Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

27 juin 2006 2 27 /06 /juin /2006 08:01

Après avoir lu "La petite robe de Paul", j'avais hâte de découvrir cet autre roman de Philippe Grimbert, envie de retrouver une atmosphère analogue.

Un petit garçon, fils unique d'un couple beau, sportif et amoureux, a l'imagination beaucoup plus développée que ses muscles. Il s'invente un frère aîné auquel il peut s'identifier ou s'opposer. Il brode autour de l'amour de ses parents toute une histoire, invente leur vie avant lui. Mais inconsciemment, il sait que la réalité doit être toute autre...

La base de ce livre est, du propre aveu de l'auteur, autobiographique. Ce qui, bien sûr, donne une dimension émotionnelle encore plus forte au récit. Mais, j'ai mis du temps à m'en imprégner: la façon  "psychanalytique" d'aborder les conséquences du secret de famille donne une atmosphère un peu froide.

Bien sûr, moi je suis très loin de la tragédie qu'évoque ici Philippe Grimbert, mais j'ai été une petite fille très inventive et  j'ai retrouvé avec cette lecture quelques amertumes éprouvées à la fin de mon enfance. N'est-ce pas cela grandir: comprendre que notre imaginaire est souvent loin de la réalité?

(Livre de poche)

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
J'avais lu beaucoup de critiques très positives concernant ce livre mais personnellement j'ai été déçue!
Répondre
A

C'est souvent le cas quand on attend beaucoup d'un livre.


B
Bientôt adapté en film.
 Moi même j'en ai fait un poème (voir billet du 25 novembre 2006)
Répondre
A
Oui, j'ai aussi entendu parler d'une adaptation ciné.
Je vais aller lire ton poéme...
L
Oui, c'est vrai, le narrateur de l'histoire reste assez distant, mais je pense que le livre est complètement à l'image des secrets de famille et des douleurs d'enfance : faut un certain temps pour les apprivoiser, pour que les coeurs s'ouvrent et que les souvenirs enfouis se traduisent en mots....
Répondre
A
C'est drôle, moi je n'ai pas réussi à rentrer dans le livre.....
Répondre
A
Comme moi, tu as du ressentir cette certaine "froideur" dont je parle...
T
un livre superbe. ;)
Répondre

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone