Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

18 mars 2006 6 18 /03 /mars /2006 11:46
Hier soir, je ne suis pas allée au cinéma, j’y ai accompagné mon mari ! Parce que, moi qui n’aime ni les BD ni l’anticipation, je ne serai jamais allée voir « Renaissance »!
C’est un film animation qui utilise la technique de «La Motion Capture (ou Mocap) », qui permet d'enregistrer l'intégralité des mouvements d'un acteur pour les transposer sur un personnage virtuel en 3D.
Finallement, je me suis surprise à apprécier la beauté du graphisme en noir et blanc. Dommage que le scénario présente une intrigue réchauffée (expériences génétiques douteuses financées par un puissant labo pharmaceutique…) avec des personnages « déjà vus et revus » (flic dur au cœur tendre, pauvres sœurs orphelines…), sinon je pense que j’aurai pu être enthousiaste.
Repost 0
Published by Anne - dans Cinéma
commenter cet article
16 mars 2006 4 16 /03 /mars /2006 08:56

Loin de "L'esprit de famille" de Jeanine Boissard, qui m'a tant fait rêver adolescente,le roman de Catherine Cusset est' à mon avis, plus proche de la réalité. Les personnages, sont comme chacun de nous, plutôt égoïstes et plein de défauts que beaux et gentils. Mais chacun essaie de faire de son mieux pour avoir une certaine harmonie familliale. Et puis, l'amour est là, peut-être ephémère, peut-être envahissant, mais qu'importe !

"La haine de la famille" m'a offert un bon moment. Le style est sobre, mais non dénué d'humour. Et tous les membres de la famille Tudec sont si attachants, que j'ai eu l'impression de vivre parmi eux. Voilà donc l'évasion par la lecture réussie!

A noter le passage P78, où la narratrice explique son amour de la lecture. J'y ai reconnu le mien!

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article
13 mars 2006 1 13 /03 /mars /2006 08:22
N’ayant pas lu le roman d’ Arthur Golden, « Mémoires d’une Geisha », je ne peux juger si l’adaptation cinématographique est fidèle, mais le film m’a plu. Je me suis laissée emporter par la beauté du décor, par la grâce des comédiennes. L’actrice Zhang Ziyi est magnifique!
Petite fille, Chiyo est « vendue » à une maison de Geishas. D’abord servante, elle sera initiée à la danse, à l’art de la conversation, aux rituels du maquillage et du kimono, prendra le nom de Sayuri et deviendra une Geisha très convoitée.
Mais, malgré tout l’honneur du à ce rang, elle est et reste une prostituée.
De luxe ou des rues, pour ces femmes c’est toujours se vendre, s’asservir... Excusez-moi,avec ma petite tendance féministe je ne peux m’empêcher de relever cet aspect de l’histoire !
 
Repost 0
Published by Anne - dans Cinéma
commenter cet article
10 mars 2006 5 10 /03 /mars /2006 09:15

Ce livre fait partie des rares que je ne finirai pas. A la 240ème page, je déclare forfait! Ce roman annoncé comme drôle, m'a écoeurée jusqu'à la nausée.

Une jeune diplomée décroche un job dans un prestigieux magazine de mode, et se fait harceler par la rédactrice en chef. Au fil des pages, ce n'est que descriptions des caprices incessants et ridicules d'une femme immonde, des efforts de l'assistante soumise pour les satisfaire.

L'abus de pouvoir, la faiblesse d'une employée, le gaspillage d'argent dans le milieu de la mode...non, je n'ai  pas trouvé ça amusant du tout.

J'ajoute que, par curiosité, j'ai lu les 20 dernières pages...pas de regrets...c'est le sacro-saint happy-end ridicule.

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article
10 mars 2006 5 10 /03 /mars /2006 08:50

 

Hier soir, soirée cinéma avec un genre de film qui, habituellement, nous attire peu mais nous avions tellement aimé "8 miles" que "Réussir ou mourir"nous a tenté.

Film plus violent, il reste plus superficiel; j'ai pourtant pris plaisir à la séance. Le thème "un voyou renonce au banditisme pour l'art et par amour" me plait toujours, parce que j'aime croire qu'en tout homme il reste une part d'humanité.

Je pense aussi, que ce sujet peut permettre de prendre un peu de recul, de garder une certaine indulgence quand des "problèmes de banlieues" sont relatés dans la presse. Toujours en moi, cette crainte de céder à la pensée unique...

Repost 0
Published by Anne - dans Cinéma
commenter cet article
8 mars 2006 3 08 /03 /mars /2006 18:19
RUE STE-CATHERINE
 
Etablie sur le tracé d’une voie romaine, cette très longue rue piétonne est la rue la plus commerçante de Bordeaux. Vous y apercevez des maisons au rez-de-chausée sous arcades et au 1er étage percé de baies en arc de cercle.
Repost 0
Published by Anne - dans Balades
commenter cet article
8 mars 2006 3 08 /03 /mars /2006 18:11
LA CATHEDRALE ST-ANDRE
 
Place Pey-Berland
Bordeaux
 
A peine moins grande que Notre-Dame de Paris, cette église majestueuse possède une porte royale, célébre pour ses scultures gothiques et à l’intérieur, un beau vaisseau avec un chœur gothique, des belles orgues Renaissance
 
 
Histoire
La cathédrale Saint-André est un assemblage de deux parties différentes: une nef du XIIIe siècle à base romane, vaste et unique, et un choeur considéré comme un très beau spécimen du gothique rayonnant. Une dissemblance qui renvoie à l'histoire de la ville.
Pendant les premiers siècles de domination anglaise (1154-1453), Bordeaux a prospéré et, très vite, a ressenti le besoin d'agrandir sa cathédrale, jugée trop petite. La cité était riche et rien de lui ne semblait trop beau. Le transept puis le choeur, tous deux immenses, furent élevés sur les ordres de Bertrand de Got, l'enfant du pays qui, avant de devenir Clément V, fut, entre 1300 et 1305, archevêque de Bordeaux. Mais les travaux furent ensuite pratiquement arrêtés à cause de la guerre de Cent Ans, à l'exception de la tour-clocher Pey-Berland, surmontée d'une haute flèche, construite en 1440 par l'archevêque qui lui donna son nom.
Les travaux ne reprirent que lorsque les Anglais eurent été chassés. Mais les temps étaient encore très durs, le royaume de France tout entier devait se relever de ses ruines et, lorsqu'il fallut entreprendre la construction de la nouvelle nef, faute d'argent, on renonça à démolir la vieille nef et on se contenta de raccorder tan bien que mal les deux parties de l'édifice, ce qui vaut à Saint-André de posséder un choeur plus élevé que sa nef.
La cathédrale a deux façades, nord et sud, aux deux extrémités du transept, la plus achevée étant celle du nord avec ses tours, ses flèches de 81 m (266 pi.) de haut et son portail merveilleusement orné de personnages du XIVe siècle. S'y ajoute, à droite, le fameux portail Royal, dont les statues datent de la moitié du XIIIe siècle.
Au XIXe siècle, la cathédrale fut restaurée car elle avait beaucoup souffert de la Révolution. On renouvela le mobilier entièrement disparu par celui d'autres églises et monastères désaffectés. On en profita pour remplacer la flèche de la tour Pey-Berland, détruite au passage d'un ouragan au XVIIIe siècle, par une gigantesque statue de cuivre doré, Notre-Dame d’ Aquitaine. Le bourdon date de 1853 et pèse 11 tonnes.
La cathédrale mesure 124 m (407 pi.) de long, 18 m (59 pi.) de large au transept, 23 m (75 pi.) de haut dans la nef et 29 m (95 pi.) de haut dans le choeur. Elle est classée « monument historique » et inscrite au Patrimoine Mondial de l'UNESCO depuis 1998.
Repost 0
Published by Anne - dans Balades
commenter cet article
8 mars 2006 3 08 /03 /mars /2006 17:29
LE CANNELE BORDELAIS
 
Spécialité des boulangers-pâtissiers du bordelais, le cannelé est un petit gâteau à pâte molle et tendre, parfumée au rhum et à la vanille, et recouverte d'une épaisse croûte caramélisée. Il est aussi appelé canelé, cannelet, canelet. En forme de petit cylindre strié, il se consomme en toute occasion, y compris pour accompagner des dégustations de vins liquoreux.
 
Le cannelé fut inventé au XVIIIe siècle par les religieuses du couvent des Annonciales, à Bordeaux, aujourd'hui couvent de la Miséricorde. Depuis 1985, l'appellation Canelé est une marque collective, déposée à Institut National industrielle par la Confrérie du même nom.
 
 
RECETTE
 
Pour un litre de lait, il faut prévoir 500g de sucre, 250g de farine, 6 jaunes d'oeufs et un oeuf entier, 50g de beurre, du rhum et de la vanille. Après le mélange de tous ces ingrédients, l'appareil ainsi obtenu est versé dans de petits moules.
Il est indispensable que ces derniers soient en cuivre pour favoriser la caramélisation de la croûte.
La cuisson se fait à four chaud pendant une quarantaine de minutes.
 
Repost 0
Published by Anne - dans Balades
commenter cet article
7 mars 2006 2 07 /03 /mars /2006 20:11
Depuis plusieurs années, j’aime assister aux conférences philosophiques du pianocktail. Je pense qu’elles m’aident à respecter les idées d’autrui, à éviter les opinions préconçues.
Hier, Chantal Jaquet, intervenait sur la question « Hommes ou femmes, la différence importe-t-elle ? ». Son discours incitait à réfléchir autrement sur le rapport hommes/femmes, à ne pas se baser uniquement sur l’égalité ou l'inégalité, en abordant le sujet d'un point de vue anatomique: que nous dit notre corps?
Ce fut une soirée enrichissante pour l’esprit, qui valait bien que le corps, lui, soit privé de quelques heures de sommeil !
Repost 0
Published by Anne - dans Soirées
commenter cet article
7 mars 2006 2 07 /03 /mars /2006 19:28
Jeudi soir, mon « Homme-de-ma-vie » m'a annoncé qu’il m’avait concocté un week-end en amoureux. En général, je n’aime pas être surprise, mais là je n’avais d’autre choix que de me laisser faire !
Il m’a emmené en Touraine, une belle province qui a vu naître Rabelais, Pierre de Ronsard et Honoré de Balzac. Ce dernier écrivait de sa plume enflammée : « Ne me demandez pas pourquoi j’aime la Touraine, je l’aime comme un artiste aime l’Art.». Et bien moi, je sais pourquoi je l’aime ! J’y ai passé 2 jours de pur bonheur !
Jugez plutôt :
Samedi, déjeuner dans un restaurant troglodyte près de Saumur et pour la digestion, balade dans Chinon. En point culminant de mon cadeau, soirée et nuit dans une demeure bourgeoise du 19ème siècle… dans les vignes… sous la neige...
Là, j’ai vraiment eu l’impression d’être une héroïne romantique !
Dimanche, promenade dans la campagne enneigée, découverte de Candes-Saint-Martin, un petit village au confluent de la Vienne et de la Loire, puis l’après-midi, visite de l’Abbaye de Fontevraud.
Voilà c’est tout ce que vous saurez ! Mais pour moi, derrière ces quelques mots sur l’écran, se camouflent des souvenirs tout doux au cœur…
Repost 0
Published by Anne - dans Balades
commenter cet article

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone