Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

21 février 2008 4 21 /02 /février /2008 14:07

Ce n'est pas le premier roman de Stéphanie Janicot que je lis, j'aime bien son écriture simple et efficace.

 

 

Soledad et Antonio, 2 adolescents "petits bourgeois" de Mexico, tombent follement amoureux. Pour vivre ensemble ils fuguent à New York, persuadés que la bonne fortune peut sourire aux mexicains exilés.

Rien ne sera comme ils imaginent. Pourtant l'amour de Soledad ne faiblit pas. Alors pourquoi comparait-elle aujourd'hui devant un tribunal pour le meurtre d'Antonio?

 

On assiste au procès de Soledad et les chapitres alternent ses aveux et les dépositions des témoins. Cette construction de texte est plaisante, l'histoire s'étoffe tout en dynamisme, le suspense est savamment distillé.

Ce roman est de ceux qui me donnent envie de lire sans m'arrêter...mais (parce qu'il y a un "mais"!)que j'oublie aussitôt refermés. Ceux qui offrent une lecture facile, un vocabulaire simple, une grammaire correcte, une héroïne attachante, du dépaysement, aucune question tordue ou existentielle à se poser. On peut, je pense, le classer comme un "roman de plage", un "entre 2 lectures difficiles" ou un "pas prise de tête". Comme vous voulez...

Si un jour vous le trouverez comme moi d'occas à 1 €, vous pouvez le glisser en "dépannage dans votre PAL.

 

Editions "Albin Michel " et "Le livre de poche"

Crédit couverture: Edition "Le livre de poche" et Fnac.fr

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

Gambadou 01/03/2008 11:24

Oh, j'aime aussi beaucoup cet auteur, bonne idée, je note pour la prochaine visite à mon bouquiniste...

Anne 01/03/2008 16:03

On trouve facilement ses romans d'occas. Tu as toutes les chances de mettre la main dessus.

Karine 23/02/2008 14:18

Je lis musique, tango... et je suis tentée!  Même si on oublie vite, l'important, c'est de passer un bon moment!

Anne 23/02/2008 15:29

Si tu aimes le tango, il tient une place importante dans cette histoire.

bel-gazou 22/02/2008 14:58

bonne journée Anne!

Anne 22/02/2008 16:05

Merci! Hummm, depuis 1h je suis en WE ;-)))

Lilly 22/02/2008 13:11

Et oui, il y en a beaucoup des livres comme celui-ci. Mais c'est pas mal de temps en temps. Je note, l'histoire semble pas mal.

Anne 22/02/2008 16:04

Tu as raison: passion amoureuse, immigration, musique, tango tous ces thèmes réunis forment une histoire pas mal du tout.

florinette 22/02/2008 10:28

Entre deux bons gros romans pour se distraire l'esprit, c'est bien utile et agréable aussi ce genre de lecture !!

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone