Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

20 décembre 2007 4 20 /12 /décembre /2007 17:12

Ce roman d'Isabelle Minière a atterri chez moi à cause du duo redoutablement dangereux Clarabel / Laure. Quand elles se mettent à 2 pour défendre un auteur, je suis perdue!

 

 

 

 

Un jour, Benjamin comprend l'origine de son mal de vivre. Son épouse Béatrice lui impose tout et conteste tout: sa vie professionnelle, sa façon de faire l'amour, ses mots doux pour leur fille. En prendre conscience c'est bien, mais réussir à contrecarrer la tyrannie de Béatrice ne va pas s'avérer si simple...

 

 

 

Ce roman avait contre lui d'être le "post-Brodeck". Sans doute que cette position n'a pas joué en sa faveur, puisque je ne partage pas entièrement l'enthousiasme des blogueuses précitées.

Ce n'est pas que je ne me sois ennuyée avec cette lecture. La relation dominant/dominé est traitée avec un humour parfaitement dosé et le style fluide permet une lecture agréable. Mais les personnages m'ont tellement agacée que j'ai eu hâte de finir ce roman et de m'en débarrasser.

Certaines mauvaises langues diront peut-être que je m'identifiais à l'épouse et me sentais mal à l'aise.

Psssst! N'importe quoi! Je ne suis quand même pas une harceleuse!...Bon d'accord... Je veux bien admettre que quelques traits de mon caractère pourraient peut-être présenter quelques ressemblances avec ceux de la tyrannique Béatrice. Mais, est-ce de ma faute à moi, si "rien n'est fait dans cette maison quand, moi, je ne le fais pas!", si "forcément quand je ne dis rien,  personne n'aura l'idée de vider le lave-vaisselle/ descendre la poubelle/ etc..."?!

Antigone partage un peu mon ressenti.

 

(Le livre de poche)

Crédit couverture: Editions le livre de poche et Fnac.fr

PS: Malgré ma déception, je garde encore l'envie de lire "Le soupirant".

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

valdebaz 23/12/2007 19:42

Je l'ai lu et bien aimé ! lu le soupirant dans la foulée, je dois dire que j'aime bien cette auteure !

Papillon 23/12/2007 11:12

Toujours pas lu Isabelle Minière...Et le thème de celui-ci ne me dit vraiment rien...

Florinette 21/12/2007 22:47

Il est sur ma LAL et maintenant j'hésite entre le garder ou l'effacer, je pense que je vais opter pour la deuxième solution !! ;-)

Anne 22/12/2007 09:13

Moi, je garde cette auteure dans ma LAL. Esssayons avec un autre titre...

flo 21/12/2007 22:38

Ch'uis pas trop tentée !!  A faire lire à mon mari peut être !!

Anne 22/12/2007 09:12

T'as raison, en comparaison avec Béatrice, il te trouveras certainement "cool" comme femme!

Tamara 21/12/2007 16:54

Chez moi, c'est Mister T. qui me tire les oreilles quand je ne fais pas la vaisselle de ma tasse de café chaque matin !  ;-)

Anne 22/12/2007 09:11

Comment de temps lui faudra-t-il pour "t'éduquer"?! ;-)))))

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone