Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

4 décembre 2009 5 04 /12 /décembre /2009 12:10

Les éditions Points m'ont proposé ce roman d'André Bucher. Le résumé du livre et la biographie de son auteur (il est agriculteur bio dans la vallée du Jabron) m'ont donné envie de faire fi (et que je n'entende pas "Encore une fois de plus!") de ma volonté de refuser, pendant quelque temps, les offres commerciales.




A 18 ans, Jérémie quitte sa mère pour aller vivre chez son grand-père bucheron, dans les Alpes-de-Haute-Provence.
En arrivant à la ferme, sa grand-mère lui apprend que le vieil homme est décédé, écrasé sous un arbre.
Daniel, le père de Jérémie, arrive pour les funérailles. 15 ans qu'ils ne s'étaient pas revus...




Il ne suffit pas, pour moi, de lire un roman sur la beauté de la montagne, sur les bienfaits de vivre au vert, pour être systématiquement emportée par ma lecture. Ce titre-là en est la preuve.

J'ai trouvé ce récit très froid, trop détaché. Les faits sont racontés tels quels, trop bruts. 
Pour chaque épisode, jour et date sont précisés: il en résulte une impression de chronique journalistique. Désagréable quand on attend, de sa lecture, un tantinet de sentiments.

La veuve, qui pourrait être éplorée, n'est qu'un vague personnage secondaire, sans réelle consistance.
Ce père et ce fils qui se retrouvent ne m'ont pas semblé plus touchants que des acteurs d'un mauvais téléfilm.
La vie des bucherons est décrite via Paul, l'ami du grand-père. Là non plus, les paroles de ce paysan ne m'ont pas attendrie. Sans trop savoir pourquoi, d'ailleurs. Manque "un p'tit quelque chose".

L'éditeur, pour évoquer ce roman, parle de "pudeur toute rocailleuse", de sentiments dévoilés par "touches infimes". Je suis entièrement d'accord avec lui, sauf que trop de retenue n'est justement...pas assez!

Ce titre est le premier écrit d'André Bucher, peut-être les suivants ont-ils plus de relief? Je pense notamment à "Déneiger le ciel" que j'ai dans ma LAL. Il me semble que certains d'entre vous l'ont lu...

Editions Sabine Wespieser et Points
Crédit couverture: Editions Points et Fnac.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

Yv 16/02/2010 11:13


J'avis bien aimé Déneiger le ciel, avec un petit bémol tout de même : il manquait un eptit kekchose pour adhérer totalement. Depuis, j'ai lu La cascade aux miroirs du même auteur : nettement mieux,
et une vraie belle écriture poétique.


Anne 16/02/2010 17:09


Je vais retenir cette cascade...


chiffonnette 08/12/2009 21:25


J'ai lu Déneiger le ciel qui ne m'avait pas convaincue du tout! Le même ressenti sur le style en fait que toi pour celui-ci!


Anne 10/12/2009 15:17


Je me sens de moins en moins motivée pour le lire...


l'or des chambres 06/12/2009 21:40


 Anne,
 Je pense que nos blogs reflète beaucoup de nous même. Et que notre propre personnalitée ne peut pas y passer inaperçu. Merci pour ta gentille réponse. Je te souhaite un bon week-end et je
comprends tout à fait ton impatience à revoir bientôt tes enfants. Ils doivent beaucoup te manquer même si la concrétitation de ton rêve est là et bien là maintenant. A bientôt


Anne 08/12/2009 10:40


Tu as raison pour les blogs. J'ai rencontré en chair et en os plusieurs blogueuses: elles étaient vraiment tel que leurs écrits laissaient
percevoir.


antigone 06/12/2009 20:00


Il ne me semble pas connaître cet auteur...mais tu ne fais pas envie là, c'est sûr ! ;o)) Oui, parfois, les recettes ne suffisent pas, il peut manquer l'alchimie et le plaisir !!
Bonne soirée Anne ! Bises.


Anne 08/12/2009 10:35


"Alchimie" est tout le mot juste!
Il peut aussi s'employer dans le sens inverse: un thème ou un genre qui ne nous attire pas et puis ce p'tit zeste de "je ne sais quoi" qui soudain nous fait chavirer.


Marie 05/12/2009 22:07


Chouette, une tentation de moins ! 



Anne 06/12/2009 15:02


Et dire, que nous en sommes à nous dire ça devant de tels billets


Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone