Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

23 mars 2011 3 23 /03 /mars /2011 19:40

Elle m'a "trouvée" dans l'immensité du Net, il y a près de 4 ans. Lectrice intarissable il était logique qu'elle arrive chez "l'insatiable lectrice"!

Très vite, j'ai su qu'elle avait quitté Paris pour les montagnes. Alors entre bouquins et changement de vie nous ne pouvions que nous entendre! Elle fut l'une des toutes premières à qui je confiais mon rêve de devenir lozérienne. Elle m'a tout de suite encouragée, soutenue. Tout ça virtuellement...

La semaine dernière l'occasion nous a été donnée de nous rencontrer pour de bon. Enfiiiiiiiiiiin!!!!!

 

La soirée, prolongée jusqu'à 2h30 du matin, fut riche de comparaisons entre montagnards et campagnards, d'anecdotes respectives sur nos boulots, de l'esprit "vie au vert", de palabres autour des produits de nos terroirs... Tellement, tellement de choses à se dire!

 

Je peux vous dire que si ma campagne ne m'avait pas attendue, le lendemain matin j'aurais eu un mal fou à quitter Véro, ses Pyrénées...et la maison de l'Arrajou! Regarder ici et et vous comprendrez....

 

7.jpg

 

Timidoux derrière vos écrans n'hésitez pas à franchir le pas de la rencontre, c'est souvent du "tout plein de bonheur" à la clé!

Repost 0
9 mars 2011 3 09 /03 /mars /2011 19:45

J'ai trouvé un article, plutôt marrant, dans le dernier numéro de Marie Claire et qui pourrait bien intéresser nos LCA célibataires!

 

images

 Voilà un extrait: 

 

"....Et si au lieu de chercher un beau gosse blond, bac+5, vivant à Bordeaux et aimant la voile, vous vous mettiez en chasse d'un type partageant vos goûts...littéraires? Il fallait y penser! Une entrée en matière intello proposé par le nouveau site de rencontres www.mybooxaffinity.fr. Une sorte de café littéraire virtuel avec un test de personnalité pour dénicher l'âme soeur. C'est gratuit, simple, rapide, amusant..."

 

 

 

Et bien moi je peux vous assurer que ce n'est pas de cette façon-là que j'aurais pu rencontrer mon homme de toute ma vie, vu qu'il n'ouvre jamais aucun bouquin!

Mais bon, je ne voudrais pas décourager les Bridget Jones et leurs homologues.

Allez bonne chance!!!!!

Repost 0
Published by Anne - dans Magazines
commenter cet article
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 18:30

Au mois de janvier je suis allée flâner dans une bouquinerie de Bourges. Là devant un bac "Tout à 1,50€" je me suis retrouvée nez à couverture avec 2 anciens amours: Stephen King et Jackie Collins. Renouer avec ses ex est déconseillé par les plus grands psy, mais je suis kamikaze parfois...

 

9782253151364

Mon Stephen m'a offert des nuits magiques tout au long de mon adolescence et même encore un peu plus tard. Frissons, extase, coeur battant la chamade: il m'a permis tout plein d'émotions si intenses que ma nuque en frissonne encore. Et puis se sont installés, à ses côtés, ennui et déceptions. J'ai rompu.

Avec "La petite fille qui aimait Tom Gordon" ma tentative de réconciliation a fait un flop. Les premiers chapitres ont bien eu le goût d'une passion renaissante (tout de suite une petite fille se perd dans une graaaaaaaande forêt et déjà on a trop peuuuuur pour elle), mais très vite les motifs de ma précédente rupture sont réapparus. L'ennui encore (le suspense s'étire sans grande conviction) et un grand désappointement au moment où mon amoureux conclue: " Stephen, cette fin trop rose n'est vraiment pas digne des glaciales que tu me susurrais autrefois! Adieu!"

 

 

 

 

339763 2778767Mon amour pour Jackie est d'un tout autre contexte. Autant je revendique volontiers ma romance avec Stephen autant je n'avoue que rarement celle-ci. D'ailleurs là vous me trouvez bien rougissante devant mon clavier!

J'ai découvert les romans de cette auteure (soeur de Joan Collins, héroïne de la série "Dynastie": ça vous situe le contexte!) quand je suis devenue future puis jeune maman. Je pense que les hormones perturbées et les neurones fatigués devaient être responsables de mon engouement pour ces histoires d'acteurs séduisants, d'actrices splendides et de metteurs en scène talentueux! J'adorais leurs intrigues compliquées, leurs manigances, leurs séances de sexe torrides! Puis un jour, j'ai retrouvé une partie de mon système biologique et intellectuel et me suis construite une PAL un peu moins "ménagère".

C'est par curiosité, juste pour savoir si...que j'ai acheté "Frissons". C'est incroyable: c'était comme remettre une vieille robe de chambre! Dans laquelle on se vautre et rêve. D'un ailleurs où on reste mince (tout en dévorant des énormes buffets gastronomiques!), où les plus beaux hommes sont riches ET amoureux. C'est là, que d'un coup, j'ai pris un bon coup de vieux; en réalisant que ces romances ne m'emportaient plus dans leur sillage.

Tu resteras, Jackie, dans la même boite à souvenirs que l'époque "Dallas" ou "Les feux de l'amour" mais franchement nous deux ce n'est plus possible aujourd'hui.

 

 

Je ne sais pas vous, mais moi le coup de la nostalgie ça ne marche pas souvent. Tant pis...ou tant mieux...

 

Le billet de Véro sur "La petite fille qui aimait Tom Gordon" est plus accrocheur que le mien.

 

Editions Livre de poche pour l'un et Pocket pour l'autre.

Crédit couvertures Fnac.fr

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 15:18

Encore un choix de lecture influencé par une blogueuse! Ce roman de Cécile Oumhani est un coup de coeur de Sylire

 

 

59929711 p

La vie de la petite Assia est une vie sans maman. D'elle ne reste qu'une photo. Une jolie femme blonde dans un jardin de jasmin. Quelque part au-delà de la Méditerranée.

Elle ne sait rien de ce pays ensoleillé. Papa Fouad n'est que silence.

Devenue adulte, lourde de ces secrets, elle prend des risques avec sa vie. Mais tombe aussi amoureuse. D'un homme venu, justement, du Marghreb.

 

 

Ce livre est de ceux dont on dit en le refermant "C'est une belle histoire". Tous les ingrédients sont là: de jolis mots, la petite fille attendrissante, un papa tristoune-donc-attachant et bien sûr l'amour. Le bel-le grand Amour. L'amour paternel aussi.

Il ne manque même pas le 'p'tit je n'sais quoi" qui rendrait la belle histoire mièvre ou dérisoire. 

Bien au contraire puisqu'ici les sujets sont, sinon graves, du moins touchants.

Est racontée la difficulté de se construire quand ses racines restent inconnues ou reniées.

Est mis à mal cette éternelle assertion dictée par l'amour parental" C'est pour son bien". Ce père qui croit pouvoir façonner la vie de sa fille selon sa propre conception. Il oublie juste que le bonheur de sa fille n'est absolument pas là où lui le voudrait.

Sont aussi abordés le sentiment d'infériorité de l'immigré, les amitiés sacrifiées au nom d'une renaissance pourtant impossible, le remord du survivant.

Voyez, donc, comme la belle histoire se révèle riche!

 

Riche et, il serait dommage de ne pas le préciser, parfaitement bien menée. La chronologie se mélange adroitement, l'intrigue se dévoile doucement et surtout les dernières pages surprennent, donnent un habile remaniement à l'histoire. Et ça j'adore! 

 

 ClaraGambadou et Gwenaelle l'ont lu aussi. 

 

Editions Paris Méditerranée

Crédit couverture: Fnac.fr

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article
4 février 2011 5 04 /02 /février /2011 06:00

Les années passent et mon blog a 5 ans aujourd'hui!

 

Traditionnellement les jours d'anniv' sont des jours de bilans. Allons-y donc alors!

En vrac: 629 articles publiés, 9446 commentaires reçus, une bannière qui n'a pas changé (heureusement que je suis cachée, aujourd'hui je n'ai plus grand-chose à voir avec cette jeunette de 41 ans!), des tons bleus qui me suivent depuis le départ et un index d'auteurs honteusement négligé.

Je n'ai rien révolutionné dans la blogosphère, pas soulevé de grandes polémiques.

Mon blog est à mon image: il va son p'tit bonhomme de chemin. Et c'est tout.

  5 ans

En place et lieu d'un gâteau à partager, je vous offre un "feu de cheminée". Après tout, c'est de saison!

Repost 0
23 janvier 2011 7 23 /01 /janvier /2011 19:42

Je pense que mon envie de lire ce livre doit dater du jour où j'ai découvert le blog de Cuné: elle n'a de cesse de déclamer son amour pour ce roman de Pat Conroy!

 

 

9782266147972Luke, Tom et Savannah grandissent sur une île en Caroline du sud. Leur père est pêcheur de crevettes et leur mère est très belle. Ils auraient pu faire des parents formidables si l'un n'avait été un peu trop violent et l'autre quelque peu névrosée. 

 

Des années plus tard, Tom, devenu dépressif depuis la mort de son frère ainé voit sa vie s'effondrer. Il n'est plus qu'un coach sans équipe à entrainer, sa femme a un amant et sa soeur jumelle est internée pour tentative de suicide. Justement la psychiatre de cette dernière le contacte: il lui faudrait connaître le passé de Savannah. 

Tom accepte de la rencontrer et raconte...

 

 

Avant tout il me faut préciser que ce livre fait plus de 1000 pages. Je pense n'avoir pas choisi le bon moment pour commencer un tel pavé. Actuellement mes plages de lecture étant relativement courtes (je peux rarement lire plus d'une 1/2h d'affilée) il m'a tenu presque 1 mois. C'est dommage, le souvenir des premiers chapitres était étiolé quand j'abordais le dernier quart du livre. J'ai l'impression d'avoir laissé passer une partie de l'essence de cette histoire. Celle qui en aurait fait un véritable coup de coeur.

 

Parce que réellement je n'en étais pas loin. L'écriture est envoutante. Non pas par la beauté des phrases ou un style singulièrement soigné, mais par les images qu'elle suscite invariablement. Tout vit. Les personnages, les paysages. Rien n'est figé. L'imagination est stimulée en permanence. C'est assez extraordinaire comme sensation. Mon summum fut les tête à tête de Tom et Susan la psychiatre. Leur diner dans un restaurant français, où elle porte une robe magnifique, restera à jamais un grand moment dans ma vie de lectrice.

 

La trame maintenant. Je crains toujours en commençant un énorme bouquin qu'elle mette 3 plombes à s'installer. Ici pas de problème: les premières lignes sont déjà au coeur de l'intrigue. Et, mis à part quelques longueurs sur des matchs de foot ou journées de pêches, le reste coule parfaitement. La classique alternance passé-présent est bien équilibrée. L'un est chargé de suspense et l'autre de sensualité. L'un est brulant de drames et l'autre d'espoir. L'un comme l'autre est terrible et beau à la fois.

 

Le Prince des maréesNon satisfaite d'avoir mis si longtemps à lire ce livre, j'ai enchainé sur le DVD (trouvé à 3€ et des brouettes). Un film de et avec Barbra Streisand. Bien sûr, il m'a semblé tout à fait bâclé. Manque tellement, tellement de choses! Pourtant je lui ai trouvé son charme. Principalement grâce à l'acteur Nick Nolte. Un Tom comme je me l'étais imaginé. Son humour très ironique est bien préservé. L'émotion de son souvenir aussi.

 

Voilà je pense en avoir fini avec la famille Wingo. Je pense mais je n'en suis pas certaine. Il semblerait que leurs fantômes veuillent s'incruster...

 

Chez Cuné les traces de Luke, Tom et Savannah sont ici, et . Et peut-être bien encore ailleurs.

 

Crédit couverture et affiche: Amazon.fr

Editions Belfond et Pocket

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article
3 janvier 2011 1 03 /01 /janvier /2011 19:39

belles lectures

Repost 0
28 décembre 2010 2 28 /12 /décembre /2010 19:43

J'ai enfin pioché ce roman de Gemma Malley dans ma PAL.  Amanda, Clochette, Cuné m'avaient donné envie de le lire il y a déjà 2 ans!

 

9782350211220En 2140 le traitement pour l'immortalité existe déjà depuis des années. Le problème de la surpopulation aussi. La solution fut toute trouvée: une vie contre une autre.

Quand un couple choisi de vivre ET d'avoir un enfant, il devient criminel. Le bambin, lui, sera considéré comme un "surplus", enfermé dans un pensionnat, éduqué pour la servitude.

La petite Anna est l'une de ces indésirables...

 

 

Je me souvenais que ce roman était classé comme "livre adolescent". Après quelques chapitres, je croyais m'être trompée. Un clic sur le site de la F...m'appris que non, que cette histoire était préconisée à partir de 12 ans! J'avoue ne pas toujours comprendre les éditeurs. Ce livre est tellement difficile psychologiquement que j'ai hésité à le prêter à ma fille de 22 ans. Ou alors c'est moi qui suis d'une sensibilité trop...immature?!

 

Le décor? Un pensionnat d'un réalisme saisissant...particulièrement lugubre pour l'étage des nouveau-nés. Froid dans le dos garanti!

L'éducation des surplus? Une manipulation psychologique effrayante! La logique implacable d'une technique dictatoriale est tracée de façon bouleversante. D'autant plus qu'elle s'exerce ici sur des enfants.

 

Si je dis que cette histoire recèle un côté philosophique intéressant, vous me répondrez que pour un public de 12 ans les questions métaphysiques ne doivent pas voler bien haut! Et bien, là encore je dois être immature! Puisque j'y ai trouvé de véritables réflexions sur la précarité de la vie, sur l'individualisme, sur l'instinct de transmettre.

 

Sensations et cogitations sont servis dans une trame au suspense intenable (je vous préviens, les pages sur l'évasion sont inlâchables!), sertis d'une belle histoire d'amour et ne finissent pas une guimauve-end décevante.

 

Un immense, immense coup de coeur.

 

Editions Naive

Crédit couverture: Fnac.fr

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article
24 décembre 2010 5 24 /12 /décembre /2010 15:45

Joyeux Noël

Repost 0
6 décembre 2010 1 06 /12 /décembre /2010 16:52

J'ai accepté de recevoir un nouveau recueil de nouvelles des Editions Quadrature. Jusqu'à présent aucun de leur titre ne m'a déçue.

Celui-ci de Luc-Michel Fouassier ne fera pas exception...  

 

Quadrature-fouassier-couvwebIl est indiqué sur la 4ème que le point commun de ces histoires est un personnage qui évite les joutes frontales, mais reste résolu à se faire entendre.

Je n'ai pas trouvé que c'était franchement flagrant. Mais bon, peu importe! L'essentiel est le plaisir que j'ai pris à lire tous ces courts récits.

 

Des petites aventures du quotidien qui emportent. L'écriture coule sans heurt, ne manque ni de tendresse ou d'humour. Pas de fin absurde ou abrupte, une trame claire dès les premiers mots et surtout aucune frustration après les dernières lignes.

 

Des petits textes pour écouter la douleur violente de l'amoureuse trompée, l'attendrissement d'une grossesse annoncée, la peine de l'enfant mis à l'écart, la solitude jusqu'à l'intenable.

 

Des petites histoires pour tout plein de petits plaisirs fugaces.

 

Voilà. Rien d'extraordinaire ou d'inoubliable. 

Et alors? Aimer lire c'est aussi aimer le futile, non?

 

Crédit couverture: Editions Quadrature

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone