Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

9 novembre 2009 1 09 /11 /novembre /2009 07:30
C'est aujourd'hui que les lycéens vont désigner leur Prix Goncourt.
Parmi les livres en compétition: ce roman de Justine Lévy. Je dis "roman" puisque c'est ainsi qu'il est présenté. Le doute est-il pourtant possible quand on connait un peu la vie de son auteure?
Peu importe! Roman ou non, cette histoire m'a entrainée dans un sillage d'émotions. Le reste m'est égal.



Alice, la maman de Louise, est en phase terminale de son cancer.
Louise est enceinte.

Alice meurt.
Louise accouche d'une petite Angèle.

Cycle de la vie normal en soi.
Sauf que Louise est une femme fragilisée par une enfance chaotique où aimer une maman excentrique n'était pas simple.
Faire son deuil rongée par une culpabilité constante tout en essayant de se sentir mère...il y avait bien de quoi en faire un roman...



Autant j'ai reproché à Eric Fottorino d'avoir laissé entrevoir son père comme un être trop exceptionnel, autant ici cette critique ne peut être de mise! Ce serait plutôt l'inverse.

Alice n'a jamais su être responsable ni de sa vie, ni de sa fille. C'est ainsi. C'était elle. Elle ne savait pas être autrement.
Justine Levy le sait, le reconnait.
Pourtant quel que soit le tempérament d'une maman et sa façon d'aimer, sa fille culpabilisera toujours. A jamais cette question en elle: "Et si c'était plutôt moi qui suis une mauvaise fille?".
Cette tourmente, qui touche l'une de mes cordes très sensibles, est certainement la raison pour laquelle ce livre de Justine Levy m'a plu. 

Plu oui, mais quand même moins que les précédents "Premier rendez-vous" et "Rien de grave". Trop dans leur continuité son thème, son écrirure intimiste et pleine d'autodérision sont privés de l'effet de surprise.


Antigone a vu dans ce récit un hymne d'amour d'une fille à sa mère.


fnac_goncourt










Editions Stock
Crédit photo: Editions Stock et Fnac.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

Karine:) 04/12/2009 23:26


Elle est la fille de qui? (demande la grande inculte!)  Je ne suis pas certaine que le thème me tente... j'aime les livres sur les relations mère-fille, pourtant.  Mais il y a un
je-ne-sais-quoi qui me retient!!


Anne 06/12/2009 14:58


BHL: http://fr.wikipedia.org/wiki/Bernard-Henri_L%C3%A9vy. Très connu en France


vivi brindacier 24/11/2009 19:01



Bonsoir!
Je découvre ce blog qui est très bien fait. Moi aussi j'ai lu "mauvaise fille" et j'ai beaucoup aimé : pourquoi devrait elle s'empêcher d'ecrire? Parce qu'elle est la fille de?
Personnellement, je trouve qu'elle écrit bien et si ça a pu l'aider pour être publiée, tant mieux pour les lecteurs car celà aurait été dommage!



Anne 25/11/2009 13:24


Tout à fait d'accord avec toi!
Merci de ta visite.


Géraldine 22/11/2009 21:31


J'avais beaucoup aimé "Rien de grave". J'aimerai lire ce livre, surtout après avoir vu justine Levy à la TV, et me faire mon idée.


Anne 23/11/2009 18:26


Personnellement, je l'ai trouvé moins bien que "Rien de grave"


chiffonnette 18/11/2009 20:06


J'avoue ne guère être attirée par ces "romans" qui sont pour moi trop intimes, trop connectés à la vie de leur auteur pour me toucher réellement. En même temps, j'ai sans doute tort! Mais je n'ai
que trop rarement eu de bonnes surprises en la matière!


Anne 21/11/2009 11:34


Il est certains genre que je n'aime pas non plus (Mangas pas ex) et à la lecture de certains billets enthousiastes je me dis aussi que j'ai peut-être
tort...


Thaïs 14/11/2009 19:06


As-tu récupéré ton homme ? et ton boulot prolongé ? Bises et bon WE !


Anne 16/11/2009 17:25


Frédéric est revenu samedi soir sain et sauf de ses journées en ville et bien heureux de retrouver sa campagne
J'ai su ce midi que mon remplacement était prolongé de 2 semaines: youpiiiiii


Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone