Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

9 mai 2008 5 09 /05 /mai /2008 00:00
Tellement de beaux avis sur ce livre de Simonetta Greggio, tellement "Dolce Vita" cette couverture, tellement joli ce titre: impossible pour moi de résister...





Et voilà. Fosca est partie. 87 ans, elle avait fait sa vie.
Et voilà. Constance se retrouve seule. Sans cette amie qui, pendant ses derniers mois, lui a conté combien elle avait aimé aimer les hommes.
Mais elle soupçonne la vieille dame de ne pas s'être dévoilée jusqu'à son intime ...






J'ai aimé ce roman qui réussi l'exploit d'être à la fois sensuel et délicat. Les scènes d'amour pourraient être osées et elles sont simplement belles.

Mais ce sont surtout les 2 héroïnes qui m'ont donné le délice de me plonger dans cette histoire. 
Etre Constance et côtoyer Fosca comme j'aimerais!
Avoir, à mes côtés, une grand-mère encore empreinte de sa beauté de jeune femme, encore gracieuse et consciente de sa féminité. L'écouter, des heures durant, raconter "les bonheurs" de vivre. Conduire une Rolls le long de la côte méditérranéenne pour rejoindre l'Italie.

J'ai rêvé, beaucoup rêvé...

Un seul tout petit bémol pour la fin. Un peu trop "politiquement correct" à mon goût. J'aurais aimé que Fosca reste cette femme inconstante, que l'intrigue finisse moins "happy"... juste pour le plaisir de prolonger encore un peu la douce mélancolie sortie de ces pages.


Je remercie  Amanda, Caro[line]Cathulu, ClarabelEmeraude, Florinette, Karine et Stéphanie  de m'avoir donné le besoin de lire ce roman.   

"Je suis passée de la poursuite du corps de rêve (dans ma jeunesse, comme beaucoup de femmes) à celle du corps de trêve." 
Simonetta Greggio nous donnerait, presque, l'envie de devenir une vieille dame...



Editions Stock et Livre de poche
Crédit couverture: Edition Le livre de poche et Fnac.fr
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

Volu 29/01/2010 21:08



Au sujet du joli livre Étoiles:


S'il m'est arrivé de partir en dérive et de me faire confisquer ma carte de crédit comme Gaspard après un chargin d'amour, suis-je nunuche?


:)



amanda 15/05/2008 14:44

ah je n'avais pas vu ton billet !il m'a laissé de glace, mais je suis heureuse qu'il plaise !

Anne 15/05/2008 20:26


Je sais que ce roman d'avait laissé une impression mitigée, mais la façon dont tu en avais parlé ne m'avait nullement découragée.


yueyin 14/05/2008 18:16

JE me suis inscrite à un livre voyageur pour celui-là, j'ai bien hâte qu'il arrive jusqu'à moi :-)

Anne 15/05/2008 08:23


Et moi, j'ai hâte de lire ton billet!


bel-gazou 10/05/2008 11:59

on attend la nouvelle photo!!!!!!

Anne 12/05/2008 09:56


Vue la tête d'aujourd'hui, ce sera plutôt dans quelques jours ;-(


bel-gazou 10/05/2008 10:01

comme toi ja'aime beaucoup la couverture, et aussi le sujet, le prénom Constance, l'Italie, et je suis très confiante en la douceur des hommes, alors je l'ajoute à ma lal...bon week end Anne, en Morbihan alors?

Anne 12/05/2008 09:55


Moi aussi je suis confiante dans la douceur des hommes et je suis sûre qu'ils seront de plus en plus nombreux à accepter de la revendiquer.


Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone