Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

4 octobre 2007 4 04 /10 /octobre /2007 08:57

Sitôt refermé "Ellen Foster", j'ouvre la suite...

 

 

Voilà maintenant 4 ans qu'Ellen, l'orpheline, vit avec Laura, sa mère d'accueil. Les services sociaux pensent qu'il est temps de régulariser leur situation. Laura, elle,  voudrait que la succession familiale de sa fille adoptive se règle enfin. Quant à Ellen, elle estime que le moment est venu de prévoir son orientation scolaire. Mais en attendant, il faut vivre son quotidien...

 

 

 

Je savais que certains lecteurs de "Ellen Foster" avaient été déçus par ce deuxième volet, et je les rejoins. Certe le texte est plein de beaux passages sur l'amour maternel, mais j'y suis restée insensible. La "personnalité" de ce roman ne s'aligne pas dans la continuité du premier tome, et j'ai eu du mal à imaginer que l'héroïne était la même. Sans doute trop déconcertée, je n'ai pu ressentir d'émotions. C'est ainsi que je m'explique l'échec de cette lecture. Florinette qui n'avait pas lu l'enfance d'Ellen a été, elle, émue par son adolescence. 

Quant à Caroline, c'est le style de l'écriture qui l'a rebutée. Il est vrai qu'à moi aussi, la plume de Kaye Gibbons m'a semblé ici beaucoup moins fluide.

Je ne regrette pourtant pas le temps passé avec ce livre; j'ai été heureuse de suivre Ellen encore un peu.

(Bourgois)

 

Crédit couverture: Edition Bourgois et Fnac.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

arlette 01/03/2008 22:25

Je prends note de cette suite qui ne répond pas aux attentes ! quel dommage ! Bonne soirée!

BelleSahi 06/10/2007 15:26

Bon week-end à vous quatre aussi ! Bises !

Gambadou 06/10/2007 10:53

je viens de prendre Ellen Foster à la bibliothèque, je ne lirai donc pas la suite...

Anne 06/10/2007 15:17

Je suis impatiente de lire ton avis sur ce roman!

lily 05/10/2007 18:08

Je pense que je ferai comme toi, Anne, quitte à être déçue, difficile en effet de résister à une suite d'Ellen Foster si on l'a passionnément aimé !

Anne 06/10/2007 15:16

Il faut savoir prendre le risque de gaspiller notre "quota temps de lecture" ;-)

boo 05/10/2007 10:45

difficile de résister à la suite? dis-tu, mais d'après toi est-il indispensable justement de lire cette suite....le premier volet ne se suffit-il pas à lui même? je veux dire que parfois une fin n'est pas nécessaire....si ce n'est une fin "faite' par notre imagination.

Anne 05/10/2007 12:19

Je suis tout à fait d'accord avec toi, mais je me dis que si l'auteur a éprouvé le besoin de prolonger son histoire c'est qu'il a une raison de le faire. Et j'ai toujours envie de savoir laquelle!

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone