Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

21 avril 2006 5 21 /04 /avril /2006 15:22

Monsieur , un peu stressé en ce moment, a suggéré cette sortie ciné pour se détendre. Le but fut atteint: il a bien rit. Moi? J'ai sourit quelquefois. Mais je suis assez hermétique à l'humour "politiquement incorrect", donc ne vous fiez pas trop à mon opinion si ce film vous tente.

Par contre, j'ai aimé le style " vieux film d'espionnage" de la réalisation. Quant à Jean Dujardin, que je ne connaissais pas (jamais regardé "Un gars, une fille" ni vu "Brice de Nice"), je l'ai trouvé très bon acteur.

Partager cet article
Repost0
17 avril 2006 1 17 /04 /avril /2006 12:51

Le générique sous fond de la BO originale de la série, et ça y est: apparaît dans ma petite tête le commissaire Valentin d’une de mes anciennes séries préférées . Et bien non, c’est pas lui ! Ils ont remplacé mon Jean-Claude Bouillon par Clovis Cornillac ! Mais passé ce moment déstabilisant (« mais enfin Anne tu n’as plus 12 ans et tu n’es pas devant la vieille TV familiale en noir et blanc ! ») j’ai pu apprécier le film.

Un charme rétro, un scénario plausible, quelques rappels historiques instructifs, de l’action, des acteurs performants…les ingrédients sont réunis pour une soirée divertissante. Mais pas enthousiasmante:plutôt à réserver pour une séquence vidéo réussie.

Partager cet article
Repost0
8 avril 2006 6 08 /04 /avril /2006 17:10

Impatiente et enthousiaste, parce que j’admire beaucoup Fabrice Luchini, je suis allée voir « Jean-Philippe ». Et là, sur la toile, tout fut à la hauteur de mes espérances ! Ce film est une comédie savoureuse, pleine de clins d’œil inventifs, avec un scénario soigné pour une histoire originale. Quant au duo Luchini / Hallyday, il est époustouflant et même émouvant ! C’est vrai que j’aime bien Johnny Hallyday, mais je pense que dans le cas contraire on peut aussi prendre plaisir au film et sortir de la salle un reste du dernier éclat de rire au coin des lèvres !

____________________________________________________________________________________________________

 

Fabrice est un fan exalté de Johnny Hallyday, mais après une rixe il se réveille dans une réalité différente, un monde parallèle où son idole n’existe pas.

Désespéré, il recherche Jean-Philippe Smet qui, dans cette dimension, n’a pas réussit sa carrière.

Alors quand Fabrice le rencontre il n’a plus qu’un seul but : réveiller le « Johnny » qui sommeille en Jean-Philippe, l'obliger à rattraper sa chance perdue pour que lui puisse retrouver son goût de vivre.

Partager cet article
Repost0
18 mars 2006 6 18 /03 /mars /2006 11:46
Hier soir, je ne suis pas allée au cinéma, j’y ai accompagné mon mari ! Parce que, moi qui n’aime ni les BD ni l’anticipation, je ne serai jamais allée voir « Renaissance »!
C’est un film animation qui utilise la technique de «La Motion Capture (ou Mocap) », qui permet d'enregistrer l'intégralité des mouvements d'un acteur pour les transposer sur un personnage virtuel en 3D.
Finallement, je me suis surprise à apprécier la beauté du graphisme en noir et blanc. Dommage que le scénario présente une intrigue réchauffée (expériences génétiques douteuses financées par un puissant labo pharmaceutique…) avec des personnages « déjà vus et revus » (flic dur au cœur tendre, pauvres sœurs orphelines…), sinon je pense que j’aurai pu être enthousiaste.
Partager cet article
Repost0
13 mars 2006 1 13 /03 /mars /2006 08:22
N’ayant pas lu le roman d’ Arthur Golden, « Mémoires d’une Geisha », je ne peux juger si l’adaptation cinématographique est fidèle, mais le film m’a plu. Je me suis laissée emporter par la beauté du décor, par la grâce des comédiennes. L’actrice Zhang Ziyi est magnifique!
Petite fille, Chiyo est « vendue » à une maison de Geishas. D’abord servante, elle sera initiée à la danse, à l’art de la conversation, aux rituels du maquillage et du kimono, prendra le nom de Sayuri et deviendra une Geisha très convoitée.
Mais, malgré tout l’honneur du à ce rang, elle est et reste une prostituée.
De luxe ou des rues, pour ces femmes c’est toujours se vendre, s’asservir... Excusez-moi,avec ma petite tendance féministe je ne peux m’empêcher de relever cet aspect de l’histoire !
 
Partager cet article
Repost0
10 mars 2006 5 10 /03 /mars /2006 08:50

 

Hier soir, soirée cinéma avec un genre de film qui, habituellement, nous attire peu mais nous avions tellement aimé "8 miles" que "Réussir ou mourir"nous a tenté.

Film plus violent, il reste plus superficiel; j'ai pourtant pris plaisir à la séance. Le thème "un voyou renonce au banditisme pour l'art et par amour" me plait toujours, parce que j'aime croire qu'en tout homme il reste une part d'humanité.

Je pense aussi, que ce sujet peut permettre de prendre un peu de recul, de garder une certaine indulgence quand des "problèmes de banlieues" sont relatés dans la presse. Toujours en moi, cette crainte de céder à la pensée unique...

Partager cet article
Repost0

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone