Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

21 novembre 2010 7 21 /11 /novembre /2010 18:30

Beaucoup d'entre vous ont déjà apprécié ce livre de Sophie Fontanel, alors forcément je me suis laissée tenter.

 

 9782221117163

 

Sa maman tombe souvent, oublie beaucoup, et peu à peu perd son autonomie.

Alors la narratrice organise, pour elle, tout un réseau d'aide à domicile. Et se rend disponible 24h/24h.

De nouveaux liens d'amour se créent entre elle et sa mère. Qui l'aideront à se comprendre, à s'accepter...bref à finir de grandir.

 

 

 

Je vais aller à l'encontre de tous les billets élogieux que j'ai pu lire sur vos blogs. Je n'ai en rien été émue par ce témoignage, et pour être franche il m'a très vite ennuyée.

 

Bien sûr, il y a de jolis propos sur ce qu'une mère inculque à sa fille et de belles phrases sur la maternité. Bien sûr, l'aide-soignante que je suis a été flattée de voir ainsi son métier encensé.

Et pourtant  je n'ai vu, dans ce livre, qu'une suite d'anecdotes disparates qui m'ont semblées bien vite n'être que répétitions. J'ai fini en diagonale ce monologue l'esprit bien souvent ailleurs, voir même un tantinet agacée par ce qui me semblait être une réalité encensée.

 

J'ai réalisé, en discutant de ce livre avec une amie, que j'avais déjà éprouvé ce même désintérêt et irritabilité pour des lectures au thème analogue. Je pense à "Des phrases courtes, ma chérie" de Pierrette Fleutiaux ou "L'homme qui m'aimait tout bas" d'Eric Fottorino .

Sans doute, est-ce mon métier (le "vivre en vrai" rend bien fade le "raconté"!) ou mon histoire familiale difficile qui me laisse autant hermétique à ces récits. Cela n'a certainement rien à voir avec le talent de ces auteurs.

 

Pour preuve les dithyrambes de: Aifelle , Antigone, Cathulu, GambadouSylire. Chacune vous mènera vers d'autres liens tout aussi enthousiastes...Moment de solitude...

 

Editions Robert Laffont

Crédit couverture: Fnac.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

Karine :) 30/11/2010 22:50



J'ai moins aimé que la plupart des gens mais j'ai quand même apprécié.  Et c'est certain que quand notre métier est mis en cause, des fois, on le vit différemment.  En tout cas, quand
je vois certaines situations idéalisées alors qu'en vrai, c'est beuaucoup moins drôle, je viens grrrr!!!  Bon, pour ma part, j'ai trouvé ça pas facile comme lecture parce que ça me fait
peur, mais je comprends tout à fait.  Plusieurs ont adoré " Où on va papa", de Fournier, alors que moi, j'ai trouvé ça bien, pas choquant du tout mais rien de nouveau parce que c'est une
attitude que je vois disons... souvent! 



Anne 02/12/2010 18:03



Merci d'avoir pris le temps de m'envoyer ce com'...qui finalement rejoint bien le mien



liliba 28/11/2010 12:06



Un livre qu'il faudra que je lise un de ces jours.



Anne 29/11/2010 19:13



Si le thème te tente n'hésite pas!



antigone 22/11/2010 20:37



Il est possible que ton expérience apporte une autre lumière sur ce type de livres, oui. J'avais aimé "des phrases courtes ma chérie"...et pourtant. ;o)



Anne 24/11/2010 15:03



C'est donc possible, mais pas certain



sylire 22/11/2010 18:24



Même si nos goûts sont souvent proches, ils divergent parfois !


On est toujours un peu mal à l'aise quand on ne partage pas l'avis général mais c'est légitime et intéressant...



Anne 24/11/2010 15:02



En y réfléchissant, j'aurais peut-être pu deviner que je ne rentrerais pas dans cette histoire...



Gwenaelle 22/11/2010 17:08



Eh bien moi, j'aime bien les billets qui vont à contre-courant des autres! Ça équilibre! :-)



Anne 24/11/2010 15:00



Là pour ce livre l'équilibre est à peine parfait: moi seule contre beaucoup de billets



Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone