du médecin de la ville, assiste à la persécution du philosophe...

 

 

 

Pourtant très court, ce roman est d'une lecture laborieuse. Les dialogues sont insérés dans le texte, ce qui empêche la fluidité du texte. Mais je m'y suis peu à peu accoutumée et l'histoire m'a finalement fascinée. L'auteur évoque parfaitement l'influence vicieuse des propagandes et la montée insidieuse de la bassesse. C'est d'autant plus nauséeux que vue à travers le regard d'un enfant.

Si certains l'ont lu, vous pourrez le comparer à "Matin brun" de Franck Pavloff.

Donc, un très bon livre mais, sans doute, pas vraiment de saison. Je crois, que le mois studieux de septembre lui conviendrait mieux!

 

(Babel)

Il existe aussi en version jeunesse (Actes Sud junior).

Crédit couverture: Editions Babel et Fnac.fr

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

Anne 27/07/2007 07:59

Bonne fête à toi aussi!
Alors, c'est bien l'île de Ré?

Ananas 26/07/2007 10:01

BONNE FEEEEEETE !!!!!!!! Bisous.

yueyin 26/07/2007 00:31

Matin brun m'avait causé un vrai choc que j'ai illico partager avec mes puces, les enfants sont très réceptifs à ce texte... du coup tu me donnes bien envie de m'intéresser à ce philosophe... cet automne peut être !

Anne 26/07/2007 07:31

J'avais aussi fait lire "Matin brun" à mes enfants. A l'époque, mon fils Jérémy l'avait même proposé à sa prof de français qui avait accepté de l'étudier en classe.

Anselme Levant 25/07/2007 18:45

Grands dieux ! Dès 1937, l'antisémitisme aurait commencé à contaminer les esprits... Y'a des cours d'histoire qui se perdent...

Anne 26/07/2007 07:29

Je pense même qu'il avait commencé plus tôt, puisqu'Hitler fût élu chancelier en 1933. Il n'a perdu de temps pour promulguer ses sales idées...

InColdBlog 25/07/2007 09:51

Rien à voir avec la choucroute, c'était juste pour te dire que je préfère de loin ton nouveau portrait que le précédent ;oD

Anne 25/07/2007 09:59

Choucroute allemande toute bien garnie de charcuterie, je suppose?...;-D
Merci, ça ce sont des mots qui font plaisir le matin!...Heu, d'ailleurs le soir aussi...

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone