Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

17 septembre 2006 7 17 /09 /septembre /2006 10:38

Décidement, ce début septembre est placé sous le signe des souvenirs: entre les excellents "Je me souviens" de Papillon, Cuné et In Cold blog puis la BO style "variétés seventies" du film de Xavier Giannoli, je nage en pleine nostalgie!

 

Alain est un chanteur de bals, de fêtes de Comité d'Entreprise et de maison de retraite, bref une vedette locale à Clermont-Ferrand. Apanage des quinquagénaires seules, il fait quand même la conquète de Marion une jeune trentenaire. Pour une nuit? Il n'arrive pas à l'accepter, mais un homme au métier et look complétement raingard, peut-il obtenir plus?

 

Inutile que je m'étende sur les jeux époustouflants de Gérard Depardieu ou Cécile de France: ils sont déjà couverts de louanges justifiées. Quand aux autres acteurs comme Mathieu Amalric (Hum...vraiment plein de charme cet homme-là...) ou Christine Citti, leur rôle n'a de second que le nom. Par contre, je n'ai pas trouvé le film émotionnellement très fort, mais sans doute parce qu'il reflète la "vraie vie". Celle où l'amour reste difficile entre deux personnes aux cultures  différentes, ou quand une espèce de pitié pour l'autre est incontrôlable.

Nous jaugeons souvent ces chanteurs populaires d'un regard condescendant. Avec ce film la prochaine fois que nous danserons dans un bal de mariage, de 14 juillet ou des pompiers, parions que nous regarderons l'homme derrière le micro avec un oeil différent.

 

Partager cet article
Repost0
12 septembre 2006 2 12 /09 /septembre /2006 16:28

Décidément j'ai l'esprit de contradiction en ce moment! Ce film de Nicole Garcia qui suscite de virulentes critiques (en autres sur Chronicart) et bien moi, il m'a plu!

 

Une ville en bord de mer: il pleut, il vente, certains hommes n'y sont pas à leur place, leur vie n'est pas celle qu'ils devraient vivre. Le maire échangerait bien sa popularité contre une affection sincère, un professeur de sciences naturelles modeste ne peut oublier son passé de chercheur reconnu, un sportif de haut niveau se reposerait bien un peu, un kiné remplirait bien ses loisirs autrement qu'en construisant un barbecue, un bandit de petite envergure abondonnerait volontiers ses méfaits pour s'occuper de sa maman alitée. Le hasard, la chance ou certaines rencontres: et chacun va pouvoir prendre une nouvelle direction.

 

J'ai trouvé les acteurs très authentiques, même si leur jeu reste classique. Tous ces gros plans sur leur visage donne au film une sensibilité, qui compense largement, à mon avis, un scénario peu étoffé. Il faut juste ressentir ce film, surtout ne pas en attendre une intrigue...

Et si la réalisation de Nicole Garcia est comparée à celle de Lelouche, peu m'importe: je suis une inconditionnelle de ce dernier!

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2006 4 07 /09 /septembre /2006 08:09

Voilà du cinéma, du VRAI comme je l'aime. Celui qui vous cloue au fauteuil coeur et ventre à l'envers, celui qui fait couler le mascara des filles et renifler les garçons, celui qui rend les jambes si molles que quitter la salle devient un supplice, celui qui alimente une conversation bien après l'extinction de la lampe de chevet, celui qui sans pitié vous poursuit jusque dans vos rêves! Bref, celui qui le lendemain ne me donne aucune envie de vous écrire un résumé, de vous vanter le talent des acteurs et du réalisateur, parce que je ne peux pas me permettre de bosser avec les yeux façon "myxomatose du lapin"...

Partager cet article
Repost0
21 août 2006 1 21 /08 /août /2006 09:14

Notre soirée ciné d'hier fut un bon pied de nez contre la morosité de ce dimanche gris!

 

Stéphane vivait depuis 10 ans au Mexique avec son père. A la mort de celui-ci il revient vivre chez sa mère à Paris. Il tombe amoureux de Stéphanie sa voisine de pallier. Mais Stéphane est un grand rêveur autant nocturne que diurne. Comment faire passer la jeune femme de son monde onirique à sa vie réelle? Mettre en application les conseils d'un collègue prosaïque?

 

Ce film de Michel Gondry, a été pour moi une histoire d'amour un brin naïve, attendrissante mais juste. Pour peu que nous soyons des imaginaires actifs, il nous parfois difficile d'être objectifs. Décalès dans notre quotidien,  incompréhensions, quiproquos s'installent et pour conquérir le coeur de l'autre ce n'est pas évident!

Pour servir cette comédie romantique, le casting est parfait. Le timide Gael Garcia Bernal et Charlotte Gainsbourg, charmeuse et bienveillante, sont parfaits dans ces  rôles d'''ado-adultes". Quant à Alain Chabat, il nuance de gentillesse ce collègue dépravé avec beaucoup de talent .

Comme toute histoire parsemée de pays imaginaires, regardez cette comédie romantique avec ce qui reste d'enfance en vous et je vous promets bien du plaisir!

 

Partager cet article
Repost0
12 août 2006 6 12 /08 /août /2006 16:55
Soirée DVD hier soir : nos voisins nous avaient prêté King Kong version 2005 réalisée par Peter Jackson.

Je ne crois pas que j’ai besoin de vous rédiger un résumé : qui ne connait pas l’histoire de cette grosse bête (un gorille de 9métres de haut quand même !) et de cette belle blonde (pourquoi blonde d’abord ?!)?

A moins que vous ne soyez résolument contre les grandes productions américaines, avec cette adaptation de King Kong vous allez en avoir pour votre plaisir ! 187 minutes de grand spectacle ! Les effets spéciaux sont bleuffants, la reconstitution du New York des années 30 magnifique, la bande son bien agencé et les acteurs (en autre Adrien Brody) n’ont pas ménagé leur peine ! Ce film provoque, si on se laisse un peu aller, toute une gamme d’émotions. J’ai beaucoup ri (Ah, Naomi Watts dansant un numéro de music-hall sous le regard ébahi du grand singe…), ai été émue devant les yeux tout tristes de King Kong, et ai rêvé comme toute fille au cœur sensible face à une histoire d’amour. Etre aimée par une grosse peluche ? Mais si, mon Chéri, ça me fait rêver ! Tu te moques ? Jaloux !

Partager cet article
Repost0
10 août 2006 4 10 /08 /août /2006 09:10
Hier soir nous sommes allés voir « La tourneuse de page » de Denis Dercourt. C’était le jour de sa sortie, je sais que beaucoup ne l’auront pas vu aujourd’hui : je vais donc en dire le moins possible. Car moi s’il y a quelque chose qui m’horripile c’est bien de tout connaître avant de découvrir un film !
 

Mélanie, âgée d’une dizaine d’années, semble douée pour le piano et tente l’entrée au conservatoire. Pendant sa prestation, Ariane présidente du jury et pianiste reconnue, laisse entrer une importune, accepte de signer un autographe. Déconcentrée la fillette gâche son concours. Dépitée, elle abandonne même complétement la musique. Une dizaine d’années plus tard, sa rancune est toujours tenace, associée à un désir de vengeance…
 
 
Surtout n'allez pas voir ce film pour un scénario original au suspense intenable ou truffé de rebondissements intenses ; vous seriez déçus. Par contre, si vous voulez un film où les actrices sont d’un talent indiscutable, où des tas émotions contradictoires vous envahissent parce devant ces deux femmes-là c’est inévitable, si vous admirez Catherine Frot ou si vous ne la connaissez pas : courrez-y !
Signe que cette histoire m’a bouleversée, ce matin j’ai encore au fond de moi bien présents tous les sentiments que j’ai éprouvé durant la séance : antipathie pour Mélanie, affection et pitié pour Ariane. Mais chut… je dois me faire violence, arrêter là mon billet comme promis ; si je développe le pourquoi de ces ressentis je vais trop divulguer…Je me lâcherais avec des commentaires !
Partager cet article
Repost0
7 août 2006 1 07 /08 /août /2006 21:14
Samedi soir après un après-midi de plage, soirée DVD : nous avons choisi de regarder cette courte comédie chantée de Claude Duty.

Elodie, suicidée manquée, recherche un travail pour retrouver la garde de sa petite fille. Elle rencontre Natacha, une coiffeuse eu peu alcoolique et désespérément célibataire et son amie Marianne amoureuse malheureuse d’un artiste macho. Le trio va affronter ensemble leurs aléas…

 

Pour regarder ce film il faut juste se laisser porter, prendre les gags comme ils viennent et vous passerez un bon moment de détente. Les  personnages sont  déjantés mais attendrissants, leurs vies mélodramatiques mais espiègles. Les chansons entrelacées avec le scénario sont très agréables et donnent encore plus de « peps » à cette comédie.
Quant aux actrices : Olivia Bonamy et Amira Casar  cadrent parfaitement avec leur rôle, mais j’ai eu un coup de cœur pour Marina Foïs. Quel talent !
Partager cet article
Repost0
1 août 2006 2 01 /08 /août /2006 08:38

« La télé, l’été c’est vraiment nul ! Entre les feuilletons débiles et les énièmes rediffusions on n’est pas gâtés! » Combien de fois n’ai-je  entendu cela de ceux qui comme moi ne sont pas encore partis en vacances ?
 
Je ne pourrais pas juger la véracité de cette déclaration, je ne regarde jamais le petit écran. Mais, adepte du grand, je peux dire que côté cinéma ce n’est pas Byzance! Entre les thrillers qui  ne font même pas peur  (« Ils », « Terreur sur la ligne »), les psychologiques très confus (« Stay »), les déprimants même sous le soleil (« Vol 93 ») restent les divertissements américains qui pris dans ce contexte reçoivent notre indulgence, mais qu'on oublie aussitôt (« Two for the money », « Tokyo Drifft », « Superman returns »).
 
Heureusement les bandes annonces nous font miroiter des temps meilleurs: « La tourneuse de pages » avec Catherine Frot , « Selon Charlie » de Nicole Garcia » ou « Je vais bien, ne t’en fais pas » tiré du roman éponyme d’Olivier Adam.
En attendant, mon Chéri et moi allons piocher dans notre PAV, des DVD que nous nous promettons de regarder depuis belle lurette.
Partager cet article
Repost0
12 juillet 2006 3 12 /07 /juillet /2006 08:57

Dans les salles, passe en ce moment un film qui ne fait pas grand bruit et qui pourtant mérite bien d'être vu.

Un quai de gare parisien, un matin d'été, Vincent fait la connaissance des 80 enfants et des animateurs dont il va devoir s'occuper pendant 3 semaines en tant que directeur de "colo". Et les voilà partis dans les Charentes...

Une simple phrase de résumé suffit: le film c'est juste ce petit temps de vacances. presque rien...mais beaucoup! Le scénario est parfait: ni clichés, ni sensiblerie exagérée, un humour tout en finesse. Une comédie agréable, divertissante, même pour ceux qui, comme moi, n'ont ni participé, ni animé une "colo". Pour ces derniers ce film sera peut-être un peu plus...Souvenirs, nostalgie?

Une dernière phrase pour saluer les comédiens: Jean-Paul Rouve et  Marilou Berry sont  épatants tout autant que les autres acteurs dont pour beaucoup c'est ici le premier rôle.

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2006 1 10 /07 /juillet /2006 09:20

Je ne sais pas vous, mais moi Antonio Banderas il me..., il me..., enfin bref il me...Pas vous?

 Pierre Dulaine, professeur de danses de salon, donne des cours à des New   Yorkais huppés. Un soir, il assiste à la détérioration de la voiture d'une directrice    de lycée par un de ses élèves. L'envie lui vient alors de neutraliser la violence de  jeunes délinquants en leur enseignant , à eux qui ne jurent que par le hip-hop, la  valse, le tango et le swing. Parce Pierre sait que s'ils pratiquent ces danses, ils  comprendront l'importance de la politesse, apprendront le respect des autres et  d'eux-même.

 

Essayer d'éviter la délinquance à des jeunes défavorisés avec un enseignement différent; le thème (ici tirer d'une histoire vraie) est certes loin d'être nouveau pour un scénario. Mais peu importe, puisque ce film est surtout un spectacle. Les scénes de danses sont surperbement interprètées, les musiques sont judicieusement sélectionnées et l'acteur principal Antonio Banderas est...est...bref est....que vous voulez-vous les adjectifs me manquent!

Un moment cinéma divertissant, pour avoir quelques envies de danser en ces belles soirées estivales... 

Partager cet article
Repost0

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone