Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

13 mars 2010 6 13 /03 /mars /2010 20:57
Il est un temps pas si lointain où je n'ouvrais aucun recueil de nouvelles. Ces histoires trop courtes pour me toucher, trop abruptes pour me satisfaire, me frustraient. 
Mais les blogs finissent par créer des tentations, titiller des curiosités. Alors, j'ai commencé à "m'y mettre".
Le tout, je crois, est de ne pas ouvrir un recueil en lieu et place d'un roman. Michel en parle justement ici
Finalement je commence à bien apprécier.

Pour la toute première fois, donc, j'ai accepté de recevoir un exemplaire de presse de nouvelles. Vu le nombre de billets élogieux déjà publiés sur Emmanuelle Urien, je ne prenais pas beaucoup de risques.

9782930538082.gif
Aucun fil conducteur entre ces 15 histoires. Leur point commun? L'atmosphère. Et là, il n'y a qu'à se référer au titre. Absolument pas mensonger. Oui, ces récits sont bien noirs et sans sucre. Ils ne sont même pas édulcorés. Mais alors pas du tout!
Je dirais cependant qu'un humour (certes un peu grinçant, mais jamais de mauvais goût) s'impose parfois entre les lignes. L'écriture passe, alors, de "déjà bien" à "parfaitement bien".

Si les histoires ne font que quelques pages chacune, leur fin est  tellement judicieuse et bien amenée que je ne suis jamais restée sur ma faim. Elles se suffisent parfaitement à elles-mêmes.

Tiens... je me rend compte que j'ai utilisé 2 fois l'adverbe "parfaitement"... 

Je me suis surprise à dévorer fébrilement ce recueil, des émois à fleur de coeur. Et oui, parfaitement! (Et de 3!!!)

Emmanuelle Urien a fini de contrer mes éternelles excuses avancées pour ne pas craquer sur les bouquins de nouvelles. Je lui en veux.

 Cathulu, FlorinetteMartine et  Sylire ont aimé aussi. Leurs billets vous conduiront vers d'autres...

Editions Quadrature
Crédit couverture: Editions Quadrature et Fnac.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

caro_carito 29/03/2010 21:05



En fait, en amérique latine, souvent les grands auteurs =écrivent des nouvelles, c'est un genre dans lequel ils sont très fort mais c'est pareil aux us. Carver, de mémoire c'est bien aussi (dhort
cuts au ciné). Au japon aussi.
La france est le pays qui se nourrit bcp de romans.



Anne 06/04/2010 17:20



Merci d'avoir pris le temps d'apporter ces précisions.



caro_carito 27/03/2010 09:45


Les nouvelles de Joyce caroll Oates ,je l'avais découverte comme cela,étaient de mémoire très bien. Honnêtement je trouve que les littératures étrangères excellent dans le genre.
Mais je note ce titre.


Anne 29/03/2010 19:58


Je ne sais pas si les nouvelles étrangères sont meilleures que les françaises: je débute dans la lecture du genre.


antigone 19/03/2010 22:12


J'ai des excuses alors, je n'ai pas encore lu "la consolante" !! ;o)


Anne 20/03/2010 12:43


Reste à savoir si tu l'aimerais


Florinette 19/03/2010 11:03


Je n'ai lu que celui-ci et compte bien un jour en découvrir un autre de l'auteur !
Bonne fin de semaine Anne, bisous !


Anne 20/03/2010 12:28


Bon week-end à toi aussi Florinette!


Joelle 16/03/2010 16:34


Il n'a que de bons échos, ce recueil :) Et il y a un petit moment que je l'ai noté mais finalement, avec cette nouvelle édition "allongée", cela sert parfois d'attendre ! mdr !


Anne 16/03/2010 18:09


Dans ce cas-là oui!


Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone