Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

17 janvier 2008 4 17 /01 /janvier /2008 17:00

Florinette savait que ce roman de Françoise Lefèvre me faisait envie, alors elle me l'a prêté. Tout gentiment: ce qui, bien sûr, n'étonnera personne!

 

 

 

A l'intérieur Cécile est remplie de vides: vide d'un amour perdu, vide d'un enfant mort, vide d'espoir vain. Tous ces vides prennent beaucoup, beaucoup de place, alors à l'extérieur elle est obèse...

 

 

 

Les premiers mots lus, c'était trop tard, je me suis trouvée prise dans la spirale du livre qu'on ne peut pas lâcher. Hier je suis arrivée tout juste à l'heure au boulot, j'ai remplacé ma pause thé (pourtant sacrée!) par un moment lecture solitaire et me suis levée de bonne heure ce matin pour le finir!

Ce roman est une petite merveille. Des mots toujours au bord des larmes, mais que la tendresse sauve. Des mots jolis comme ceux des poèmes que je ne lis jamais. Une histoire de détresse, de vie gâchée, d'ostracisme et pourtant une belle histoire colorée par une amitié pure et suave.

Beau, ce roman reste pourtant un conte cruel. Alors forcément le monde sombre, les personnages méchants sont les plus forts. Je le referme le coeur lourd mais...l'esprit émerveillé.

Je sais que ceux qui aiment l'écriture de Sylvie Germain doivent le noter sans hésiter.

 

Merci encore Florinette pour ce moment d'émotions.

 

Clarabel l'a lu aussi...ce qui n'étonnera personne!

 

(Babel)

Crédit couverture: Editions Babel et Fnac.fr

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

Marie 12/07/2010 10:59



Je viens de lire ce livre et j'ai refermé la dernière page le coeur serré. Oui, comme tu le dis, ce livre est une petite merveille.


 



Isa 28/05/2009 15:50

Ce livre fait des ravages. je fais partie des lectrices conquises par ce roman.

Anne 29/05/2009 07:51



Ne te reste plus qu'à lire les autres titres de cette auteure



boo 30/01/2008 11:35

Si le livre est aussi touchant que peut l'être ton commentaire, je crois alors qu'il faut noter ce titre sans restriction.
à bientôt.
 
 
 

Anne 30/01/2008 13:21

Si tu veux, tu peux t'inscrire chez Florinette: c'est un livre voyageur;

Joelle 28/01/2008 08:53

Je n'ai jamais lu Sylvie Germain mais je serai plus tentée de commencer à la découvrir avec Magnus !

Anne 29/01/2008 13:05

Magnus, je ne l'ai pas encore lu, et j'aime savoir que j'ai encore quelques titres de S.Germain à découvrir ;-)

yueyin 21/01/2008 09:48

Ah j ne sais pas, d'un côté toi et florinette êtes très convaincantes mais en même temps elle a l'air si triste cette histoire que je ne sais pas si je vais vraimetn me laisser tenter....

Anne 21/01/2008 09:59

J'ai trouvé les mots bouleversants mais l'histoire pas si triste que ça...La beauté de l'amitié atténue le tragique.

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone