Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

4 novembre 2007 7 04 /11 /novembre /2007 12:01

Ce livre de Frédéric Brun, n'était pas dans ma PAL par hasard, il faisait partie de ceux que, démoniaquement, certains m'ont "forcé" à acheter! Je l'avais depuis un bon moment mais récemment Florinette en a publié quelques extraits qui m'ont donné envie de le lire sans plus attendre.

 

 

A la mort de sa mère, Frédéric Brun, réalise qu'il connait très peu son passé. Rescapée d'Auschwitz, elle a toujours voulu lui épargner les détails de ses souvenirs. Découvrir la jeune fille derrière la maman, l'aiderait-il à faire son deuil?

 

 

Avant d'ouvrir ce récit  je pensais que j'allais lire un livre sur la vie d'une femme déportée, racontée par son fils après une enquête qu'il aurait mené. Mais je n'ai absolument pas reçu cette lecture comme telle.

Pour moi j'ai lu un livre d'amour ou plus exactement un livre d'amours. Celui éternel d'un fils pour sa maman, celui fidèle d'un homme pour sa femme, celui passionné d'un mari pour son épouse, celui émerveillé d'un père pour son fils, celui protecteur d'une mère pour son enfant.

J'ai trouvé sous la plume de Frédéric Brun toutes les formes que l'amour peut prendre, toutes les nuances que la souffrance, le deuil mais aussi le bonheur peuvent lui donner.

J'ai lu un texte magnifique, bouleversant, tendre, absolument pas noir ou douloureux comme je le craignais.

 

Clarabel, Florinette, Majanissa ont lu ce joyau avant moi.

 

Ce manuscrit a reçu La bourse Goncourt du premier roman

(Stock)

Crédit couverture: Editions Stock et Amazon.fr

 

Mardi 6 novembre: Gambadou, elle, a été déçue.

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

katell 11/11/2007 10:54

Je le note donc....aurais-je le temps de faire baisser ma LAL?
Toujours est-il que ton commentaire est touchant et incite à la débauche de notes sur le calepin ;-)

Anne 12/11/2007 08:25

L'idéal étant surtout de baisser aussi sa PAL!

majanissa 09/11/2007 18:03

Ah j'ai un bon souvenir de ce livre, ravie qu'il t'ait touché également :-).

chiffonnette 08/11/2007 20:59

Et ça empire de commentaire en commentaire!! Je suis sensée faire comment moi avec tout ça!!

Anne 09/11/2007 09:01

Tu fais la même chose que moi quand je suis dans ce cas-là: tu soupires, tu notes et tu déprimes ;-(((((

In Cold Blog 07/11/2007 15:42

Encore une fois, je me laisse tenter, ô Insatiable tentatrice :o)

Anne 07/11/2007 19:32

Sache que je suis autant Déesse Tentée que Déesse Tentatrice, ô Blogueur Flatteur ! 

BelleSahi 07/11/2007 09:17

Oh et bien si Claudel le conseille...

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone