Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

26 juin 2006 1 26 /06 /juin /2006 14:57

La bande annonce de ce film m'avait semblée attirante même si cette comédie paraissait sans prétention.

Laurent, jeune trentenaire, vit auprès de Camille  une vie de couple plutôt tranquille. Jusqu'au moment où François, son meilleur ami, lui présente sa nouvelle petite amie Elodie. Belle, pétillante, brillante elle le séduit. Le sentiment de culpabilité ne fera pas le poids face à une irresistible attirance réciproque... du moins les premiers temps!

Avant la projection je ne savais même pas que ce film était  une simili comédie musicale: ça et là au fils de l'histoire les acteurs poussent la chansonnette. Des airs archi connus des années 80, qu'on chantonne en coeur devant l'écran, et qui nous donnent un petit sourire béat en sortie de salle.

Par contre, face au scénario, j'ai pris un "coup de vieux"! Là maintenant c'est certain j'ai plus de 30 ans!  Je serai bien incapable à mon âge de vivre l'amour, le sexe et l'amitié ainsi.

Pour finir avec les idées parasites, Mélanie Doutey est belle à nous donner tous les complexes!

Allez... pas rancunière, je catalogue "On va s'aimer" comme une comédie bien agréable!

Partager cet article
Repost0
14 juin 2006 3 14 /06 /juin /2006 08:55
Avez-vous vu le film « L’équipier » ? Et bien, "Le passger de l'été" c’est la même histoire à la campagne plutôt qu’à la mer, interprétée avec le même acteur principal : Grégori Derangère ! Le scénario est par contre nettement moins dynamique, sans surprise et je me suis globalement ennuyée.

En 1950, Joseph, un commis de ferme, loue ses services dans les métairies où les veuves de guerre sont seules. Il trouve du travail dans une exploitation où vivent Catherine, sa belle-mère et sa fille Jeanne. Et voilà le coq dans le poulailler…
Pour ne pas classer ce film dans la catégorie « vraiment très bof », il faut s’arrêter aux paysages magnifiques, à la qualité de jeu de Catherine Frot et de Grégori Derangère. A voir quand il passera à la TV.
Partager cet article
Repost0
10 juin 2006 6 10 /06 /juin /2006 13:17

Hier soir, pendant que certains regardaient le premier match du Mondial-2006, moi j’étais au cinéma pour voir « Hooligans » ! Un autre aspect du football...

Pas besoin de vous faire un long résumé du film, le titre est suffisamment significatif. En Angleterre, sur certains stades de football, pendant que jouent deux équipes adversaires, dans les gradins deux clubs de  supporters devenus des fanatiques rivalisent, défendent leur club à corps et à sang.

 
Bien sûr, avec l’hooliganisme pour thème ce film ne pouvait qu’être violent (il est interdit au moins de 16 ans), mais je ne pense pas qu’il faille avoir peur de ses images percutantes. D’abord elles sont très bien filmées, souvent avec un ralenti qui édulcore un peu, et puis elles nous permettent de ne pas oublier, pour ne pas que se reproduisent des drames, pour que ne reste que la joie du sport.
J’ai appris que ces supporters immodérés n’étaient pas uniquement des délinquants. Ce peut être des adultes responsables professionnellement, bien intégrés socialement. C'est inimaginable jusqu’où peut mener l’engouement extrême…
 
Ce matin, j’ai été très surprise de lire sur « Allociné » que ce film était réalisé par une femme (Lexi Alexander). Il doit peut-être, transparaître un côté féminin dans sa façon de filmer, ce qui pourrait être aussi une explication au fait que ce film ait pu me plaire, alors que je suis habituellement récalcitrante à ce genre de cinéma...
 
Partager cet article
Repost0
30 mai 2006 2 30 /05 /mai /2006 09:52
Je ne suis pas vraiment une adepte des films historiques et pourtant « Marie Antoinette » m’a beaucoup plu. Peut-être parce qu’avant tout c’est une histoire de femme : ses soucis conjugaux, ses contraintes familiales, ses interrogations sont ceux que nous avons encore de nos jours et même sans être une reine !
Au début j’ai trouvé que le scénario manquait de dynamisme, mais je me suis vite habituée à cette langueur qui finalement reflète la vie de la cour.
Kirsten Dunst est une actrice que je ne connaissais pas et qui m'a conquise: elle est très très belle! La musique est variée et "colle" bien aux images. Les costumes sont splendides, le décor…versaillais, donc grandiose.
Mais attention au régime « pré-bikini » : on ressort de la salle avec une irrésistible envie de pâtisserie toute pleine de crème !
Partager cet article
Repost0
20 mai 2006 6 20 /05 /mai /2006 09:21
Comment vais-je bien pouvoir écrire cet avis ? J’hésite entre des dizaines de lignes et un seul mot : SUBLIME.
J’ai vu ce film hier soir, n’ai pas pu m’endormir, en ai rêvé cette nuit , ai pris ma douche matinale avec ses images plein la tête et ce matin je ne sais même pas comment en parler !
 
Le résumé ? Difficile. Je voudrai surtout ne rien dévoiler, alors je dirai juste que c’est la vie de femmes dans un quartier ouvrier à Madrid, et surtout de deux sœurs.
Pénélope Cruz joue l’une d’elle. Elle est magnifique ! Belle, très belle mais aussi tellement naturelle que je ne l’ai même pas jalousée !
Pas de scénario avec des rebondissements extraordinaires: l’intrigue se dévoile peu à peu, tout en subtilité. De ce fait, Pedro Almodovar rend tout réel. J’ai ri, j’ai pleuré comme si j’étais là-bas, près de ces femmes. Pendant 2 heures j’ai littéralement vécu avec elles en Espagne et quand la salle s’est rallumée je n’avais aucune envie de les quitter !
 
Je ne sais pas si Cannes offrira sa palme d’or à « Volver », mais moi je lui donne la mienne !...Je sais... c'est un peu facile comme phrase de conclusion, mais je vous avais prévenu que je suis trop enthousiasmée pour écrire un avis correct!
Partager cet article
Repost0
15 mai 2006 1 15 /05 /mai /2006 08:05
 
 
Mon enthousiasme pour ce film rejoint celui d’Amandine. J’ai passé une excellente soirée en compagnie de cette drôle de famille séfarade. J’ai vraiment eu l’impression de partager un moment avec des copines.
 
Par les critiques, cette comédie est souvent comparée à « Tout pour plaire » et je partage cet avis, même si celle-ci est plus caricaturale.
Certains spectateurs seront peut-être un peu choqués par certains côtés immoraux de l’histoire : pacse truqué pour garder une nounou marocaine sans papier ou arnaques fiscales. Mais ils sont abordés tellement « bon enfant » que, pour ma part,  je n’en ai pas été gênée.
 
Un bravo pour les arrêts sur images qui ajoutent  beaucoup d’émotion au film (oui, je vous avoue avoir eu ma « p’tite larme » !)
Et  encore un autre pour la bande son que j’ai fredonné tout le film...Tiens, bizarrement il pleuvait en sortant!
 
 
 
     *****             
 
 
 
En septembre 1960, alors que la guerre d’Algérie remue la France, un groupe de scouts va escalader le massif du Brévent. Le film raconte les 5 jours de randonnée, de ces huit garçons d’origine et de tempérament différents.
La beauté des paysages savoyards n’a pas compensé le scénario complètement creux de ce film. On dirait un mauvais téléfilm programmé un après-midi de vacances scolaires ! Ce n’est que clichés sur la rivalité et les conflits que provoque tout huit clos imposé. Peut-être l’intrigue voulait-elle être un thriller alpin ? Si, c’est le cas c’est aussi complètement raté !

A voir si on a envie d’un moment d’ennui.

 

 

Partager cet article
Repost0
4 mai 2006 4 04 /05 /mai /2006 09:17
Quatre étoiles pour le titre, pas autant pour ma critique. Cette comédie m’a apportée un moment de détente mais terni par un brin d’ennui. Je ne sais pas ce qu’il m’a manqué pour entrer dans le film, mais j’ai eu l’impression que les acteurs s’amusaient plus que moi !
 
France hérite d’une vieille tante 50 000 euros et décide de les dilapider sur la Cote d’Azur. Au Carlton elle rencontre Stéphane, un séduisant arnaqueur. Auprès de lui elle prendra de telles leçons d’escroquerie que l’élève va dépasser le maître…
 
Je voulais voir ce film pour Isabelle Carré, et là je n’ai pas été déçue ! Loin de ses rôles habituels (quel souvenir émerveillé j’ai de « Se souvenir des belles choses » !) elle reste admirable. Eclatante, sexy, coquine en sortant de la salle je rêvais de lui ressembler…

 

Partager cet article
Repost0
29 avril 2006 6 29 /04 /avril /2006 12:40

Une mesure de caricature bienveillante des "Beaufs",

Une dose copieuse d'excellents comédiens,

Une rasade de situations cocasses mélangées à un zeste de bonnes répliques,

Un soupçon d'émotions, d'attendrissements (ce pauvre Patrick, berçant son chagrin d'amour au rythme d'une chanson raingarde de Joe Dassin!)

Le tout saupoudré de souvenirs persos (Ah, ces vacances en caravane avec mes parents...),

Hier soir, j'ai bu ce coktail dédaigné par les critiques cinématographiques.

Et bien moi, j'ai trouvé son goût plutôt agréable! Il ne m'a pas rendue complétement euphorique, mais très guillerette quand même!

 

 

Partager cet article
Repost0
27 avril 2006 4 27 /04 /avril /2006 14:55

Tout frais arrivé de ce matin, le DVD de "Poids léger"!

J'ai tellement aimé le livre que j'ai eu envie de m'offrir le film,surtout que plusieurs  bloggeurs le conseillent. J'espère que je ne serais pas déçue comme c'est souvent le cas pour les adaptions cinématographiques de romans.

Je vous donnerai mon opinion quand je l'aurai regardé. Heu..je ne vous dis pas quand exactement...quelquefois ce genre de délai est long...s'il vous plait, on ne se moque pas!

Partager cet article
Repost0
24 avril 2006 1 24 /04 /avril /2006 16:23

V pour Vendetta

Premier film du week-end : « V pour Vendetta », une adaptation cinématographique de la BD éponyme.
 
Au 21ème siècle, l’Angleterre vit sous une dictature après une guerre contre les Etats-Unis. Un résistant, caché sous un masque de carnaval, s’engage à renverser l’ordre établi…
 
Le scénario m’a semblé un ramassis d’idées maintes fois traitées (manipulation d’un état totalitaire, justicier masqué...), de stéréotypes (comme l’évêque pédophile) avec rien de bien nouveau dans la façon de les traiter. Cependant quelques bons effets spéciaux, un rebondissement surprenant au milieu du film, le talent de Nathalie Portman ont évité que je m’ennuie complètement.
Mais, je ne suis pas attirée par la science-fiction ; c’est logique que mon avis soit peu élogieux. A réserver aux amateurs du genre.
 

 

LA DOUBLURE

Le deuxième film vu est, à mon avis, un bien mauvais vaudeville!
Je pensais rire de bon coeur (je suis généralement très bon public !) devant « La doublure », comme j’avais pu le faire devant « La chèvre » ou « Le dîner de cons » du même Francis Veber. Là je n’ai même pas souri ! Les gags sont désuets du genre «un seau à glace  renversé sur la tête d’une cliente de restaurant» ou «un voiturier qui ne regarde pas devant lui et fonce sur un glacier ambulant».
Pour moi cette séance fut affligeante. Comment le talent d'acteurs tels que Richard Berry, Gad Elmaleh (je l’avais beaucoup admiré dans « Chouchou »), Virginie Ledoyen ou Kristin Scott Thomas peut être ainsi gâché ? Ou alors, ai-je perdu mon sens de l’humour ? Mais bon très peu de spectateurs riaient...
Une seule chose à sauver : un dialogue qui est à peu près celui-ci:
«- Pourquoi avoir ouvert une librairie plutôt qu’un magasin de téléphones portables, ça rapporterait plus. Dans la rue, on voit plus de gens avec un téléphone à la main qu’avec un livre.
-Mais tout simplement parce que j’aime les livres ! »
 
J'ai vraiment eu l'impression de perdre mon temps. Moi qui, samedi matin avais courageusement passé 2 heures à débarrasser le balcon de ses salissures hivernales, je regrette bien de ne pas m’y être installée, au soleil, pour… lire.
Partager cet article
Repost0

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone