Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

23 mars 2008 7 23 /03 /mars /2008 11:15

Ce soir, je pars dans mon Club Med' à moi!


Celui où l'étendue des plages de sable fin est l'immensité des Causses Lozériens.

Celui où les GO sont des hommes qui n'ont pas attendu la mode de l'écologie pour aimer leur terre.

Celui où les buffets à volonté sont remplacés par les grillades de Monsieur et les desserts de Madame.

Celui où les jeux-animations des soirées consistent à entretenir le feu de la cheminée.

Celui où les huttes ressemblent à ça:

affiche_vignette.jpg
Je reviens dans une dizaine de jours....

Repost 0
22 mars 2008 6 22 /03 /mars /2008 08:25

Le jour où ICB a mis son blog en pause, il a bloqué les commentaires; je n'ai pas pu lui dire combien il allait me manquer. Alors, en guise de message, j'ai choisi dans ma PAL  un auteur qu'il avait chaudement recommandé: Russell Banks.

9782742714445.gif


Dans une région montagneuse de l'état New Yorkais, les habitants d'une bourgade vivent bon gré mal gré leur quotidien. Le climat est rude, les touristes sont rares, la pauvreté côtoie l'alcool et les violences familiales.
Une certaine douceur de vivre règne pourtant...jusqu'à l'accident du car scolaire qui coutera la vie à de nombreux enfants du village.





Avant de parler de ce qui m'a plu dans ce roman, je veux souligner la fluidité de l'écriture. Trop souvent, j'ai devant les yeux  une grammaire trop compliquée, des phrases tarabiscotées qui demandent une concentration rendant la lecture laborieuse.
Là aucun effort à fournir, dès les premières lignes de ce roman l'histoire m'a emportée.

La tragédie de l'accident, ses incidences sur la vie de chacun sont racontés par plusieurs narrateurs: Dolorès qui conduisait le car, Billy le papa des jumeaux décédés, Mitchell l'avocat qui voudrait obtenir une indemnisation pour toutes les victimes et Nicole la jeune rescapée maintenant paraplégique.
A travers, ces personnages humains, attachants et émouvants en diable, Russell Banks évoquent la culpabilité, l'impossibilité aux victimes de croire au hasard, leur besoin de trouver une explication pour parvenir à faire leur deuil.
L'envie de rester humains, la capacité à oublier pour continuer de vivre seront pourtant vainqueurs mais certains payeront au prix fort ce semblant d'apaisement retrouvé.
Ce mélange d'humanité, de fatalisme, d'instinct de survie ou de bonheur  fait de ce livre une véritable pépite.

Joëlle a aimé tout autant, mais a trouvé la fin du roman bâclée. Moi, au contraire, elle m'a paru ingénieuse et complètement vraisemblable....le mieux est encore de le lire. Car, quelque soit votre opinion, je suis certaine que vos émotions seront trop nombreuses et trop fortes pour être entièrement ternies par les dernières pages...

Il existe une adaptation cinématographique que je serais curieuse de découvrir...

PS: ICB, ne crois pas que j'irai jusqu'à te remercier d'avoir suspendu ton blog: je l'aurais lu un jour ou l'autre ce bouquin!


Editions Actes Sud et Babel
Crédit couverture: Edition Babel et Fnac.fr

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article
19 mars 2008 3 19 /03 /mars /2008 09:36
Une base de recette toute simple à personnaliser...


DSC03123.JPG


Dans une casserole mettre 500g de pruneaux "géants", 1 bouteille de vin rouge, 4 cuillères à soupe de sucre en poudre. 

Vous pouvez laisser nature ou rajouter, à votre guise: écorces d'oranges ou de citrons, raisins secs, cannelle ou bâton de vanille....

Laissez mijoter à feu tout doux 2 à 3 heures. L'alcool va s'évaporer. Le jus va devenir liquoreux, excellement et indécemment goûteux. Les pruneaux s'en seront gorgés pour devenir tout fondants.

Dégustez tiède ou froid. Tel quel dans une jolie coupelle, ou nappez-en du fromage blanc, de la faisselle ou une boule de glace à la vanille.

Je conserve ces pruneaux plusieurs jours au réfrigérateur sans problème.


C'est une de mes recettes d'enfance, que je fais régulièrement....
Repost 0
Published by Anne - dans Gourmandises
commenter cet article
17 mars 2008 1 17 /03 /mars /2008 07:54

Après 3 lectures décevantes, pour me remettre le pied à l'étrier du plaisir de lire, je me suis dit qu'un tout petit livre d'Anne Wiazemsky était ce qu'il me fallait.

9782070349128.gif



Laure, affectée par le deuil d'une cousine proche accepte d'accompagner un couple d'amis et leur ado en vacances, sur une île du midi de la France. Son amant resté à Paris lui promet de lui téléphoner.... 





Ma vie est loin de celle de Laure, et pourtant je me suis identifiée sans problème. 
Léger, ce récit n'est pas spécialement burlesque, et pourtant j'ai ri plus d'une fois!

Pourquoi? Et bien, comme l'héroïne, il m'est arrivée (et m'arrive encore!) d'être absolument ridicule devant un poste téléphonique restant désespérement muet! 

Du genre, à décrocher pour vérifier la tonalité, faire le numéro de son portable pour contrôler la sonnerie, enlever puis reposer le combiné sur son socle au cas où....

Du genre à mettre en branle une imagination digne d'un grand auteur prolifique: "S'il m'appelle pas c'est que...". Au choix: "Il a eu un accident, il m'a oublié, il a fugué, il a été irrésistiblement séduit par un super-méga canon qui s'est éprise de lui la seconde où elle a croisé son regard, ...."

Du genre quand ce maudit téléphone ose enfin émettre un son, à prendre un ton bien détaché "Ah, c'est toi?", à blatèrer des paroles stupides et quand il raccroche à me dire "Sa voix n'était-elle pas bizarre, pas aussi chaleureuse que d'habitude?..."

Tout ça pour dire que ce failli bouquin à 2€, m'a rassurée: "Ouf,  j'aime encore lire!


Editions Gallimard et  Folio
Crédit couverture: Edition Folio et Fnac.fr

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article
15 mars 2008 6 15 /03 /mars /2008 08:48
Parait qu'il est connu, là-bas, dans son pays...

Pierre-Lapointe.jpg
Nous, nous sommes allés au concert de ce québécois sans le connaitre. Sans même avoir jamais entendu parler de lui. 
Tant mieux, nous l'avons écouté vierges de tout à priori.

Conquis, voilà ce que nous sommes aujourd'hui!

Comme je suis incapable de parler musique, je dirais juste que ce jeune auteur/compositeur/interprète chante ses textes (une poésie un peu surréaliste) sur un rythme pop des plus entrainants. Ses apartés sont d'un humour extraordinaire: nous avons autant ri que si nous assistions à une pièce de théâtre comique.

Vous venez, une fois de plus, de constater que je ne suis vraiment pas douée pour rédiger un compte rendu de concert !
Alors si vous voulez  plus d'infos, Pierre Lapointe a son site . J'ajoute aussi en lien une interview trouvée sur Musiqualité.net: ses réponses correspondent bien à l'idée que je me suis faite de lui.


undefined


Je file mettre son CD dans mon lecteur....parce que forcément nous l'avons acheté!






Crédit photos: Evene.fr et Fnac.fr

Repost 0
Published by Anne - dans Musique
commenter cet article
13 mars 2008 4 13 /03 /mars /2008 18:09
J'avais été complètement menée en bateau (et ça j'aime!!!) par le premier roman de Nicolas Cauchy "La véritable histoire de mon père". Alors quand Caro[line] a proposé de rendre son dernier titre voyageur, je me suis inscrite, curieuse et impatiente de relire cet auteur, devenu entre temps un chouchou de Caro[line].


9782221109625.gif


Pour les 54 ans de Jean son mari, Sophie  a réussi l'exploit de rassembler toute la famille: leurs 3 fils et leurs épouses, leurs petits enfants. Le déjeuner sera troublé par un mystérieux messager...
Une semaine plus tard, le même exploit se reproduit, mais pour l'enterrement de Jean. Chacun va raconter l'histoire de cet homme, mais aussi envisager, maintenant qu'il est parti,  un autre avenir pour lui-même.




Désolée Caro[line], mais honnêtement je n'ai pas trouvé ce roman terrible du tout. Comme on dit: "il casse pas 3 pattes à un canard"!

L'intrigue est, c'est vrai suffisante, pour suivre avec intérêt l'histoire, mais je ne l'ai pas trouvé surprenante.Pour la fin, je m'attendais à une révélation fracassante (comme pour son roman précédent) et je me suis retrouvée devant que ce que j'avais préssenti dès les premiers chapitres.

Dans ce roman il est aussi question de secrets de famille, et là le pluriel est amplement justifié! Tous sont déballés: l'homosexualité cachée, l'infidélité, les fantasmes assouvis ou inassouvis, l'alcoolisme, les rivalités, les quiproquos et franchement trop c'est trop! La crédibilité aurait demandée une sélection plus fine.

Caro[line],  GambadouTamara ont des avis tout aussi sincères que le mien mais beaucoup plus sympas!

Florinette, il est parti vers toi cet après-midi...
Merci Caro[line]!

Editions Robert Laffont
Crédit couverture: Editions Robert Laffont et Fnac.fr
Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article
12 mars 2008 3 12 /03 /mars /2008 16:00
Malgré mes promesses de m'attaquer en priorité à ma PAL, la semaine dernière j'ai emprunté un livre à la biblio du CE: un récit de Philippe Delerm.

undefined



L'auteur raconte les vacances, de son enfance jusqu'à son adolescence, auprès de ses grands-parents dans le Lot et Garonne. 
Pour cet enfant, accoutumé aux logements de fonction en Ile de France, la maison familiale, les bords de la Garonne, les villageois apportent liberté, tendresse et émerveillement.




A propos des livres de Philippe Delerm, je lis de belles critiques pleines d'émotions, alors je me laisse tenter. Je m'obstine, mais chaque fois, je reste de marbre. J'en suis d'autant plus désolée que je sais son écriture pleine de poésie. Elle ne me parle pas tout simplement. Peut-être me parait-elle trop parfaite ou trop scolaire...

Philippe Delerm ne m'a apporté qu'un agréable moment de lecture, il a offert beaucoup plus à Caro[line], à Clarabel , et un peu moins à Cathulu.


Editions Nil ou Points
Crédit couverture: Editions Points et Fnac.fr


Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article
11 mars 2008 2 11 /03 /mars /2008 08:45
Bel gazou m'a désigné. Ce ne fut pas une grosse contrainte: en 10 minutes c'était bouclé!
Rassurant pour les futurs désignés ;-)

Règlement du tag de Servanne :
* Donner le lien de la personne qui vous tague
* Préciser le règlement sur votre blog
* Répondre aux dix questions que voici :

1/ Le trait principal de mon caractère : Le dynamisme

2/ La qualité que je désire chez les hommes :
L'intégrité

3/ La qualité que je préfère chez les femmes :
La compassion

4/ Mon principal défaut :
L'obstination

5/ Ma principale qualité :
Une facilité d'adaptation

6/ Mon occupation préférée :
Celle qui me sauve de l'ennui

7/ Un plat qui me met l'eau à la bouche :
Du salé au sucré: tous les mets me font saliver.

8/ Mes mots favoris :
Tendresse, bonne santé, projet

9/ Ce que je déteste par dessus tout :
Le défaitisme

10/ Un rêve :
Celui qui va bientôt devenir réalité


* Taguer 6 autres personnes en mettant leurs liens à la fin du billet

Toujours difficile de nommer! Je vais choisir "géographiquement parlant"...
Les 2 plus proches de chez moi: Antigone et Gambadou
Les 2 plus éloignées de chez moi: Jules et Karine
Les 2 de la région la plus célèbre du moment (il faut bien qu'elles supportent la rançon de la gloire!): Bellesahi et Cathulu.

Repost 0
10 mars 2008 1 10 /03 /mars /2008 08:59
Samedi soir nous avions des invités. Voilà qui justifiait bien quelques excès...

Pour l'apéritif, j'ai eu l'idée de ces galettes. Des bouchées toute simples à confectionner, qui demandent juste un peu de temps....

undefined



Pour 7 personnes confectionnez (ou achetez pour les pressés!) 13 à 15 galettes de sarrazin. Les non-bretons pourront les remplacer par des crêpes. Je ne veux pas être chauvine, mais à mon avis ce sera moins bon ;-)

Les laisser refroidir.

Les recouvrir généreusement  d'un fromage à tartiner. Il en existe beaucoup de sorte: Boursin, Rondelet, St-Moret pour ne pas les citer. Les crèmes de roquefort ou de comté sont très bonnes aussi.

Sur cette base,  vous pouvez rajouter maints ingrédients coupés menus. Suivant vos goûts, inspirations, gastronomies locales, tout est imaginable.

Nous, nous avions opté pour 5 variétés: chèvre/saumon, chèvre/ciboulette, St Moret/tomates confites, crème de comté/morceau de vieux comté, crème de comté/jambon sec italien (que j'avais fait couper en effeuillade).

Chacune des galettes garnies est roulée, enveloppée d'un film étirable, puis placée au moins 2 heures au réfrigérateur.

Au final, il ne reste plus qu'à en faire des tronçons piqués d'un cure-dents.
Repost 0
Published by Anne - dans Gourmandises
commenter cet article
10 mars 2008 1 10 /03 /mars /2008 08:31

Après une poêlée de champignons à la crème et un boeuf bourguignon, il nous restait encore un peu de place pour ce dessert chocolaté tout fondant.... 

undefined
Pour 6 à 8 personnes

360g de bon chocolat noir pâtissier
420g de crème fraîche (une bien épaisse de chez nos amis normands)
25g de beurre doux
9 financiers : j'ai acheté les "Bonne maman": ils sont très bons. (Je pense que l'on peut aussi utiliser des macarons).


Chemisez de film étirable un moule à cake.

Dans une casserole faites chauffer la crème, le beurre et le chocolat, jusqu'à obtenir une ganache homogène.

Dans le moule, poser une couche de ganache/ une rangée de 3 financiers (il faut appuyer un peu dessus: ils ont tendance à flotter)/ une couche de ganache/ une double rangée de 3 financiers/ une couche de ganache. 

Refroidi, placer le gâteau au moins 4h au réfrigérateur (moi, je l'avais préparé la veille).


Quand est enfin venu le moment de la dégustation, préparez la sauce aux carambars

Faites fondre 225g de carambars au caramel (environ 25) avec un yaourt Fjord pour obtenir un coulis fuide.

Versez-le tout chaud dans l'assiette à côté d'une part de gâteau.

Sur une petite cuillère poser une bouchée de gâteau, cueillir un peu de sauce, fermer les yeux et porter à la bouche. Déposer le contenu sur vos papilles gustatives et laisser fondre....

Repost 0
Published by Anne - dans Gourmandises
commenter cet article

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone