Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

18 mars 2010 4 18 /03 /mars /2010 15:27

Les amants du n'importe quoi

9782290336045.gifJ'attendais beaucoup de ce roman de Florian Zeller, parce que j'avais bien aimé le style original de "Neiges éternelles".
Mais je me suis globalement ennuyée avec ce mythe de Don Juan revisité. J'ai relevé, ça et là, quelques beaux passages sur la nostalgie ou l'insatisfaction permanente de l'être humain. Rien qui ne puisse réellement relever l'histoire.
Pour ce qui est de la fin, les dernières pages m'ont semblée bien obscures. Pas tout capté...

Editions Flammarion et J'ai lu

 


 

La maison du retour
9782070349111.gif
J'étais absolument persuadée que j'allais aimer ce récit de Jean-Paul Kauffmann. Tous les éléments me semblaient réunis: l'amour d'une maison, l'éloge de la nature, l'apologie de la solitude. Pourtant la mayonnaise n'a pas prise. L'auteur se livre, sans vraiment se livrer. Dit, sans vraiment dire. Cette distance, je suppose volontairement instaurée, m'a rendue complètement indifférente à l'état d'esprit de l'auteur.
Je me suis lamentablement trainée jusqu'aux dernières pages.

Billets élogieux chez InColdBlogLaure et Sylire.

Editions Nil et Folio



Le sac à main

9782757801741.gifPlusieurs romans de Marie Desplechin m'ont laissé de bons souvenirs de lecture et je trouvais l'idée de ce livre vraiment sympa. Une femme fait l'inventaire de son sac à main et raconte le pourquoi et le comment de chaque objet.
Chaque soir, avant de m'endormir, je lisais l'histoire de l'un d'eux. Et je la finissais avec un "bof" aux lèvres. Trop parisienne la narratrice pour moi, sans doute!
La "chute" pour conclure ces petits textes ne m'a pas plue du tout: beaucoup trop farfelue.
J'ai quand même retenu une leçon de ce livre: une femme avec un préservatif dans son sac sent une "indéniable augmentation de son potentiel de séduction". Une histoire de désinvolture, de "si je veux, je peux". Attention, je n'ai pas dit que j'appliquerais la leçon!

Billets plus élogieux chez Bel Gazou et Bellesahi. Avec quand même une réserve pour la fin chez elles aussi.

Editions Estuaire et Points




J'aimerais vivre un jour encore

46491044_p.jpgAvec ce recueil d'Eric Van Hamme, non seulement, je suis déçue d'être déçue, mais malheureuse d'être déçue. J'aime bien l'auteur: ses idées, son ironie, son humour et les billets de son blog. Son dernier roman m'avait beaucoup plu, mais ces nouvelles-là ne m'ont pas accrochée du tout. Le niveau n'est pas celui dont est capable Eric. C'est sûr et certain.
Je ne vais pas m'attarder plus;  j'ai adhéré au manifeste qui dit "Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire".
Thaïs, Papillon l'ont mieux aimé et ont su en parler. Mon billet aurait pu faire plagia avec celui de Véro

Editions Actilia Multimédia


Crédit couvertures: Fnac.fr


Je précise que toutes ces lectures ne se sont pas suivies (heureusement, y'aurait eu de quoi déprimer!). Elles se sont échelonnées de décembre à février.

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

Lily 15/05/2010 12:38



Quel beau livre que "La maison du retour" ! Pudique, il est vrai, mais porté par un réel amour de la nature, des arbres, du silence qui permet de réapprivoiser le temps et aussi de l'amitié. J'ai
aimé Castor et Pollux, les maçons, économes de mots, pourtant attachants et surtout la belle présence de Kauffman, à travers ses mots, qui m'a comme "enveloppée" au-delà des heures de lecture.



Anne 17/05/2010 16:18



J'aurais voulu le percevoir de cette façon-là...



Bill 01/05/2010 10:49



J'ai beaucoup aimé la maison du retour ... mais je suis une
inconditionnelle de JP Kauffmann :)
Pour le F Zeller, je partage ton avis ...
Quant aux autres ... je suivrai ton avis :)  


 



Anne 02/05/2010 12:10



Je regrette beaucoup d'être passée à côté de ce livre.



Marc Lefrançois 15/04/2010 14:53



Pour Florian Zeller, cela ne m'étonne pas. Un ami m'avait recommandé un de ses livres, je ne sais plus lequel, que j'avais lu, sans être transporté... Je crois que c'est le genre d'auteur à faire
un ou deux bon livres et à avoir du mal à se renouveler ensuite...



Géraldine 30/03/2010 21:54



De florian Zeller, j'ai adoré la fascination du pire. j'aimerai poursuivre avec cet auteur mais manifestement, il ne faudra pas choisir ces amants du n'importe quoi...



Anne 06/04/2010 17:48



Moi, en tout cas, je n'ai pas accroché avec ce titre-là.



pom' 24/03/2010 07:20


"les amants du n'importe quoi" porte bien son titre, c'est n'importe quoi


Anne 25/03/2010 12:19





Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone