Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 16:57

L'été ce fut, d'abord, l'euphorie d'une fin de juin. L'ambiance des foins était gaie, toutes les joies des retrouvailles étaient à venir.

Puis ce fut le doux bonheur d'avoir les enfants près de nous.

Ce fut notre maison transformée en colo d'ados attardés.

Ce fut des tablées nocturnes avec des amis, des voisins.

Ce fut apprendre que notre fils se donnait encore 1 an avant de rentrer dans le moule "boulot-famille". Le 6 novembre il s'envole loin, très loin de nous: en Nouvelle-Zélande. En tant que femme je trouve cette aventure formidable, en tant que Maman nettement moins...

 

Ce fut, aussi, la fin de la première année "Notre nouvelle vie". L'heure de quelques bilans. L'heure de se dire que certains rêves mis dans les valises n'étaient que des utopies. L'heure d'en prendre conscience et de faire avec. Comprendre que changer de vie ne peut pas être "tout laisser derrière soi".

 

Cet été ce fut beaucoup de lectures décevantes. Aucun titre à retenir.

Enfin, en septembre, ce fut le retour du plaisir avec:

"Robe de marié" de Pierre Lemaitre, un excellent thriller.

- "Thornytorinx" de Camille de Peretti, légèrement bâclé sur la fin, sans que cela réussisse à ternir l'émotion contenue dans ses lignes.

- "Le jardin de ciment" de Ian McEwan, histoire étonnante voir détonante.

- "L'arbre aux haricots" de Barbara Kingsolver. Suis en plein dedans et me régale.

 

Et pour finir, cet été a vu la fin du 1er Objectif PAL. Force m'est d'avouer que j'ai lamentablement échoué! Je m'étais fixé un monceau de 100 bouquins et me voilà avec 201 lectures d'avance. Devant mon manque de volonté évident, je ne vais pas reconduire le défi cette année. Faut savoir abdiquer devant ses faiblesses!

 

Aujourd'hui, j'ai du mal à reprendre mon esprit "automne-hiver". J'ai encore, en moi, des envies de langueur ou d'heures improductives dans le jardin entre chats et chien.

Je continuerais bien à vivre, comme ça, en dehors du monde. Il parait que ce ne serait pas acceptable.

Alors je reprends le chemin de la blogosphère. A petit rythme, en intermittence: la servitude du Net n'est plus adaptée à ma vie au vert.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

La plume et la page 07/11/2010 23:36



Mets des billets quand tu en as envie. Rien ne presse... Le Net est chronophage et il y a tellement de choses passionnantes à côté.



Anne 08/11/2010 17:22



Depuis que je suis à la campagne je n'ai plus de mal à combattre le côté chronophage du Net et c'est bien



anjelica 05/10/2010 12:30



A ton rythme de campagnarde  mais quel plaisir de te retrouver !



Anne 06/10/2010 15:43



Oui rythme de campagnarde: pas de blog quand il fait soleil et beaucoup plus quand il fait froid et noir tôt le soir



Nymphette 29/09/2010 11:24



apprendre à prendre le temps, savoir que l'on ne laisse rien derrière soi, se dégager des servitudes ( du net ou d'autres...) voilà de bien belles leçons. C'est bon d'avoir de tes
nouvelles de savoir que mlagré les difficultés tu prends du plaisir dans ta nouvelle vie.


J'essaie que chaque jour soit une nouvelle vie, mais parfois , on a envie de tout plaquer et de partir loin... mais cela ne servirait à rien, de nouvelles difficultés pointeraient le nez, je
m'en rends bien compte!


Pour ce qui est de prendre du temps au jardin avec bouquin, chiens et chats, ne t'en prive pas, mais prends un bon gros plaid, sinon tu vas tomber m'balade! :-)



Anne 05/10/2010 11:44



Un bien joli commentaire que tu m'écris là! Tu as vraiment bien compris les messages que je voulais faire passer à travers mes mots.


Pour moi, partir loin  fut une véritable neccessité. Et quand les soucis s'imposent je me dis que je les supporte, quand même, mieux
ici.


Je crois que le temps "lecture dans le jardin" est bien fini pour cette année! Le plaid ne suffit plus



l'or des chambres 27/09/2010 10:40



Oh, "le reste est silence", il faut absolument que tu le lises Anne, il est magnifique... (mais assez dur aussi). Quand au désillusions, j'y suis abonnée moi aussi... Nous avons peut-être de trop
grandes attentes... Bises



Anne 27/09/2010 15:28



Si vous vous y mettez à 2



gambadou 26/09/2010 21:26



Ah, te revoilà ! Contente de te retrouver en forme après ces bonnes longues vacances. Bisous



Anne 27/09/2010 15:28



Longues vacances de blog seulement



Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone