Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

14 janvier 2008 1 14 /01 /janvier /2008 17:00

Philippe Besson est un auteur que j'aime beaucoup. Son écriture touche certaines de mes sensibilités. Même "L'enfant d'octobre", objet de tant de polémiques, n'avait pas réussi à écorner mon admiration.

 

 

 

Thomas revient dans sa bourgade de bord de mer. Sa peine pénitentiaire de 5 ans est expiée.

Mais personne n'a oublié: la tempête, la sortie en mer, la mort de l'enfant, le doute: négligeance ou meurtre. Personne n'a pardonné les articles de presse. Personne ne veut plus de Thomas ici.

Alors pourquoi revient-il?

 

 

 

La pluie, le vent, le gris donnent, dès le début, l'atmosphère sombre de ce récit. Les phrases sont courtes, claquent comme des coups au coeur. J'ai palpé dès les premières pages la souffrance de Thomas. Une douleur pesante qui se nuance de colère, de la frustration d'être aboulique devant une vie toute tracée.

Touchée par l'histoire je n'ai, curieusement, ressenti aucune sympathie ou compassion pour Thomas. Son attitude, ses motivations, son détachement m'ont indisposée. Personnalité bien trop loin de ce que je suis...En contraste, la détresse des personnages secondaires m'a semblée plus juste, mieux exprimée.

Un bon roman, mais qui ne détrône ma préférence pour "En l'absence des hommes".

Patch a aimé, Clarabel beaucoup moins!

 

(Pocket)

Crédit couverture: Pocket et Fnac.fr

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

lireplus 28/02/2008 01:38

bonjour !je ne sais pas si je suis déjà passé ici, je visite beaucoup de blogs ! mais je sais que j'avais votre site dans mes favoris (j'étais en train de trier quand tout à coup...)j'ai remarqué votre article sur Philippe Besson, et j'aimerais vous faire part aussi de mon opinion, j'ai écrit différentes chroniques sur Philippe Besson http://lireplus.mabulle.com/index.php/?q=philippe+bessond'autre part, je suis en train de refaire mes liens partenaires, et j'aimerais vous y inclure ! si vous êtes ok pour un échange de liens, n'hésitez pas à me contacter via mon blog !en tout cas, je vois que la littérature contemporaine attire toute votre attention, et c'est mon cas également :) à bientôt !

Anne 28/02/2008 15:12

Je vais aller vous rendre visite...

Joelle 28/01/2008 08:50

Alors, je note plutôt l'autre titre et pas celui-là (enfin, pour l'instant ! mdr !)

nath 16/01/2008 18:37

Je me note ce titre ... Merci Anne !

Flo 15/01/2008 21:59

Je n'ai encore rien lu de cet auteur. Je note "l'absence des hommes". Bonne soirée !

Anne 16/01/2008 09:13

C'est un petit poche, pas cher, pour un maximum d'émotions!

Moustafette 15/01/2008 20:25

Hmm avec le temps qu'il fait il faudrait le lire cette semaine  !

Anne 16/01/2008 09:12

A Nantes depuis hier c'est horrible: bourrasques, pluie, ciel tout sombre...beurk!

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone