Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

28 novembre 2009 6 28 /11 /novembre /2009 12:20
Même si je ne me souviens plus trop de "Comme mon père", lu il y a longtemps, je sais que j'avais bien aimé l'écriture de Guillaume Le Touze. Il y a un moment que je m'étais promis de lire un autre de ses romans.





Marc et Christine traversent un passage à vide dans leur couple.
Il pense que quelques jours de séparation peuvent leur être bénéfiques, elle pense qu'il ne veut que fuir ses responsabilités.
Elle s'installe chez sa mère avec leur fille Chloé et coupe tout lien avec Marc. Il souffre, puis se relève.

15 ans plus tard Marc et Chloé se retrouvent.



Il est des livres qui m'enthousiasment énormément pendant la lecture et dont, 2 jours plus tard, je me demande ce que finalement j'ai bien pu leur trouver. Avec le recul, l'histoire me semble bien superficielle, il ne m'en reste déjà presque plus rien.
Et puis il y a l'inverse. Des livres qui, sur le moment, ne m'emballent qu'à moitié, limite m'ennuient. Quelques jours plus tard,  je ne peux toujours me l'enlever de la tête. Les personnages restent présents, l'histoire continue d'évoluer dans mon imagination.
"Tu rêves encore" est à classer dans ces derniers.

J'ai accompagné Marc sans grands sentiments. Son amitié avec Loïc m'a amenée sur une fausse piste sans vraiment m'étonner. Ses retrouvailles avec Chloé et son nouvel amour avec Bénédicte ne m'ont pas bouleversée outre mesure.
Et puis...et puis, les dernières pages qui tombent comme une météorite.
Et puis...et puis, cette notion pessimiste de la vie qui perce l'histoire. Qui a créé un malaise confus dans mon coeur, quelques jours durant.

J'ai lu un roman un peu terne et j'ai rangé dans ma bibliothèque l'un de ces romans qui gravent ma vie de lectrice.

Editions Actes Sud, Babel et J'ai lu
Crédit couverture: Editions Babel et Fnac.fr



205 + 2 (merci Editions du points!) - 1= 206
Partager cet article
Repost0

commentaires

C

Les premiers me rappellent Françoise Sagan et Modiano (que j'aime bcp!)
Le deuxièeme Céline (j'ai pesté au début contre cette elcture obligatoire!)
Cela me donne envie de le lire.
PS: pal =206, je ne vais même pas oser compter la mienne!


Répondre
A

Ma PAL est enregistrée dans excel: difficile d'échapper à son chiffre fatidite


L

c'est intéessant. un roman qui ne présente pas de mine et qui laisse des traces.merci d'avoir su traduire cela. bonne continuation à toi.


Répondre
A


J'aime les histoires qui me façonnent...



G


Tu as tout a fait raison, certains livres marquent après leur lecture. Je ne connais pas cet auteur, je vais tester



Répondre
A

Il écrit aussi des romans pour ados...


I

C'est pour cela que j'aime Le Touze : parce que sous des dehors anodons, ses textes sont plus profonds qu'il n'y paraît.
Ceci dit, il est muet depuis plusieurs années...


Répondre
A


Pour l'instant,  je n'ai pas encore tout lu de lui: j'ai donc un peu de réserve avant qu'il ne se réveille



M


Tu décris si bien ce que nous aimons toutes : un livre qui ne nous éblouit pas nécessairement de manière immédiate, mais qui reste en nous...
Si ce roman t'a laissé cette pépite, alors je conserve précieusement le titre dans ma liste...



Répondre
A

Tu peux même, je crois, noter aussi les autres titres de Guillaume Le Touze


Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone