Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

28 décembre 2006 4 28 /12 /décembre /2006 19:23

Après Laure, Tamara, Majanissa et Lily (pour ceux que je connais!), l'auteur de ce roman, Nicolas Cauchy, m'a contacté pour participer à une "expérience de marketing". Aucun danger vital pour le cobaye, il lui suffit juste de lire l'exemplaire qu'il reçoit puis de donner un avis sincère sur son blog!

 

 

C'est un soir, Simon roule dans une belle Porsche vers la montagne avec sa  fille de 4 ans. Pourtant rien à voir avec un tableau idyllique: la voiture est volée et la petite est morte. Le temps du trajet, les flashbacks de Simon expliquent comment il a pu commettre l'irréparable.

 

 

Dès les premières pages de ce roman, l'intrigue saisie incroyablement. Pas question de le lire doucement, pour apprécier ou faire durer l'histoire. Je n'avais qu'une hâte: connaitre très vite la fin, même si pour cela je devais bâcler ma lecture! Et c'est une fois finie que cette histoire a pris sa vraie forme ou plutôt a perdu la forme que je lui avais attribuée. Sans doute, est-ce une des qualités de ce roman: un dernier chapitre qui chamboule le fondement de l'intrigue et qui laisse une porte ouverte à toutes les interprétations, à toutes les imaginations. Alors, qu'est-ce que je viens de lire? Un bon thriller, une parodie sur l'amour paternel, une critique sur l'incapacité des hommes à aimer, un conte sur la folie? Un peu de tout cela à la fois, je crois.

Et pour ceux qui n'ont pas lu et souhaitent doivent lire ce roman, je pense qu'il ne vaut mieux pas lire la suite de mon avis: ce serait leur gâcher le plaisir qui les attend.

 

(Robert Laffont)

 

Voilà pour les autres:

Je trouve dommage le titre choisi (choix de l'auteur ou de l'éditeur?) parce que dés le début j'ai su que Simon ne se parlait pas mais que c'était Hélène la narratrice du récit. Je trouve que le mystère s'en trouve un peu gâché.

Pour le dénouement, que croire puisque ce n'est pas Simon lui-même qui raconte?

On accepte la version de cette pauvre Hélène mal-aimée: alors Simon est bien ce fou qui tue sa fille préférée, submergé par un amour trop fort pour lui. 

Mais j'opterai plutôt pour un acte criminel dû à la peur que la petite devienne comme l'aînée: ne remarque-t-il, un peu dépité, pas en la voyant nue dans le square qu'elle commence à devenir "dodue"?

A moins qu'Hélène ne soit folle comme sa mère? A moins qu'elle ne fabule complètement? D'ailleurs, comment pouvait-elle connaître le prénom de la maitresse de son père? (Hé, Laure, ne serait-ce pas là l'utilité de ce passage: donner un indice sur l'incrédibilité du récit?). Alors si le Simon d'Hélène n'existe pas, tout peut être faux. On peut même imaginer que l'ainée elle-même ait tuée sa soeur par jalousie et que Simon fou de douleur soit parti avec le corps, pour se laisser mourir auprès d'elle...

Maintenant vous pouvez comprendre pourquoi j'ai aimé ce roman: il m'en a offert tout plein d'autres dans ma p'tite tête de lectrice imaginative!

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

clochette 15/12/2007 21:13

Je n'ai pas encore lu ce livre donc je n'ai lu que la première partie de ton billet. Mais par contre je viens de finir son deuxième roman "De manière à connaître le jour et l'heure" et il m'a beaucoup plu ! Billet à suivre sur mon blog.

Nicolas 12/01/2007 13:53

De fait, Tamara, c'est la proposition que m'avait faite mon éditeur, passer l'histoire d'un infanticide à un fratricide, ce qui m'a semblé relever d'un autre livre, et que j'ai refusé...

Tamara 11/01/2007 19:23

Moi aussi j'ai été surprise qu'Hélène soit en fait la narratrice... Et j'ai pensé que Simon avait pris la responsabilité de "l'accident" de baignoire en découvrant qu'Hélène, par jalousie, avait tué sa petite soeur...En tout cas, c'est intéressant de laisser libre cours à l'imagination du lecteur !

Nicolas 08/01/2007 19:36

Livre bien reçu! Merci de vous être prêtée à l'aventure...
 

Anne 08/01/2007 22:34

Tout le plaisir a été pour moi :-)))

Nicolas 02/01/2007 11:00

Il y a une autre piste encore, dont vous ne parlez pas, qui a l’avantage d’être la plus simple ! Celle de l’accident. Simon est responsable (mais pas coupable) de la mort de son enfant à cause d’une négligence domestique (il s’est endormi). Cette culpabilité est d’autant plus forte que ce manque de sommeil est une des conséquences de l’adultère. Comment continuer à vivre après cela ?
Le récit serait donc une invention de toute pièce d’Hélène qui retrace l’histoire à partir de l’interprétation d’indices laissés malgré lui par son père.
PS : Hélène connaît le nom de la « maîtresse » de son père, Rachel, à cause d’une carte de visite qu’elle trouve dans les affaires de Simon – ce qui ne prouve en rien l’adultère d’ailleurs, fantasmé, encore ! par Hélène ?

Anne 02/01/2007 13:14

"L'avantage d'être la plus simple"? Mais ce qui m'a beaucoup plu dans votre roman, c'est justement que rien n'est simple ou évident! Mais c'est vrai que cette piste est interessante aussi...même si elle a le TORT d'être la plus simple!
Je n'avais pas relevé qu'Hélène avait trouvé une carte de visite, juste que Rachel avait oublié son soutien-gorge. Encore un incide en faveur de la fabulation de l'adolescente: une femme se rhabillant en oubliant de remettre ses sous vêtements c'est peu probable.

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone