Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 17:37

Il a suffi de quelques mots fort élogieux d'une blogueuse sur Brigitte Giraud pour que je me décide enfin à lire ce bouquin, enfoui dans ma PAL.

9782253118268
Nadia vient d'Algérie.
Nadia rentre en primaire, apprend à lire et à compter.
Nadia grandit, intègre le collège, apprend des règles scientifiques et des données littéraires ou historiques. 
Puis, Nadia apprend ce que la vie lui enseigne: la cruauté humaine et l'amitié, les silences familiaux et les logorrhées avec les copines.
Nadia se construit avec ce qu'elle apprend.



L'histoire de ce livre c'est tout simplement l'apprentissage de la vie.

A travers de courts passages, où s'encroisent les "aventures" scolaires et celles du quotidien, sont relatés ces petits riens qui font grandir, laissent leurs stigmates et forgent une vie.
Et c'est là que ce livre ne pouvait que me plaire. Beaucoup me plaire.
Les petits riens de Nadia sont tellement proches des miens! Je me suis replongée avec délice (et pourtant pour rien au monde je ne voudrais revivre cette période!) dans l'ambiance "Salut les copains". Sheila et Ringo, Frédéric François et Mike Brant...si vous êtes de ma génération je vous prédis quelques fredonnements indélogeables!
Plus loin encore, vous vous souviendrez des bons-points ou des poèmes de Maurice Carême.

Au fil des pages, l'histoire de cette famille venue d'Algérie se dessine. Les contours resteront flous. Pourtant la fin ne me semblera aucunement bâclée. J'ai aimé rester en empathie avec Nadia, ne pas aller au delà de ce qu'elle pouvait comprendre. Elle perçoit, elle pressent, "elle fait avec". Moi aussi, voilà tout. 

Antigone, Cathulu, Clarabel, Cuné, Sylire ont aimé. Leurs avis n'ont pas été écrits ou se sont perdus dans les méandres de la blogosphère. Heureusement reste encore celui de Laure!

Edit de lundi: le billet de Cuné est retrouvé 

Editions stock et Le livre de Poche 
Crédit couverture: Editions Livre de poche et Fnac.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

chiffonnette 25/01/2010 07:33


J'aime bien cette auteur. Elle a l'art d'écrire les petits riens de la vie quotidienne, ceux qui en disent beaucoup!


Anne 25/01/2010 16:42


Oui, c'est tout à fait ça


Karine :) 23/01/2010 14:43


J'aime beaucoup ces récits de construction et de passage à l'âge adulte... dans un autre pays, que je connais peu en plus, je suis encore plus tentée.


Anne 25/01/2010 16:19


Je pense qu'il te plairait!


l'or des chambres 22/01/2010 11:45


Un petit certificat pour toi chez moi Anne ! Viens faire un tour chez moi pour voir çà ! Bonne journée !


Isa 21/01/2010 07:55


J'ai lu Nico de cette auteure, qui n'est pas pas mal du tout.


Anne 23/01/2010 08:59


Apparemment, tous ses titres ont l'air pas mal du tout


Gambadou 19/01/2010 20:49


il est noté sur ma LAL


Anne 23/01/2010 08:58


C'est un début


Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone