Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

29 janvier 2008 2 29 /01 /janvier /2008 13:05

Suite aux critiques enthousiastes sur "Les vestiges du jour", j'avais très envie de découvrir l'univers, parait-il bien particulier, de Kazuo Ishiguro. C'est avec ce titre trouvé à la biblio du CE que j'ai pu y pénétrer.

 

 

 

 

Adultes, ceux qui sont allés en pensionnat se souviennent avec une tendre nostalgie, avec rancoeur ou peut-être révolte de ces "années-là". Les souvenirs de Kath sont plus puissants; ils représentent non seulement son passé mais aussi son présent et son avenir. Et même le sens de sa vie...

 

 

 

Vous n'avez rien compris à ce résumé tout nul? Normal et tant mieux! Il ne faut rien savoir de ce livre. Il faut l'ouvrir, le lire, se dire qu'on a deviné, puis que, tout compte fait, non ce n'est pas ça. Plus loin réaliser qu'on avait raison, à moins que, finalement, peut-être pas... Ce roman est une atmosphère floue où on se laisse cerner. Quand je lisais, autour de moi tout était brouillardeux, oppressant. Ceux qui connaissent le film "Le village" de M.Night Shyamalan, ont du éprouver des sensations similaires.

Un roman d'atmosphère donc, oui mais pas seulement. Parce que, Kazuo Ishiguro a du se dire, ce serait trop simple, pas assez douloureux. Alors des réflexions pas du tout confortables s'incrustent. Vous savez du genre qui pèsent lourd sur une conscience. L'éthique, le revers du progrès, l'orgueil humain, la destinée, la fraternité, l'amour...

Clarabel a été décontenancée, Clochette bouleversée, Cuné a eu mal, Lily a été éprouvée et sonnée, Karine perturbée. Moi, j'ai été tout ça à la fois...

Mais la richesse de l'humain est aussi d'avoir une âme sensible propre, ainsi Amanda, Cathulu et Jules, elles, ont abandonné leur lecture. Ceux qui savent comprendront...

(Editions des 2 terres ou Folio)

Crédit couverture: Editions Folio et Fnac.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

myriam 10/11/2008 17:07

je viens de découvrir ce blog ! quelle joie s'en dégage ! comme je lis beaucoup, j'ai aussi lu cet extraordinaire livre mais en anglais.. c'est vrai qu'il est étrange, ce propos, mais l'écriture est si puissante que la lecture se pourrait faire à haute voix tant elle est belle ; lisez les autres, ils sont aussi prenants ; leur anglais est aussi exceptionnel de limpidité !

Marie 04/05/2008 23:02

J'ai l'impression d'être passée à côté...Je l'ai lu pratiquement d'une traite jeudi et la fin m'a mise mal à l'aise. Je l'ai posé dans un coin pour ne plus y penser.

Anne 05/05/2008 09:05



Bien au contraire! Si tu t'es sentie mal à l'aise, c'est justement que tu n'es pas passée à côté!!!



Cindy 26/04/2008 22:24

Un livre, finit en deux jour, qui m'a plutôt marqué! Tellement de questions que l'on se pose tout au long du roman. Beaucoup d'émotions m'ont traversés églament et une simple phrase digne de beaux romans à l'eau de rose m'a serré le coeur: "C'est dommage, Kath, parce que nous nous sommes aimés toute notre vie. Mais, à la fin, nous ne pouvons aps rester ensemble pour toujours." (p.433)Au final, tout ça pour dire que j'ai beaucoup apprécié!

Anne 27/04/2008 10:50



Ce roman fera partie à tout jamais de ceux qui m'ont fait le plus congité. Le thème est réellement perturbant.
Merci d'avoir pris le temps de déposer ton avis chez moi, ça m'a fait très plaisre de te lire.



Mme patch 05/02/2008 20:28

J'ai vu le film et j'avoue que ton billet me donne envie de me plonger dans cette atmosphère...

Choupynette 04/02/2008 15:07

Il est dans mon calepin depui sun bail déjà...

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone