Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

13 février 2008 3 13 /02 /février /2008 09:45

Après "Caresse de rouge", qui avait été pour moi une secousse mesurable sur l'échelle de Richter, je m'étais promis de lire d'autres titres d'Eric Fottorino. Le hasard ne m'a pas mis "Baisers de cinéma" entre les mains mais ce titre-là. 

 

Clara est mariée à un bourreau. Elle réussi à lui échapper et va travailler loin, très loin de lui en Norvège. Son corps n'oublie pas les rixes et l'exprime avec de l'eczéma, des contractures, des déboitements de vertèbres. Un homme "accordeur de corps", une sorte d'ostéopathe, va essayer de le dénouer, de l'assouplir...

 

Si je voulais retrouver auprès de cet auteur les mêmes sensations qu'il m'avait précédemment offert, j'en ai été pour mes frais! Je suis restée d'abord indifférente à cette histoire "tragique", puis au final j'ai carrément eu du mal à le finir. Ecrit à 2 voix, aucune n'est mieux que l'autre.

Le guérisseur n'a rien d'attachant: seul le côté anatomique de Clara l'intéresse. Il reste de marbre, sans aucun sentiment pour cette femme. Le descriptif de ses massages fut, à mes yeux, complètement insipide.

Quant à Clara, sous prétexte que son mari violent est un étranger, elle dénigre tout un peuple.  Ses idées ne sont qu'amalgame et ses propos de plus en plus racistes au fil de l'histoire m'ont énormément gênée, jusqu'à m'insupporter. Je comprends très mal les motivations d'Eric Fottorino. Pourquoi inclure de telles insanités dans une histoire pas si mal que ça?

Je n'ai même plus envie de lire quoi ce soit d'autre de cet auteur. 

Antigone a ressenti ce texte d'une toute autre façon!

 

Editons "Stock" et "Le livre de poche"

Crédit couverture: Edition "Le livre de poche" et Amazon.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

pom' 24/02/2008 13:18

on doit ma tréter ce livre, j'ai très envie de la lire, je t'en reparle plus tardbonne journée

Anne 25/02/2008 13:10

Je suis curieuse de connaitre ton avis sur ce livre aux avis mitigés.

katell 17/02/2008 10:21

J'éviterai donc ce titre mais note "caresse de rouge" ;-)

Anne 17/02/2008 18:00

Ceci dit certains ont aimé ce territoire fragile...

Finette 15/02/2008 23:27

Bonsoir,J'avais beaucoup aimé ce livre ainsi que "Caresse de rouge" mais du même auteur, mes romans préférés sont "Baisers de cinéma" et "Korsakov" qui sont vraiment magnifiques. Je trouve vraiment qu' Eric Fottorino écrit avec grâce, délicatesse et subtilité.

Anne 16/02/2008 09:52

Je vais finir par craquer pour "Korsakov" si vous vous y mettez tous ;-(

BelleSahi 14/02/2008 18:06

Et bien sans moi ce livre ! Bises ! Bé oui je suis revenue. Tranquillement !

Anne 15/02/2008 09:12

Bon retour parmi nous ;-)

Laetitia 14/02/2008 15:37

Pas lu celui-là mais je suis d'accord avec toi Anne, Caresse de rouge m'avait aussi toute chamboulée ;-) Et concernant cet auteur, mon coeur balance franchement pour Korsakov que j'avais vraiment trouvé grandiose. Fottorino mériterait peut-être une dernière chance quand ta colère sera appaisée ! rires

Anne 15/02/2008 09:11

Bon alors peut-être une dernière chance avec "Korsakov", si je tombe dessus en occas'!

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone