Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

13 novembre 2011 7 13 /11 /novembre /2011 19:20

A Nantes nous avions une carte "ciné illimité". Nous allions en salle environ 3 fois la semaine. Ici le ciné est à plus de 25km, alors autant vous dire que nous y allons très peu. Voire pas du tout l'hiver avec les routes enneigées. Et ce n'est pas la télé qui comble notre goût pour le cinéma, puisque nous ne l'avons pas! Alors nous nous rabattons sur des achats immodérés de DVD.

Je ferais un billet, de temps à autre, sur ceux que j'ai particulièrement aimés....

 

 

3475001009739Bien avant Cannes et son fameux "Polisse" je connaissais déjà Maïwenn. En tant qu'actrice dans "Les parisiens" de Lelouch (dont je suis une éternelle inconditionnelle!), puis comme réalisatrice de "Le bal des actrices". J'avais beaucoup aimé ce film féminin, tendre et drôle, tourné dans l'improvisation. L'originalité de la mise en scène m'avait terriblement accrochée.

Quand je suis tombée sur "Pardonnez-moi" (son tout premier film) dans un vide grenier,  je me suis précipitée dessus!

Et là: le choc! Rarement une histoire m'a fait autant d'effet. Peut-être mon histoire personnelle peut-elle expliquer cette émotion. Mais peut-être pas. Le talent tout atypique de Maïwenn peut tout à fait en être responsable à lui tout seul.

Pour résumer, en une seule phrase:  Enceinte Violette décide de filmer sa famille autant pour offrir un film à son enfant que pour essayer de combattre son traumatisme de fillette martyre.

Malgré le sujet, ne vous attendez pas à verser des litres de larmes. De nombreuses scènes sont drôles voire même carrément déjantées. Celles poignantes en sont encore plus touchantes, mais rendent le cinéma de Maïwenn, comme je l'ai déjà dit ci-dessus, particulièrement singulier. On adhère ou pas. C'est du tout ou rien. Pour moi c'est Tout, avec un "T" majuscule et bien gras.

 

 


 

J'ai entendu parler de ce film à la radio (plus aucun souvenir de qui en parlait avec tant d'ardeur) et l'ai trouvé

51ZY2D7-EAL. SL500 AA300

(à un prix honteusement bas!) dans mon hyper habituel.

L'histoire: Un médecin se fait agresser dans une banlieue par des ados. Son frère, policier, est chargé de trouver la bande coupable.

Vous allez me dire que ça a tout l'air d'un énième polar social? Ce n'est pas faux et pourtant celui-ci a eu, à mes yeux, "des p'tit kekchoses en plus". La présence de Roschdy Zem (qui me rend toute midinette!) et la sincérité du jeune Samir Makhlouf. Le côté assez féministe et les maladresses de la réalisation qui au final la rendent touchante.

Ce "Tête de turc" de Pascal Elbé ne me restera pas comme un film inoubliable, mais je l'ai assez apprécié pour en faire un billet. Billet qui contrecarrera un peu tous les avis négatifs que j'ai pu lire sur le Net. Je suis, de toute façon, habituée à avoir un avis décalé sur le cinéma!

 

 


 

3607483168431

 

Voilà "la (tristement célèbre) rafle" du Vélodrome d'hiver en juillet 1942 racontée par Rose Bosch. "Film vérité" dit la jaquette. Alors on pleure beaucoup. Alors le mal au ventre persiste jusqu'à la dernière minute. Alors, regardé une fin d'aprèm, ce film plombe une soirée et une nuit.

Pourtant je pense qu'il faut le regarder pour ne pas oublier. Pour que ne recommence pas une telle abomination. C'est ce qu'on dit habituellement, non, pour de tels films?

Repost 0
Published by Anne - dans DVD
commenter cet article

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone