Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

5 février 2008 2 05 /02 /février /2008 16:46

Un prêt d'Alice qui me permet de lire, après "La grosse", un autre titre de Françoise Lefèvre...

 

Elle ne veut pas que son petit garçon autiste aille en hôpital de jour. Alors pendant 4 longues années, elle va le garder tout près d'elle, et même bien souvent contre elle, pour le sortir de son monde solitaire et effrayant. Elle s'en sent le courage. Alors l'enfant va puiser jusqu'à la lie l'amour, l'énergie, la patience, les heures de sommeil, la notion de plaisir et même l'inspiration de sa maman. Mais elle ne s'épuisera pas: son amour maternel est sa force contre l'adversité. Et ensemble ils vaincront...

 

Florinette a qualifié ce texte de flamboyant, et il est inutile que je cherche un autre adjectif. Aucun autre ne conviendrait mieux. Des pages et des pages sur l'amour maternel: sur sa beauté, sur son pouvoir mais aussi sur son aptitude à harasser, à assujettir.

Françoise Lefèvre raconte son combat contre l'autisme sans larmoyer, et pourtant j'ai éprouvé beaucoup de pitié pour elle pendant ma lecture. J'ai eu mal de toute sa souffrance, de toute sa fatigue. L'empathie m'était facile: une amie très proche a laissé derrière elle sa vie professionnelle, bon nombre de ses amis, une personnalité généreuse pour s'occuper de son fils handicapé mental et moteur.

Ne croyez pas quand on vous prête un livre comme celui-ci que vous allez faire des économies! C'est un déchirement de le rendre à Alice et forcément je vais l'acheter: il me le faut ABSOLUMENT!!!!

 

Merci Alice. 

Edition "J'ai lu" ou "Babel"

Crédit couverture: Edition J'ai lu et Amazon.fr

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
En fait Anne, je me souvenais d'une histoire semblable qui m'avait chamboulée mais pas du titre... Après recherches sur mon petit carnet de lectures...effectivement, je l'ai lu en mai 2000 !! Bon week-end à toi !
Répondre
A
Après 7 ans, tu es toute excusée d'avoir oublié le titre ;-)
N
Tu vois les ravages commis par le prêt d'un livre aussi fort et intense que "Le petit prince cannibale". On aime tellement l'histoire, on ressent tellement d'ampathie que l'on est obligé d'acheter le livre tant son souvenir est marquant .... Merci qui ??? Les blogs o)))
Répondre
A
Oh comme tu as raison: il faut remercier les blogs pour toutes les belles que l'on fait grâce à eux!
B
Moi je t'accorde une dérogation mais j'ai vu qu'Amanda t'a taguée aussi. Elle n'a pas du voir que je t'avais taguée dans mon blog !
Pour le livre je ne sais pas. La couverture est pas belle. Je sais c'est bête mais...et puis le thème je ne sais pas trop. Bises !
Répondre
A
Pour la couverture je partage ton avis! Mais l'intérieur est d'une telle beauté qu'on l'oublie vite.
A
à ton tour!
http://amandameyre.hautetfort.com/archive/2008/02/08/amanda-meyre-n-est-pas-insignifiante.html
Répondre
A
Bon alors mon excuse "J'ai déjà fait ce genre de questionnaire il y a quelques mois" ne fait pas le change? ;-(
Je m'y colle demain.
A
Il me semble l'avoir lu...il y a longtemps celui-ci.
Bonne journée Anne, et bon anniversaire à ton blog !!
Répondre
A
Merci Antigone!
C'est étonnant si tu l'as lu que tu ne t'en souviennes pas trop...

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone