Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

24 septembre 2007 1 24 /09 /septembre /2007 07:48

J'avais lu déjà plusieurs romans (dont l'excellent "Une sale rumeur") d'Anne Fine et j'ai eu envie de sortir celui-ci de ma PAL suite à un post sur cette auteure anglaise. Désolée, je ne peux pas le mettre en lien, je ne sais plus sur quel blog! Si l'intéressé se reconnaît...*

 

Olivier, éminent professeur de philosophie britannique, vit en Amérique. Il revient en Angleterre pour passer l'été avec ses enfants. La cohabitation avec Constance, son ex femme désormais remariée, va raviver leurs anciennes querelles. Alors, Olivier qui voulait profiter des vacances pour écrire son autobiographie exclusivement intellectuelle, se surprend à y inclure quelques souvenirs matrimoniaux. Constance ne les trouvera guère à son goût....

 

C'est avec un humour anglais vraiment très sarcastique qu'Anne Fine parle de la vie conjugale! A décourager les plus amoureux de fonder une famille! Mais, heureusement, il est assez facile de prendre du recul face à ce roman. Le mari est un intellectuel extrême ce qui n'est quand même pas la majorité de nos hommes. Tous n'ont pas l'esprit si occupé qu'ils sont incapables de se responsabiliser face aux tracas bêtement quotidiens. Pourtant, entre la souffrance de celui qui ne veut pas être dérangé dans son travail et les jérémiades de celle qui doit tout "assumer dans cette maison", force est de reconnaître que bien souvent chez soi c'est comme ça! Alors pendant ma lecture,  j'ai quelquefois ri un peu jaune...

Malgré une certaine longueur dans le milieu, je ne peux que conseiller ce roman aux intrépides, à ceux que les fables familiales cruelles n'effraient pas...

(Points)

 * Elle s'est reconnue: c'est Val!

Crédit couverture: Editions Points et Amazon.fr

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

Zoline 26/01/2008 14:02

Vous venez de me décider à le lire...
Merci.

Naniela 01/10/2007 06:45

Comme Bellesahi, je connais Anne Fine pour sa littérature de jeunesse, notamment l'excellentissime "Journal d'un chat assassin". Si son humour adulte est à la hauteur de son humour jeunesse, alors j'achète! Bonne semaine!

Anne 01/10/2007 16:49

Bonne lecture et bonne semaine à toi aussi!

Bill 30/09/2007 17:17

Je l'ai lu, il y a bien longtemps, en 1993, mais je m\\\'en souviens encore ! Il m\\\'avait beaucoup plu !
 

Anne 01/10/2007 16:48

Il y a des romans qui marquent longtemps, c'est assez incroyable...

Joelle 27/09/2007 18:35

Je n'ai lu que des romans jeunesse de cette auteure ! Mais ce titre m'a l'air intéressant malgré tous les avertissements :)

BelleSahi 27/09/2007 08:53

Bonne journée Anne ! Bises !

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone