Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

29 août 2007 3 29 /08 /août /2007 09:08

Elles étaient trois (Clarabel, Gachucha et Valdebaz pour ne pas les citer!) à s'être liguées pour m'obliger à acheter ce roman de Cookie Allez. Trop faible, je leur ai cédé, une fois de plus!

 

 

 

Une petite ville normande banale: sa bourgeoisie, son joli parc, sa "zone sensible", sa police et sa mairie où les employés et conseillés municipaux représentent un bon échantillonnage des natures humaines. Tous sous le même toit, c'est forcément une émulsion incontrôlable...

 

 

 

 

Quel régal ce bouquin! J'y ai retrouvé beaucoup du très bon "Prenez soin du chien". Une "simili énigme policière prétexte" dans une prose à l'humour irrésistible. Les personnages sont farfelus, mais absolument pas invraissemblables (hélas!). La nature humaine des bourgades provinciales a offert à l'auteur une inspiration cocasse et beaucoup plus captivante qu'elle n'avait eu pour "L'arbre aux mensonges".

Si ce roman est, à mon avis, moins émérite que celui de J.M Erre, il compense  avec une tendresse triste. L'employé municipal Pierre Porcher m'a inspiré une compassion proche des larmes. Je n'ai pas arrêté de tanguer entre gorge serrée et rires jusqu'à la dernière page.

Et puis avec ce roman, crois-moi, vous allez en apprendre de belles sur les Normands!

 

(Buchet Chastel)

Crédit couverture: Editions Buchet Chastel et Fnac.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

Joelle 27/09/2007 18:43

On pourrait croire à un gag, un titre pareil d'un auteur qui s'appelle Cookie ! Et puis, cela parle des Normands et je vis en Bretagne ... alors je note ! mdr ! (N'allez pas croire que je n'aime pas les Normands !!!!!)

Anne 28/09/2007 08:50

Moi aussi j'aime les normands, mais je me suis bien moquée d'eux quand même! Ceci dit, je pense que l'histoire aurait pu être identique avec des bretons!

Choupynette 05/09/2007 22:20

S'il te rappelle je Erre, alors j'achète!!! bonne vacances!

Anne 16/09/2007 18:06

A toi aussi, Erre, t'a fait cet effet-là ;-)

valdebaz 02/09/2007 10:53

Il t'a plu ! Chouette ! Comme dit Clarabel, les 2 premiers valent le coup mais malheureusement, je ne les ai pas vu en poches ! Bon, Cathulu résiste toujours !!! ;))

Anne 16/09/2007 18:08

Pour ma part,  je les cherche en bouquinerie...
Cathulu, ça va plus être notre copine!

michel 30/08/2007 20:24

Ma LAL augmente, ma PAL diminue, mais ma fainéantise fait que je n'écris pas toujours de commentaires.

Anne 31/08/2007 07:50

C'est sympa pour notre LAL à nous, merci Michel!

nathalie 30/08/2007 19:10

Merci Anne, notre journée s'est très bien passée, j'en parlerais via mon blog ... Bises

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone