Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

2 novembre 2007 5 02 /11 /novembre /2007 08:02

Vous avez remarqué que la littérature nordique a le vent en poupe, en ce moment. Comme je n'aime pas être en reste, et que vos blogs m'influencent fortement, j'ai lu ce roman du danois Jens Christian Grondahl.

 

 

Eté 43: le narrateur est un adolescent amoureux et jaloux.  Aujourd'hui, c'est un homme d'une soixantaine d'années, qui sait combien tout le reste de son existence fut conditionnée par ces vacances...

 

 

Ce roman très court raconte combien certaines heures peuvent peser sur le reste de nos existences.

Deux adolescents vont vivre un moment, que la pudeur va brouiller. L'incident n'était pas réellement celui qu'il paraissait être sur l'instant. Mais il leur faudra atteindre la vieillesse pour le comprendre. Pour savoir que leurs choix s'imbriquaient logiquement autour d'un regret pour l'un et d'un remords pour l'autre. Pourtant dans ce texte pas de lamentations sur ce "qui aurait pu être", juste de la tristesse, des émotions suggérées...

"Virginia" est un livre avec lequel  j'ai pris beaucoup de plaisir, sans qu'il m'ait  toutefois vraiment émue. Trop court, trop dépouillé, sujet trop souvent abordé?...Ou peut-être étais-je encore trop sous l'emprise de "Hôtel Bristol"?

Mais j'ai aimé la plume de Jens Christian Grondhal: je tenterais "Bruits du coeur" un peu plus tard. 

Bill, Clarabel et Flo l'ont lu aussi.

 

(Folio)

Crédit photo: Editions Folio et Fnac.fr

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

BelleSahi 06/11/2007 15:13

Et pan ! Bien envoyé Anne !
Olivier tu ne l'as pas volé !

Olivier 06/11/2007 13:07

Tu veux sonder l'HOMME ? L'homme serait donc  un mystère pour la femme... Y a-t-il une solution pour nous percer à jour ? Je ne te recommanderai aucune oeuvre sur ce sujet, car la réponse est très simple  : les filles, AIMEZ-NOUS ! CHOYEZ-NOUS ! ... (et souvenez-vous que nous ne sommes pas compliqués... nous ! et  non non, cela ne signifie pas que nous soyons simples : je vous vois venir !)  :-) :-)

Anne 06/11/2007 14:59

Messieurs, montrez-vous dignes d'être aimés et choyés et nous le ferons avec plaisir!

BelleSahi 05/11/2007 09:15

Oh ! j'ai hâte de lire ce que va te répondre Olivier !

Moustafette 04/11/2007 19:24

Je n'avais pas accroché à "sous un autre jour", celui-là me conviendra peut-être mieux...

Anne 05/11/2007 08:33

Ou peut-être "Bruits du coeur"...puisque ça à l'air d'être ces titres-là les plus "lus et approuvés".

Florinette 03/11/2007 20:48

Je commencerais certainement par "Bruit du coeur", car on me l'a conseillé plusieurs fois, mais je vais quand même prendre note de celui-là au cas où je ne le trouverais pas à la biblio !!

Anne 04/11/2007 10:54

C'est vrai que je n'ai pas l'air d'avoir fait le meilleur choix avec ce titre, mais tant pis...Et même tant mieux, parce qu'ainsi le meilleur reste à venir ;-)

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone