Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 18:30

Au mois de janvier je suis allée flâner dans une bouquinerie de Bourges. Là devant un bac "Tout à 1,50€" je me suis retrouvée nez à couverture avec 2 anciens amours: Stephen King et Jackie Collins. Renouer avec ses ex est déconseillé par les plus grands psy, mais je suis kamikaze parfois...

 

9782253151364

Mon Stephen m'a offert des nuits magiques tout au long de mon adolescence et même encore un peu plus tard. Frissons, extase, coeur battant la chamade: il m'a permis tout plein d'émotions si intenses que ma nuque en frissonne encore. Et puis se sont installés, à ses côtés, ennui et déceptions. J'ai rompu.

Avec "La petite fille qui aimait Tom Gordon" ma tentative de réconciliation a fait un flop. Les premiers chapitres ont bien eu le goût d'une passion renaissante (tout de suite une petite fille se perd dans une graaaaaaaande forêt et déjà on a trop peuuuuur pour elle), mais très vite les motifs de ma précédente rupture sont réapparus. L'ennui encore (le suspense s'étire sans grande conviction) et un grand désappointement au moment où mon amoureux conclue: " Stephen, cette fin trop rose n'est vraiment pas digne des glaciales que tu me susurrais autrefois! Adieu!"

 

 

 

 

339763 2778767Mon amour pour Jackie est d'un tout autre contexte. Autant je revendique volontiers ma romance avec Stephen autant je n'avoue que rarement celle-ci. D'ailleurs là vous me trouvez bien rougissante devant mon clavier!

J'ai découvert les romans de cette auteure (soeur de Joan Collins, héroïne de la série "Dynastie": ça vous situe le contexte!) quand je suis devenue future puis jeune maman. Je pense que les hormones perturbées et les neurones fatigués devaient être responsables de mon engouement pour ces histoires d'acteurs séduisants, d'actrices splendides et de metteurs en scène talentueux! J'adorais leurs intrigues compliquées, leurs manigances, leurs séances de sexe torrides! Puis un jour, j'ai retrouvé une partie de mon système biologique et intellectuel et me suis construite une PAL un peu moins "ménagère".

C'est par curiosité, juste pour savoir si...que j'ai acheté "Frissons". C'est incroyable: c'était comme remettre une vieille robe de chambre! Dans laquelle on se vautre et rêve. D'un ailleurs où on reste mince (tout en dévorant des énormes buffets gastronomiques!), où les plus beaux hommes sont riches ET amoureux. C'est là, que d'un coup, j'ai pris un bon coup de vieux; en réalisant que ces romances ne m'emportaient plus dans leur sillage.

Tu resteras, Jackie, dans la même boite à souvenirs que l'époque "Dallas" ou "Les feux de l'amour" mais franchement nous deux ce n'est plus possible aujourd'hui.

 

 

Je ne sais pas vous, mais moi le coup de la nostalgie ça ne marche pas souvent. Tant pis...ou tant mieux...

 

Le billet de Véro sur "La petite fille qui aimait Tom Gordon" est plus accrocheur que le mien.

 

Editions Livre de poche pour l'un et Pocket pour l'autre.

Crédit couvertures Fnac.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

bel gazou 17/03/2011 16:00



stephen king? brrrr je suis pas cap'!!! et jackie collins euuuh, ben...non plus!lol



Anne 17/03/2011 18:39



Je ne suis pas surprise du tout



caro_carito 06/03/2011 17:04



Tu étais à Bourges (j'habite là) tu as été dans quel bouquiniste (ils sont trois?) ? Stephen King, je crois que je vais les repasser à mes fils.



Anne 09/03/2011 19:04



C'est une toute petite bouquinerie, de mémoire je crois que c'est rue d'Auron. Je l'ai trouvé vraiment bien: les livres sont en bon état et les prix
intéressants.


J'ai beaucoup aimé Bourges. Ce n'est pas une trés grande ville et pourtant il y a plein de boutiques. J'y ai fait plein d'achats



Aifelle 04/03/2011 18:08



J'étais sûre d'avoir laissé un commentaire, où s'est-il donc perdu ? Je disais que Stephen King j'ai arrêté de le lire après Simetierre, j'ai trop eu la trouille. Quant aux romans à l'eau de
rose, je ne me vois pas relire les Delly qui faisaient mon ordinaire quand j'avais 15 ans (je n'avais rien d'autre à me mettre sous la dent !)



Anne 09/03/2011 18:57



Non seulement tu avais laissé un com' mais j'y avais aussi répondu: zut j'ai du faire une mauvaise manip'


"Simetierre" est l'un de mes titres préférés de S.K, justement parce qu'il offre des sensations trés trés fortes!!! Pour Delly aurais-tu perdu ton romantisme
sur le chemin de ta vie?



flo 03/03/2011 21:58



je passe aussi. Grosses bises nantaises !



Anne 09/03/2011 18:53



Je me doutais bien que ce billet ne tenterait pas grand monde  Bisous aussi à
vous 4!



sylire 02/03/2011 19:23



Euh... je ne suis pas trop tentée par tes dernières lectures



Anne 09/03/2011 18:52



Il aurait fallu que nous nous connaissions à 17 ans pour que tu puisses être un tant soit peu tentée



Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone