Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 17:05

Flo a tellement aimé ce roman de Kéthévane Davrichewy qu’elle en a fait un livre voyageur.

Il a fait sa première étape chez moi.



9782234058644-copie-1.gifCe soir, Tamouna recevra toute sa famille. Elle fête ses 90 ans.

Tout au long de la journée, entre 2 préparatifs, elle se souvient. Son enfance heureuse en Géorgie, le départ précipité pour fuir les bolcheviques, son installation à Paris au côté des autres exilés, les coutumes et traditions qu’on essaie de perpétuer…

Tous ces souvenirs sont dans l’ombre de Tamaz. Le seul homme que Tamouna ait aimé. Viendra-t-il ce soir ?



Je crois que toute la magie de cette histoire est due à la douce nostalgie qui s’en dégage. Rien n’est excessif, même les événements difficiles gardent une forme de tendresse. Tous les sentiments sont en nuances, tout en délicatesse. C’est véritablement un bien joli livre.

 

Sortie de l’atmosphère, l’histoire garde une véritable consistance. Bardée de lacunes historiques,  j’ai beaucoup appris sur la Géorgie, sans jamais m'ennuyer.

Comme pour finir de me plaire complètement, ce roman aborde, en toile de fond, les thèmes qui me sont chers: la douleur de l’immigration et les difficultés de l’intégration.
Je pense, qu'il est toujours bon de chasser loin de son coeur le spectre menaçant du racisme, à grands coups de beaux livres.

Aifelle et Leiloona ont aimé aussi.

"La mer noire" part chez Kathel. Sûr qu'elle ne regrettera pas de le lire!

Editions Sabine Wespieser
Crédit couverture:  Editions Sabine Wespieser et Fnac.fr

Partager cet article
Repost0

commentaires

Y

J'aime les récits d'exil et de nostalgie, cette mer noire pourrait bien me plaire :-)


Répondre
A

C'est sûr, que tu trouveras exil et nostalgie dans ce roman


G

L'immigration et la difficulté de l'intégration, voici deux thèmes qui me sont chers. je note donc ce livre.


Répondre
A

N'hésite pas à t'inscrire auprès de Flo


K

J'ai noté que Flo fait voyager ce livre, mais je ne lui en ai pas parlé, j'attends un peu, je craquerai plus tard ...


Répondre
A

Quand nombre de billets positifs seront publiés, peut-être?


L

Je viens d'acheter ce livre, j'ai été incapable de résister...
Bon week end !


Répondre
A


Hélas, je suis faible aussi



B

j'espère que tu voyageras de même sur mon blog et je serais ravie d'y accueillir tes commentaires A bientôt


Répondre
A

Je réduis au minimun mon temps "blog", en ce moment, mais j'essaierais de te rendre visite bientôt.
Merci de ta visite chez moi.


Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone