Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

19 mai 2008 1 19 /05 /mai /2008 09:13

T S

Je viens encore de découvrir un auteur via nos blogs. Cette fois il s'agit de Fabrice  Vigne, et c'est à Sylire que je le dois.



Un adolescent, en thérapie, doit parler avec  son psychiatre. Amoureux des mots, soucieux de les employer à bon escient, il ne sait, néanmoins, pas les dire.
Alors, le médecin, lui demande de les écrire .
Le jeune homme réussi enfin à communiquer, à exprimer son malaise.



Je ne sais pas si l'auteur a voulu écrire pour un lectorat adulte ou adolescent, mais à moi, femme bien mûre, il m'a plu!

Ce journal intime a, pourtant, réveillé les mauvais souvenirs de mes 14 ans: cette impression d'être différente, la difficulté de s'intégrer (le chapitre sur les bandes de collégiens m'a serré la gorge très fort), l'ennui encore et toujours, les nuits sans sommeil, l'impression de ne pas pouvoir aimer les siens, l'importance de la meilleure amie et la difficulté à la garder quand l'une redouble.

Ce texte a ravivé mes affres de la puberté, mais l'émotion ressentie est restée tendre. Peut-être parce que ce temps-là est bien loin derrière moi...

La structure du récit est parfaitement bien construite. L'adolescent se dévoile tout  doucement créant ainsi une intrigue pas vraiment intense mais accrocheuse quand même.

Je mettrais un bémol sur les 2 derniers chapitres qui m'ont semblé "artificiels", trop simples; décalés par rapport au style recherché de l'ensemble. Mais c'est un petit, tout petit bémol.

Antigone qui a trouvé ce roman très riche, a envie, tout comme moi, de lire d'autres titres de Fabrice Vigne. Sylire nous conseille particulièrement "Les Giètes".


Editions L'ampoule
Crédit couverture: Editions L'ampoule et Fnac.fr
Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article
17 mai 2008 6 17 /05 /mai /2008 11:52
Passionnante, cette éditrice reçue hier à la médiathèque "Les quatre vents" du Loroux-Bottereau. Elle a parlé de L'Escarbille, la maison d'édtion associative créée avec il y a 10 ans, avec d'autant plus de coeur (je dirais même d'amour) qu'elle fait partie des membres créateurs. Connaitre les dessous des publications m'a vraiment plu: de la réception d'un manucrit à la vente d'un roman, le chemin est tortueux!
Pour ceux qui ont lu et aimé "Des gourmandises sur l'étagère" (livre voyageur de Goelen), sachez qu'il a sa "petite histoire" et qu'elle fut gourmande à écouter!

Passionnantes les réparties avec une organisatrice du club de lecture de cette bibliothèque. Si elle ouvrait un blog, son enthousiasme serait redoutable pour nos LAL!

Passionnante, Flo qui nous a accueilli dans son lieu de travail ! Son "chez elle" est un palais des merveilles et elle nous en a fait les honneurs avec une gentillesse et une chaleur égales à son dynamisme.
La pauvre, elle travaille ce matin et nous lui avons fait faire (et en plus, sans aucun remords!) des heures sups jusqu'à minuit!
Nous nous sommes quittées avec la promesse de se revoir à Nantes. Histoire de continuer notre conversation sur... les sujets habituels de 2 blogueuses qui se rencontrent ;-)


Et ce matin, nettement moins passionnante cette grasse mat' qui me met à la bourre avant même d'entamer la journée!
Repost 0
Published by Anne - dans Soirées
commenter cet article
16 mai 2008 5 16 /05 /mai /2008 08:30



Flo
 est une blogueuse toute discrète, et non moins redoutable tentatrice.

Il y a quelques semaines, elle m'a annoncé que les Editions "L'Escarbille" organisaient une soirée de présentation, tout près de chez moi à la médiathèque du Loroux-Bottereau.

Et moi, je suis bien incapable de résister à ce genre de proposition!
Flo? Une tentatrice, je vous dis! 

D'ailleurs, je compte bien l'en remercier  de vive voix ce soir ;-)



Florinette, suite à sa lecture "Des gourmandises sur l'étagère", avait écrit un petit topo sur cet éditeur.

Repost 0
Published by Anne - dans Soirées
commenter cet article
15 mai 2008 4 15 /05 /mai /2008 12:36
Chaque mercredi, je lis  "Rustica, dans la vie comme au jardin"" parce qu'il me fait rêver....
Cette semaine y était publié cet avis.
Ceux qui écrivent seront peut-être intéressés.


Inspirations marines

Je vous signale
que le Cercle de la mer de Lorient-Kernevel, en partenariat avec l'association des écrivains bretons, lance un concours de nouvelles sur le thème: "Une vague monstrueuse".
Chaque candidat devra alors présenter un texte de 5 pages au maximum et le faire parvenir avant le 31 juillet.

J.David, Clohars-Carnoët (29)



Demande du règlement complet contre une enveloppe timbrée à votre adresse à envoyer à J.David, Penhars, 29360 Clohars-Carnoët.
Tél et fax: 02 98 71 58 90 ou site: www.balplouay.com.
Courriel:
balplouay@free.fr



Décidément les bretons (les vrais!) sont à l'honneur sur mon blog, ces jours-ci ;-)
Repost 0
Published by Anne - dans Magazines
commenter cet article
14 mai 2008 3 14 /05 /mai /2008 12:30
Jules m'avait envoyé ce roman de Louis Gauthier, avec celui d'Eric Simard. Deux découvertes québécoise en un seul cadeau: quelle chance j'ai...


 

Un jeune auteur québécois, sous l'emprise d'un chagrin d'amour et d'un manque d'inspiration, prend la route pour l'Inde.
A Lisbonne, il rencontre un allemand qui, s'il ne lui inspire pas vraiment de sympathie, a le mérite d'alléger ses anxiétés de solitaire.


J'ai aimé, beaucoup aimé ce livre, et suis surprise d'avoir aimé. Les récits de voyage ne m'attirent habituellement pas. Mais il se dégage de celui-ci une telle sensibilité, et ce dès les premiers mots, que je me suis laissée embarquer avec plaisir.

Ici, pas de réelle intrigue, pas vraiment de début ni de fin: juste l'étape d'un périple.

Pas non plus beaucoup d'indices sur le personnage. Il reste obscur. J'ai fermé le livre sans savoir ni son nom, ni son âge. Pourtant ses questions sur l'existence, sur le sens de la vie, sa solitude douloureuse, ses crises d'angoisse me l'ont rendu très proche.

Finement dosées des remarques pertinentes sur la littérature et les écrivains, qui ne peuvent que plaire aux amoureux des livres que nous sommes, égaient un peu ce récit ou le rendent bon tout simplement.

Merci Jules!

Louis Gauthier a reçu, pour cet écrit, le Grand Prix littéraire de la ville de Montréal.


Edition Bibliothèque québécoise

Crédit couverture: Edition Bibliothèque québécoise et blog de Jules

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article
13 mai 2008 2 13 /05 /mai /2008 05:00
 

Il était une fois 2 magnifiques Elfes qui communiquaient entre elles, depuis déjà des mois, par ondes magiques.

Fortes d'une amitié indiscutable, elles décidèrent un jour de voler l'une vers l'autre, dans un lieu enchanté où il fait toujours beau.



 
Quelques esprits malins, et sans doute jaloux de tant d'affection, ont essayé de ternir leur rencontre.
Quelques Lutins ont pris la forme de macarons au caramel et aux pommes pour culpabiliser les Elfes gourmandes.
Certains Trolls se sont transformés en moustiques pour obliger les Elfes bavardes à rentrer chez elles avant la nuit, au lieu de trainer sur la terrasse d'une crêperie.
Heureusement, accompagnées de leurs gentils Korrigans protecteurs, les Elfes ne se sont pas laissées faire.

Elles vécurent des heures enchanteresses.



Repost 0
10 mai 2008 6 10 /05 /mai /2008 17:00
Port-Louis est une ville historique du Morbihan, une sentinelle de la Rade de Lorient.



Mais les dépliants touristiques oublient de dire que c'est, aussi et surtout, une cité d'art située à mi-chemin entre chez Sylire et chez moi.

Quelques kilomètres chacune, et nous serons ensemble demain!!!
... Accompagnées de nos chevaliers servants...
Il nous faut bien quelqu'un pour porter le panier pique-nique du midi et nous inviter au resto le soir ;-))) A bons entendeurs...

Nous aurons des pensées pour celles qui se rencontreront au même moment à St-Mâlo et pour toutes les autres aussi. Promis!


Crédit photo: Linternaute.com
Repost 0
9 mai 2008 5 09 /05 /mai /2008 00:00
Tellement de beaux avis sur ce livre de Simonetta Greggio, tellement "Dolce Vita" cette couverture, tellement joli ce titre: impossible pour moi de résister...





Et voilà. Fosca est partie. 87 ans, elle avait fait sa vie.
Et voilà. Constance se retrouve seule. Sans cette amie qui, pendant ses derniers mois, lui a conté combien elle avait aimé aimer les hommes.
Mais elle soupçonne la vieille dame de ne pas s'être dévoilée jusqu'à son intime ...






J'ai aimé ce roman qui réussi l'exploit d'être à la fois sensuel et délicat. Les scènes d'amour pourraient être osées et elles sont simplement belles.

Mais ce sont surtout les 2 héroïnes qui m'ont donné le délice de me plonger dans cette histoire. 
Etre Constance et côtoyer Fosca comme j'aimerais!
Avoir, à mes côtés, une grand-mère encore empreinte de sa beauté de jeune femme, encore gracieuse et consciente de sa féminité. L'écouter, des heures durant, raconter "les bonheurs" de vivre. Conduire une Rolls le long de la côte méditérranéenne pour rejoindre l'Italie.

J'ai rêvé, beaucoup rêvé...

Un seul tout petit bémol pour la fin. Un peu trop "politiquement correct" à mon goût. J'aurais aimé que Fosca reste cette femme inconstante, que l'intrigue finisse moins "happy"... juste pour le plaisir de prolonger encore un peu la douce mélancolie sortie de ces pages.


Je remercie  Amanda, Caro[line]Cathulu, ClarabelEmeraude, Florinette, Karine et Stéphanie  de m'avoir donné le besoin de lire ce roman.   

"Je suis passée de la poursuite du corps de rêve (dans ma jeunesse, comme beaucoup de femmes) à celle du corps de trêve." 
Simonetta Greggio nous donnerait, presque, l'envie de devenir une vieille dame...



Editions Stock et Livre de poche
Crédit couverture: Edition Le livre de poche et Fnac.fr
 
Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article
7 mai 2008 3 07 /05 /mai /2008 08:36
Dans les romans, j'aime bien les beaux sentiments, les jolies phrases, les tourments qui mouillent les yeux. Mais quelquefois j'ai aussi envie de retrouver les émotions fortes de ma période "thrillers".
C'est ce qui a motivé mon choix pour ce livre écrit par Solenn Colléter: le billet de Laure me laissait espérer quelques sensations extrêmes.  



 



Laure et son petit ami Martin sont admis en prépa dans un établissement réputé.
Bizutage obligatoire...







Bien sûr, le sujet ne m'a pas laissée de marbre. Je me souviens, encore aujourd'hui, de l'émotion que j'avais éprouvée devant tous ces témoignages de bizutage. Je me rappele du dégoût devant ces récits. Ma révolte de les savoir indispensables pour faire voter une loi contre une coutume qui n'aurait jamais du exister.

J'ai retrouvé dans ce roman cette même répugnance, mais émotionnellement rien! A vrai dire, passés les 100 premières pages, je me suis plutôt ennuyée. Chaque chapitre répète inlassablement les mêmes cérémonies humiliantes et seules quelques phrases bien senties me sortaient de ma léthargie.
Je n'ai pas trouvé le dénouement de "l'intrigue" très convaincant : un trauma psychologique, au goût de déjà lu.

Malgré tout, l'avant-dernier chapitre m'a récompensée de mon entêtement à finir ce roman. Il explique pourquoi certains proviseurs sont convaincus du bien-fondé du bizutage, comment chaque sévices est pensé pour aboutir à une manipulation psychologique de l'étudiant. Manipulation qui lui restera non seulement obscure, mais dont il se félicitera.


Cuné et Stéphanie n'ont pas mon coeur de pierre. Quant à Laure, plusieurs mois après, il lui reste un souvenir fort de ce roman.

Gambadou a un avis mitigé sur l'écriture, mais son coeur a, quand même, réagi au sujet.

Edition Albin Michel   
Crédit couverture: Edition Albin Michel et Fnac.fr
Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article
6 mai 2008 2 06 /05 /mai /2008 13:45
Et voilà "l'inconnu mystère" est dévoilé!


Dans ma BAL, ce midi, cette carte avec un mot sympathique et plein d'humour: elle devait précéder mon cadeau, mais les caprices de notre "La Poste" en ont décidé autrement ;-)))

Tant mieux, puisque ce "dérapage" a prouvé (si besoin était!) que Caro[line], Florinette et moi sommes très fines mouches!

Merci beaucoup ICB!

Je vais pouvoir maintenant tenir ma promesse...
Repost 0

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone