Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

15 janvier 2009 4 15 /01 /janvier /2009 07:25

Le fait d'être si mal me donnait-il une sensibilité exacerbée? Peut-être...
En tout cas, pas moins de 4 grands coup de coeur en quelques semaines! Des romans qui m'ont apporté de grands émois, chacun à leur façon.


"Elle danse dans le noir"  de René Fregni

Comment un auteur qui publie des romans aussi noirs peut-il écrire un texte d'une telle sensibilité? Le talent, sans doûte...
La souffrance d'un homme qui a perdu sa maman, qui n'est plus aimé de celle dont il est éperdument amoureux, est décrite avec une justesse et une pudeur bouleversantes.
Je ne pensais jamais lire plus bel amour d'un fils depuis "Tout pour ma mère", René Fregni m'a prouvé que c'était possible.
(Folio)

"Le tiroir à cheveux" de Emmanuelle Pagano

Dès les premières phrases, j'ai su que j'allais aimer ce livre.
Une écriture juste, essentielle avec des mots qui frappent. Une atmosphère sombre, lourde mais surtout pas exempt de tendresse. 
L'héroïne, une maman-ado de deux petits, dont l'aîné est lourdement handicapé est, à la fois, pitoyable et touchante. Elle inspire le dépit puis la compassion, la pitié puis l'admiration. Aucune ligne ne m'a laissée indifférente.
Il parait que tous les romans d'Emmanuelle Pagano font cet effet-là...
(POL)

"La noce d'Anna" de Natacha Appanah

Ce que j'ai ressenti avec ce roman ne se produit que très rarement: une osmose intense avec la narratrice. Cette femme c'est tellement, tellement moi...
Souvent, trop souvent, à côté de sa vie, dans ses histoires imaginaires, dans ses rêves. Si différente de celle qu'elle a mis au monde, nourrie, bercée, éduquée.
Et qui, lentement, comprend que cette diversité n'empêche aucunement l'amour.
(Gallimard)

"Une femme allemande" de Fabienne Swiatly

Un très court roman beau et triste.
Après la guerre, une jeune femme allemande quitte son pays pour rejoindre le soldat alsacien, dont elle a eu un fils. Sans uniforme, son amour n'est qu'un pauvre ouvrier assujetti à ses parents.  
Le temps détruit ses espérances adolescentes, use ses amours, abîme son corps, propose l'oubli dans l'alcool. 
Cet implacable portrait de femme a fait vibrer jusqu'à ma plus petite fibre ventrale.
(La fosse aux ours)















Quelques autres très belles lectures, juste un peu moins intenses.

"La mécanique du coeur" de Mathias Malzieu
Un conte merveilleux pour adultes capables de s'émouvoir encore devant l'Amour.
Un moment-lecture magique.
 

"La pluie ne change rien au désir" de Véronique Olmi
Pour vivre une aventure extraconjugale, tout en restant fidèle à son mari.
Un moment-lecture troublant.

 

"La petite cloche au son grêle" de Paul Vaca
Parce qu'il m'a donné l'illusion, qu'un jour, j'aurais le courage de lire Proust.
Un moment-lecture tendre.















Pour finir, en 2 mois j'ai découvert de nombreux livres et albums jeunesse.
J'ai, déjà, quelques auteurs fétiches: Thomas Scotto, Catherine Ribeiro, Hubert Ben Kemoun.
J'ai retrouvé le plaisir que j'avais, il y a bien longtemps (!), à lire ces petites histoires pour mes enfants.
A 44 ans, avoir une boule au fond de la gorge ou éclater de rire devant un texte destiné aux 5/7 ans, je me demande, quand même, si c'est très normal...
 

Partager cet article
Repost0

commentaires

L
J'ai découvert Natacha Appanah avec son roman Le dernier frère que j'ai adoré. Je lirai avec plaisir La noce d'Anna en essayant de ne pas placer la barre des mes attentes trop haut!
Répondre
A

Même avec une barre d'attente haute, je pense qu'il devrait te plaire


S
de tous ces livres je n'en connais que 2 que j'ai bien aimés : la mécanique du coeur, avec sa bande originale, qui m'a bien plue aussi, et les petits cailloux...J'ai bien envie de lire la petite cloche au son grêle, mais il n'est toujours pas dans ma pal....à part ça je me demande bien ce que peut-être ton fichu boulot, et j'aime bien ton idée douceur : lire à haute voix des albums jeunesse à son cher et tendre... à bientôt;)
Répondre
A

Pour "la petite cloche" j'i eu la chance de le trouver dans ma bouquinerie à 5€, et il n'est pas passé par l'étape PAL.
Je suis hôtesse d'accueil et standardiste. Très répétitif et ennuyeux, mais je m'en accommodais...jusqu'à notre rachat par un groupe de retraite américain...


L
thomas scotto est venu en résidence dans notre petit coin de terre et nos enfants se sont régalés dans ses ateliers (et nous avec!)une personalité bien sympatique t un talent certain! si vous êtes tentée....voici le blog de la résidence:http://territoirebocagehallue.hautetfort.com/à bientot
Répondre
A


Il était venu aussi en Picardie. Tu trouveras pluieurs billets sur lui chez Bellesahi
Merci pour le lien, je vais aller te lire.



K
N'aie aucune crainte: tu ne nous décevras pas une seule fois! Le tout est de trouver son rythme et garder ainsi l'envie de partager et d'échanger ;-)
Répondre
A

Merci Katell


B
les seuls qui m'attirent sont Anna, bien sûr, mais je l'ai déjà lu! et la petite cloche, je garde donc la petite cloche..;bon dimanche Anne!
Répondre
A

Pourtant, je suis sûre que les autres te plairaient aussi


Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone